Sanguine et ses lectures

27 septembre 2016

Darkwind 1 : Mécanique Infernale

darkwind

Ce livre ! Je crevais d'envie de le lire depuis que mes yeux se sont posés sur la couverture quand je l'ai croisé pour la première fois dans un rayon de mon Cultura ! Il me faisait de l'oeil d'une force ! Et pourtant, je ne sais pas pourquoi je n'ai jamais cédé à la tentation de me le procurer. Aussi, lorsque je l'ai vu sur une table de ma médiathèque, j'ai sauté dessus ! Et enfin, je l'ai lu ...!

Angleterre, 1852. Katharine est envoyée par sa tante et tutrice au manoir de Darkwind où vit son oncle Tulman. Elle doit prouver que celui-ci a perdu la raison et le faire interner pour qu’il cesse de dilapider la fortune familiale. À Darkwind, Katharine rencontre un vieil homme excentrique, mais surtout génial, qui se consacre à l’invention d’automates extraordinaires. Rares sont les privilégiés qui ont le droit de pénétrer dans son atelier. Parmi eux, Lane, son ombrageux apprenti et Ben, un brillant étudiant en sciences. Tous deux défendent farouchement Tulman par dévouement mais aussi parce qu’il fait vivre sur son domaine des centaines de personnes qu’il a arrachées à la misère. Bien vite, Katharine doute : l’héritage familial mérite-t-il qu’on y sacrifie son oncle et les familles qu’il protège ? A la demande insistante des domestiques de l’oncle Tulman, Katharine accepte de rester un mois à Darkwind avant de prendre une décision. Trente jours au cours desquels elle se rendra complice d’espionnage, échappera de justesse à la mort et tombera amoureuse …

J'attendais sans doute bien trop de ce livre et du coup, je dois avouer avoir eu une petite déception ... Je crois que ça vient surtout du manque de rythme que je reproche à l'ouvrage. En fait, j'ai trouvé certains passages parfois très longs et pas forcément très intéressants. Je pensais que peut-être ils serviraient l'histoire mais même pas ...

A vrai dire, je m'attendais à être plongée dans un "vrai" univers steampunk et je pense que je n'aurai pas dû parce que là aussi, ça n'est pas le cas. Alors, il y a des automates (d'ailleurs les descriptions m'ont fait baver, j'avais tellement envie de les voir !) mais c'est vraiment la seule touche steampunk de tout le roman.

Par contre, j'ai bien aimé les personnages. Je les ai trouvé sympathiques pour la plupart (bien entendu, les méchants restent méchants) mais pas forcément attachants. Cependant, j'ai eu envie de savoir ce qui allait se passer pour eux. Il y a une partie du roman que j'ai trouvé un peu brouillon, un peu fouillis avec la sensation que ça part dans tous les sens. Ca a un peu gâché mon plaisir de lecture. Mais j'ai trouvé le tome suivant dans ma médiathèque, je l'ai emprunté dans la foulée et je pense le lire sous peu. Comme quoi, j'ai tout de même globalement apprécié ma lecture ...

A découvrir mais bien loin de ce à quoi je m'attendais ... Dommage ...

Lu dans le cadre du Challenge des 100 romans ...

(112/100)

100romans

Posté par Miss Purple à 17:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


26 septembre 2016

Unexpected

unexpected

J'ai entendu parler de nombreuses fois d'Elle Kennedy dans diverses videos. Je ne connaissais pas du tout cette auteure mais j'avoue que ça a fini par m'intriguer un peu. Alors je me suis renseignée et j'ai décidé de la découvrir dans une histoire courte avant de me lancer (ou pas) dans un livre un peu plus pavasse ...

