Sanguine et ses lectures

23 avril 2019

The wicked deep

swan sisters

Je n'avais jamais entendu parler de ce livre jusqu'à ce que Babelio me contacte pour me le proposer. La lecture du résumé m'a mis dans tous mes états et j'ai bien entendu postuler pour le recevoir en croisant bien fort les doigts. Et j'ai eu la chance d'être sélectionnée. Je suis ravie de la découverte que je viens de faire. Je remercie grandement Babelio et surtout les Editions Rageot pour l'envoi des épreuves non corrigées du bouquin.

C’est une histoire de vengeance... Il y a près de deux siècles, Marguerite, Aurora et Hazel Swan, trois jeunes femmes belles, libres et indépendantes, furent accusées de sorcellerie par les habitants de la ville de Sparrow. Des pierres accrochées aux chevilles, les trois sœurs furent noyées. Exécutées. Depuis ce jour, chaque année au mois de juin, les sœurs Swan sortent des eaux de la baie pour choisir trois jeunes filles, trois hôtes. Dans le corps de ces adolescentes, Marguerite, Aurora et Hazel reviennent se venger. Et cette année encore, Penny le sait, alors que les touristes afflueront, on retrouvera des cadavres de jeunes hommes sur la plage… Car cette malédiction, rien ne semble pouvoir l’arrêter.

Cette couverture ! Commençons par la futilité mais cette couverture ! Quelle beauté ! Je la trouve splendide et rien que pour ça, il faut lire ce livre. Je peux vous dire que la couverture est à la hauteur de l'histoire que vous allez découvrir. Oui, je n'exagère pas. Bien que le livre ne soit pas un coup de coeur, il sera un de mes meilleures lectures de cette année.

Nous faisons la connaissance de Penny qui sera la narratrice de notre récit, elle nous présente sa ville, Sparrow, qui est frappée par une malédiction. Elle nous explique aussi qui sont les Swan Sisters et comment elles "persécutent" la ville tous les étés. J'ai adoré découvrir cette malédiction, je la trouve hyper bien ficelée. Je me suis laissée embarquer totalement et je n'ai - presque - rien vu arriver.

Le livre est facile à lire, le récit est très rythmé puisqu'on passe d'une époque à l'autre. Nous sommes souvent à l'époque contemporaine mais on découvre également les Swan Sisters à leur époque, deux siècles avant nous. C'est génial car ça parait de bien s'immerger dans le récit. A mi-chemin, le roman prend un tournant que j'avais plus ou moins vu venir mais qui m'a malgré tout laissé pantoise.

Je me suis laissée bercer par l'atmosphère très étrange de Sparrow, j'avais la sensation de ressentir le piquant du froid et de la grisaille que l'auteure nous décrit, c'est très réussi. Je me suis attachée à Penny car elle semble très accessible, il est assez facile de s'identifier à elle même si son père est porté disparu et que sa mère semble en être très affectée.

Une super découverte qui sera disponible dans vos libraires dès le 24 avril !

Posté par Miss Purple à 17:57 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


22 avril