Rencontrer un inconnu et tomber dans ses bras ? Contrairement à ce qu’en pense sa meilleure amie, c’est la dernière chose dont Marley a besoin en ce moment. De toute façon, si ce genre de situation fait rêver, elle sait que ce n’est pas près de lui arriver. Et pourtant, alors qu’elle est sur le point de glisser du toit de sa maison où elle effectue des réparations, elle est secourue par un homme tout droit sorti de ses rêves les plus inavouables... Malgré le désir fou qu’elle ressent immédiatement pour celui qui prétend être son nouveau voisin – désir qui semble tout à fait réciproque –, Marley est partagée entre l’envie de succomber et la méfiance. Car ce rêve éveillé semble vraiment trop beau pour être vrai …

Déjà, commençons par la couverture du livre. J'aime pas ! Heureusement que j'ai lu un exemplaire numérique, je n'ai pas eu à me coltiner cette horreur. Alors je comprends qu'elle puisse plaire aux dames (le gars est plutôt pas mal faut pas non plus se voiler la face) mais c'est typiquement le genre de couverture que je n'assume pas.

A part ça, ben ce n'est pas de la grande littérature mais très franchement, ça correspond à ce que j'attendais plus ou moins. C'est divertissant et plutôt bien écrit. Comme à mon habitude, j'ai passé les moments de popotin parce que je n'aime toujours pas ça (je suis pas coincée ... enfin je ne pense pas ... mais vraiment je m'ennuie lorsque je lis ces passages là). Il y en a quelques-uns mais ça va encore, je crois qu'il y a bien pire.

J'ai bien aimé le personnage de Marley que j'ai trouvé très fraiche. Elle est du genre spontanée et je l'ai bien aimé. Je n'ai pas pu m'attacher à elle dans la mesure où le bouquin est bien trop court pour ça. Mais elle m'a bien plu (souvent je trouve les personnages féminins un peu gnan-gnan).

En ce qui concerne l'histoire, j'ai eu du mal à la trouver crédible. Tout est tellement facile et rapide que j'ai eu du mal à y croire. Mais j'ai tout de même passé un bon moment de divertissement. Avec le boulot qui me pèse un peu en ce moment, c'était la petite lecture légère idéale. Je pense l'avoir lu au bon moment, peut-être que je l'aurai moins apprécié si j'avais choisi de le lire plus tard.

Sympa, mais pas de quoi se rouler par terre. Ceci dit, je vais tester les autres livres d'Elle Kennedy.

Posté par Miss Purple à 21:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 septembre 2016

La mésange et l'ogresse

mesange ogresse

J'ai eu envie de découvrir ce bouquin dès que j'en ai lu le résumé. J'ai eu la chance de pouvoir le lire grâce à Netgalley et les Editions Plon, je les remercie bien chaleureusement de m'avoir donné cette opportunité parce que je suis passée vraiment à deux doigts du coup de coeur ...

Une enquête romanesque au plus près de l'énigmatique épouse de Michel Fourniret pour tenter de cerner les terreurs de notre société à travers l'une des affaires les plus retentissantes de ces dernières années.
"Ce que je vais vous raconter ne s'invente pas."
22 juin 2004. Après un an d'interrogatoires, Monique Fourniret révèle une partie du parcours criminel de son mari, "l'Ogre des Ardennes". Il sera condamné à la perpétuité. Celle que Michel Fourniret surnomme sa "mésange" reste un mystère : victime ou complice ? Instrument ou inspiratrice ? Mésange ou ogresse ?
Quoi de plus incompréhensible que le Mal quand il revêt des apparences humaines ?
En sondant les abysses psychiques de Monique Fourniret, en faisant résonner sa voix, jusqu'au tréfonds de la folie, dans un face à face tendu avec les enquêteurs qui la traquent, ce roman plonge au cœur du mal pour arriver, par la fiction et la littérature, au plus près de la glaçante vérité.

Alors, parler de coup de coeur pour un livre comme celui-ci ça peut paraître un peu déplacé. Le sujet est délicat et sans doute un peu dérageant. Et pourtant, j'ai adoré ma lecture. Je me suis totalement imergé dans ce monde que j'ai trouvé très sordide. J'y reviens un peu plus tard. J'ai apprécié ce livre parce que ce n'est pas un témoignage, ni un essai. L'auteur a pris le parti de nous raconter l'histoire comme dans un roman policier tout en partant de faits réels. C'est une super idée !

J'ai été extrêmement troublée pendant toute ma lecture. Je n'ai pas réussi à comprendre comment Monique Fourniret fonctionne. Je lui aurai collé des claques à longueur de pages. J'ai aimé que Harold Cobert ne juge pas les faits ni ses personnages, il se contente de nous faire part de ce qui se passe dans les faits et dans la tête de Monique Fourniret plus particulièrement. Je n'avais pas vraiment suivi l'affaire à l'époque, même si bien entendu je m'en souviens bien ... difficile d'oublier un tel couple de monstres ! J'ai donc (re)découvert un peu tout ça et j'ai eu les poils de la nuque qui se sont dressés pendant ma lecture. Inutile de préciser que depuis, j'ai fait pas mal de recherches sur le net.

J'ai été glacée et fascinée par les nombreuses auditions de Monique Fourniret, les policiers patinent pour la faire parler. C'est hyper interessant de se rendre compte du travail fourni pour enfin obtenir quelques aveux. Et quels aveux !! J'ai été scotchée et horrifiée. Attention, je n'ai jamais perdu de vue le fait qu'il s'agit d'un roman. C'est ultra bien écrit, c'est haletant. Ca se dévore littéralement.

Je suis ravie de cette découverte, une véritable baffe qui fait froid dans le dos !

Lu dans le cadre du Challenge des 100 romans ...

(111/100)

100romans

Posté par Miss Purple à 14:19 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

21 septembre 2016

Miss Peregrine et les enfants particuliers 3 : La bibliothèque des âmes

 

bibliotheque des ames

Ce livre, j'avais tellement hâte de le découvrir pour connaitre le fin mot de tout ça et en même temps, j'avais envie de faire durer mon immersion dans le monde des Particuliers. Alors je me disais que je ne le lisais pas tout de suite, il me resterait encore un voyage à faire. Mais j'ai fini par craquer ! Je pense que la sortie prochaine du film de Tim Burton y est pour quelque chose ...

Attention, le résumé comporte des spoilers !

Dans le Londres d'aujourd'hui, Jacob Portman et Emma Bloom se lancent à la recherche de leurs amis enlevés par les Estres. Ils retrouvent leur trace grâce au flair aiguisé d'Addison, l'illustre chien particulier doué de parole. Bientôt, au bord de la Tamise, ils font la connaissance de Sharon, un géant bourru qui, moyennant une pièce d'or, propose de leur faire traverser le fleuve. Ils rejoignent ainsi l'Arpent du Diable, une boucle temporelle à la réputation effroyable où séjournent les particuliers les moins recommandables, où pirates et malfaiteurs commettent leurs forfaits en toute impunité.
Jacob et Emma ne se sont pas trompés : l'ennemi a bien établi son QG dans l'Arpent, derrière les murs d'une forteresse imprenable ...

Voilà, c'est fini ... ma chronique n'en comportera aucun ...!

C'est avec un plaisir immense que j'ai retrouvé pour la dernière fois Jacob, Emma et tous leurs amis. Ils sont toujours dans une posture assez compliquée et le lecteur ne peut s'empêcher de trembler pour eux. J'avais tellement peur qu'il leur arrive quelque chose d'horrible ! L'auteur nous propose de découvrir de nouvelles boucles, de nouveaux univers et surtout, de nouveaux méchants !

Rassurez-vous, les Estres et les Sépulcreux sont toujours bien présents et toujours aussi redoutables. Ce sont vraiment des créatures que je trouve horribles. Ransom Riggs n'épargne pas nos héros et la tension monte au fil des pages. C'est toujours aussi palpitant et aussi bien écrit. J'aime vraiment beaucoup la plume de l'auteur, elle est hyper agréable et hyper fluide. Les pages se tournent, on s'enfonce dans l'univers et l'aventure et on ne s'en rend même pas compte.

C'est un univers d'une très grande richesse qui nous est proposée ici, je trouve que l'intrigue s'épaissit encore un peu plus. C'est fouillé, c'est passionnant. Une trilogie que j'ai trouvé parfaite et qui se démarque de la plupart des ouvrages pour adolescents. Je redoutais la fin, j'avais peur d'être déçue après ces moments palpitants passés auprès des enfants particuliers et de leurs ombrunes. Heureusement, la fin imaginée par l'auteur est conforme à mes attentes.

Cette trilogie est un petit bijou, elle est proche du sans faute. Elle prend place aux côtés de "Hunger games" dans mon coeur (c'est pour vous donner une idée du niveau !!). Mention spéciale pour les ouvrages qui sont juste magnifiques, avec leurs superbes photos. Ils sont très lourds mais imprimés dans un papier tout doux, hyper agréable. Le travail éditorial est génial et ma bibliothèque est sublime !

Fonçez ! Laissez vous embarquer dans ce monde particulier ...

Lu dans le cadre du Challenge des 100 romans ...

(110/100)

100romans

Lu dans le cadre du Challenge de l'Eté 2016 ...

(28/30)

Challenge_Ete_2016-250x233

Posté par Miss Purple à 19:53 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

15 septembre 2016

L'Attentat

attentat

J'aime bien la plume de Yasmina Khadra mais pourtant, je ne le lis pas souvent. Je n'ai pas beaucoup de livres de cet auteur dans ma PAL, c'est aussi la raison pour laquelle il ne fait pas souvent partie de mes lectures. J'avais "L'attentat" dans ma PAL et je n'avais pas très envie de le lire suite aux événements qui frappent notre pays ces derniers temps. Je me suis fait un week-end à thème (c'est moche à dire) et je l'ai lu après avoir terminé le témoignage d'Antoine Leiris qui m'avait beaucoup touché.

Dans un restaurant de Tel Aviv, une jeune femme se fait exploser au milieu de dizaines de clients. À l'hôpital, le docteur Amine, chirurgien israélien d'origine arabe, opère à la chaîne les survivants de l'attentat. Dans la nuit qui suit le carnage, on le rappelle d'urgence pour examiner le corps déchiqueté de la kamikaze. Le sol se dérobe alors sous ses pieds : il s'agit de sa propre femme. Comment admettre l'impossible, comprendre l'inimaginable, découvrir qu'on a partagé, des années durant, la vie et l'intimité d'une personne dont on ignorait l'essentiel ? Pour savoir, il faut entrer dans la haine, le sang et le combat désespéré du peuple palestinien ...

Waouh ! Je savais que j'allais ressortir secouée de ma lecture mais je ne pensais pas que ce serait à ce point là ! Quelle claque ! J'ai été emportée dès les premières pages dans ce récit qui tient le lecteur en haleine. J'ai ressenti une compassion sans bornes pour Amine qui se retrouve catapulté dans le monde du terrorisme sans avoir eu envie d'y aller. Le lecteur réussit à se mettre à la place de notre protagoniste et la situation nous donne vraiment froid dans le dos.

C'est extrêmement bien écrit, on ne s'ennuie pas une minute (même si j'ai préféré la première moitié du livre). J'ai aimé le fait que l'auteur ne porte aucun jugement sur le conflit qui oppose Israël et la Palestine. Il nous livre son histoire, comme ça, sans rien expliquer particulièrement sur les événements qui frappent cette partie du Proche-Orient.

C'est tragique, c'est beau, c'est bien écrit. N'hésitez pas une minute si vous ne connaissez pas déjà ce livre ...

Lu dans le cadre du Challenge des 100 romans ...

(109/100)

100romans

Lu dans le cadre du Challenge de l'Eté 2016 ...

(27/30)

Challenge_Ete_2016-250x233

Posté par Miss Purple à 18:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


14 septembre 2016

Vous n'aurez pas ma haine

ma haine

Ca fait un moment que je connais ce livre, un peu moins longtemps que je l'avais dans ma PAL. Mais j'avais un peu peur de le sortir de ma pile à lire et me plonger dedans. C'est un livre que j'avais de lire tout en le redoutant, c'est étrange. En fait, je crois que j'avais peur d'être trop touchée et peur de revivre les événements terribles qui se sont tenus au Bataclan en novembre 2015 ...

Antoine Leiris a perdu sa femme, Hélène Muyal-Leiris, le 13 novembre dernier assassinée au Bataclan. Alors que le pays était endeuillé, à la recherche de mots pour dire l'horreur, il publiait sur les réseaux sociaux une lettre destinée aux terroristes intitulée Vous n'aurez pas ma haine. Dans celle-ci, il promettait à ces « âmes mortes » de ne pas leur accorder sa haine ni celle de leur fils de dix-sept mois, Melvil. Son message fait le tour du monde. Accablé par la perte, Antoine Leiris, journaliste de 34 ans, n'a qu'une arme : sa plume. L'horreur, le manque et le deuil ont bouleversé sa vie. Mais, à l'image de la lueur d'espoir et de douceur que fut sa lettre, il nous dit que malgré tout, la vie doit continuer. C'est ce quotidien, meurtri mais tendre, entre un père et son fils, qu'il nous offre dans ce témoignage poignant.

Que dire sur ce poignant témoignage d'un homme qui a peur sa femme ? Comment émettre une critique sur cette horreur ? Qui je suis pour juger le témoignage d'une vie brisée ? Nous étions à New-York lorsque nous avons appris qu'un commando de timbrés avaient semés la terreur sur les terrasses parisiennes et nous avons donc vécu les choses d'assez loin. Le retour a été dur dur je ne vous le cache pas. C'est sans doute pour cette raison que j'avais la trouille de lire le témoignage d'Antoine Leiris.

Mais je pense que ce témoignage est essentiel, essentiel pour le "devoir de mémoire". Il ne faut surtout pas oublier ce qui s'est passé, il faut pouvoir raconter aux enfants ce qui a eu lieu. Ce livre découle d'une lettre que l'auteur a publié sur facebook, une lettre qui commençait par "vous n'aurez pas ma haine". J'avoue que je n'ai pas lu cette lettre, je ne l'ai pas vu passer.

En plus, ce témoignage est extrêmement bien écrit, ça se lit très bien (je l'ai avalé en une seule journée, il est tout court aussi il faut dire). C'est très touchant, j'ai été très émue. Ce papa et son petit garçon m'ont touché au coeur, j'ai été bouleversée par leur histoire. J'ai aimé le message de tolérance que l'auteur fait passer. Lorsqu'on referme le livre, on se sent en paix et rempli d'amour.

N'hésitez pas à découvrir ce témoignage ...

Lu dans le cadre du Challenge des 100 romans ...

(108/100)

100romans

Posté par Miss Purple à 17:58 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

12 septembre 2016

Rose-thé et gris-souris

rose thé

C'est la couverture de ce livre qui m'a fait craquer, avant même de lire la quatrième de couverture. Non mais sérieusement, il n'est pas trop mignon ce petit chien ? Difficile de lui résister je trouve ! Et puis j'aime bien la collection Emma de Milady, souvent j'y trouve plutôt bien mon compte. Cette fois encore, je ne suis pas déçue même si ce n'est pas une lecture coup de coeur.

Elle, c’est Gertrude. Y a pas idée d’avoir un tel nom et ça lui pose problème depuis la maternelle. Il y a peu, elle a décidé qu’en fait, c’était pas son vrai nom. Elle a décidé que son vrai nom, c’était Cunégonde. Elle a un humour particulier, Gertrude.
Lui, c'est Dégage. C’est un chien bien élevé, alors quand on l'appelle, il obéit : il va planquer sa gale dans les cartons sous l'auvent. Il y a encore l'odeur de ses colocataires. Mais à peine désormais, parce que les humains ont arrosé l'endroit avec leurs produits détergents mais aussi parce que tous les vieux cartons ont disparu avec la meute.

J'ai trouvé ce bouquin tout léger, idéal pour une lecture de fin d'été. On découvre Gertrude/Cunégonde qui est une jeune femme un peu renfermée sur elle-même et que je n'ai pas vraiment réussi à comprendre. Elle a des réactions que je n'ai pas forcément compris, elle est un peu restée un mystère pour moi et je n'ai pas réussi à m'attacher à elle. Mais au final, ça ne m'a pas dérangé plus que ça car le livre est très court.

Mais j'ai eu un petit coup de coeur pour Dégage, le chien errant qui est au centre de notre histoire. Déjà, j'ai beaucoup aimé le parti pris de l'auteure. Elle nous propose de mettre un chien au centre de l'histoire, il devient un vrai personnage à part entière et on rentre même dans sa tête. Je ne sais pas si les animaux ont vraiment ce genre de réflexion mais c'est vraiment très bien trouvé.

Après, il ne faut pas s'attendre à de la grande littérature, ce n'est pas le cas et je ne crois pas que l'auteure avait cette ambition lorsqu'elle a écrit ce récit. Mais c'est une jolie petite histoire, pleine de fraicheur, un petit morceau de bonheur qui donne le smile. C'est une lecture bonbon qu'il ne faut pas hésiter à croquer.

Une bien jolie découverte que je vous conseille vivement si vous avez envie d'une jolie lecture ...

Lu dans le cadre du Challenge des 100 romans ...

(107/100)

100romans

Posté par Miss Purple à 16:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 septembre 2016

Ainsi fleurit le mal

ainsi fleurit

C'est la couverture de ce livre qui a attiré mon oeil. Il faut dire qu'avec toutes ces marguerites jaunes aux yeux noirs, elle est bien loin de passer inapperçue. Et puis, après avoir découvert la quatrième de couverture j'ai eu très envie de me plonger dans cette histoire qui semblait bien intriguante. J'ai eu la chance de pouvoir recevoir une version numérique de la bête grâce à Netgalley et aux Editions Presse de la Cité que je remercie très chaleureusement pour cette découverte.

À seize ans, Tessa est retrouvée agonisante sur un tas d'ossements humains et au côté d'un cadavre, dans une fosse jonchée de milliers de marguerites jaunes aux yeux noirs. Partiellement amnésique, seule survivante des "Marguerite" – surnom que les journalistes ont donné aux victimes du tueur en série –, elle a contribué, en témoignant, à envoyer un homme dans le couloir de la mort. Terrell Darcy Goodwin, afro-américain, le coupable parfait pour la juridiction texane.
Presque vingt ans ont passé. Aujourd'hui, Tessa est une artiste et mère célibataire épanouie. Si elle entend parfois des voix – celles des Marguerite qui n'ont pas eu sa chance –, elle est toutefois parvenue à retrouver une vie à peu près normale. Alors, le jour où elle découvre un parterre de marguerites jaunes aux yeux noirs planté devant sa fenêtre, le doute l'assaille... Son « monstre » serait-il toujours en cavale ? La narguerait-il ?

Quelle chouette découverte ! Je n'attendais rien de particulier de ce livre (à part passer un bon moment quand même) et je dois dire que j'ai eu une très agréable surprise. J'ai beaucoup aimé me retrouver dans la tête de Tessa qui nous entraine dans une spirale bien étrange. On se pose beaucoup de questions et au fur et à mesure que les pages se tournent, l'histoire prend une tournure toujours plus sombre.

Le lecteur est totalement hypnotisé par la plume de Julia Heaberlin. Quel talent ! Je ne me suis jamais ennuyée, l'auteure nous gratifie de rebondissements très bien trouvés et qui permettent au livre de ne jamais s'essouffler. Parce que la bête fait tout de même environ 560 pages je crois (oui, c'est du pavé mais ça se lit tellement vite et bien ...!). On navigue très bien entre différentes époques de la vie de Tessa, on la découvre et on s'attache très fort à elle.

J'ai trouvé que l'auteure savait parfaitement nous tenir en haleine quant au destin qui attend Terrell Darcy Goodwin, l'homme qui a été arrêté pour le meurtre des Marguerites et qui attend maintenant dans le couloir de la mort ... J'étais très curieuse de savoir ce qui allait lui arriver, si la machine judiciaire allait pouvoir être enrayée ou si malheureusement la sentence allait être executée.

Les personnages sont bien travaillés, on sent que l'auteur a bien creusé son histoire. C'est très agréable. Ce que j'ai aimé aussi c'est que le lecteur peut élaborer ses propres hypothèses pendant toute la lecture. C'est une réussite qui m'aura tenu en haleine jusqu'au bout. Le final m'a beaucoup plu, je ne suis pas déçue car il correspond assez bien à ce que j'avais envie de trouver dans le livre.

Une belle découverte que je ne peux que vous conseiller vivement !

Lu dans le cadre du Challenge des 100 romans ...

(106/100)

100romans

Lu dans le cadre du Challenge de l'Eté 2016 ...

(26/30)

Challenge_Ete_2016-250x233

Posté par Miss Purple à 14:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 septembre 2016

La terre des mensonges

terre des mensonges

J'ai rencontré Anne B. Ragde à Saint Maur en poche cette année, je tenais à la voir parce que sa venue dans un petit salon littéraire français me paraissait assez inespérée. Je l'ai donc rencontrée et je l'ai beaucoup aimé. Malgré la barrière de la langue, elle s'est montrée adorable et attentive. Je n'avais encore pas lu sa plume et j'ai choisi de commencer par sa célèbre trilogie parce qu'elle me semblait plutôt bien accessible.

Après la mort de leur mère, trois frères que tout sépare se retrouvent dans la ferme familiale. Tor, l'aîné, se consacre à l'élevage de porcs, Margido dirige une entreprise de pompes funèbres et Erlend est décorateur de vitrines à Copenhague. Les retrouvailles s'annoncent mouvementées : la tension atteint son paroxysme lorsque la question de l'héritage amène le père de famille à révéler un terrible secret.

Avant de me plonger dans cette lecture, j'avais vu une interview de Anne B. Ragde qui justement parlait de cette trilogie et elle m'avait intriguée à fond ! Je n'ai pas été déçue ! L'auteure nous plonge au coeur de la Norvège profonde à la veille de Noël. C'est extrêmement bien décrit, à tel point que j'ai eu la sensation de ressentir le froid piquant qui doit régner dans le pays à une époque pareille. J'ai été totalement immergée à Neshov.

Ca commence doucement, l'auteure prend le temps de nous planter le décor et de nous présenter les personnages. Je dois dire que j'ai été un peu déstabilisée parce que je ne parvenais pas à voir où tout ça allait nous mener. J'avoue, je me suis fait violence pour continuer, j'ai un peu hésité à laisser tomber et puis je suis arrivée au chapitre qui nous présente Erlend et là, j'ai été emportée.

L'intrigue est bien fichue, le secret de famille qui nous est révélé est juste énorme ! C'est un choc culturel autant pour le lecteur qui découvre la vie des fermiers reculés de Norvège (certains passages relatifs à l'hygiène m'ont soulevé le coeur) que pour Torunn qui se retrouve catapultée dans la vie de son père qu'elle ne connait que très peu.

J'ai adoré l'écriture d'Anne B. Ragde que j'ai trouvé pleine de finesse et très agréable à lire. Les descriptions sont magistrales. Les personnages sont extrêmement bien travaillés de tous points de vue. Même ceux avec lesquels on ne ressent pas une intimité de dingue finissent par nous toucher. Certains m'ont beaucoup peiné, d'autres m'ont amusé. J'ai ressenti toute une palette de sentiments pendant ma lecture et je n'ai qu'une hâte c'est de repartir à Neshov pour en apprendre plus.

Apparemment, la trilogie a été adaptée en série télévisée mais je ne sais pas si elle a été diffusée en France ou si seuls les téléspectateurs norvégiens ont pu la découvrir. En tout cas, si je peux mettre la main dessus dans une langue que je comprends, je me ferai un plaisir de la regarder (lorsque j'aurai terminé ma lecture de la totalité de l'histoire bien sûr).

Allez-y, partez à la découverte des pays enneigés de Norvège ...

Lu dans le cadre du Challenge des 100 romans ...

(105/100)

100romans

Lu dans le cadre du Challenge de l'Eté 2016 ...

(25/30)

Challenge_Ete_2016-250x233

Posté par Miss Purple à 18:18 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

05 septembre 2016

Tant que dure ta colère

ta colere

Je n'y connais rien en thriller nordique, pour tout dire je n'ai même encore jamais lu de bouquin de Camilla Läckberg, je me suis arrêtée au classique Millenium. Du coup, lorsque j'ai eu l'opportunité de recevoir un thriller nordique grâce à Babelio et Albin Michel, je me suis empressée d'accepter après avoir lu le résumé qui est plutôt alléchant. Je remercie donc les Editions Albin Michel et Babelio pour l'envoi de ce livre.

Au nord de la Suède, à la fonte des glaces, le cadavre d'une jeune fille remonte à la surface du lac de Vittangijärvi. Est-ce son fantôme qui trouble les nuits de la procureure Rebecka Martinsson ? Alors que l'enquête réveille d'anciennes rumeurs sur la mystérieuse disparition en 1943 d'un avion allemand dans la région de Kiruna, un tueur rôde, prêt à tout pour que la vérité reste enterrée sous un demi-siècle de neige ...

Comme je l'ai dit, je suis totalement novice en terme de thriller venu du froid. Je découvre donc la plume d'Asa Larsson qui semble être pourtant hyper connue, personnellement c'est la première fois que j'en entendai parler. Nous nous retrouvons donc au coeur d'une enquête menée par Rebecka et Anna-Maria. J'ai bien aimé que les personnages principaux soient presque exclusivement féminins. Ca change un peu ! Et puis comme il ne s'agit pas de leur première affaire commune, j'ai tout de même réussi à m'y retrouver.

Par contre, j'ai eu du mal à entrer dans l'histoire. C'est bien écrit mais qu'est ce que c'est long ! Et lent ! Et casse-pieds. L'auteure nous propose bien trop de descriptions pour un thriller. J'ai trouvé que ça cassait beaucoup le rythme de l'enquête et au final, ça m'a beaucoup lassé et j'ai fini par m'ennuyer. Moi, j'avais envie d'en apprendre plus et je me moquais bien du reste ! Je pensais y trouver un peu de surnaturel mais je suis restée sur ma faim.

C'est un livre dont j'attendais beaucoup, et au bout du compte j'ai trouvé un récit monotone bien loin de l'idée que j'avais des thrillers nordiques. Il faudra que j'en essaie d'autres parce que je ne veux pas rester sur cette impression. Cependant, je sais déjà que je ne lirai pas un autre roman de l'auteure, je vais plutôt en privilégier un(e) autre.

Je ne sais pas si je peux vous le conseiller parce que ça n'aura pas été une réelle lecture plaisir mais si le coeur vous dit de tenter une auteure suédoise, je pense que vous pouvez miser sur Asa Larsson. En effet, bien que les nombreuses descriptions ne m'aient pas plu particulièrement, elle nous propose une écriture très sympa et très fluide à lire.

Une découverte qui n'aura pas su me toucher malheureusement ...

Posté par Miss Purple à 20:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]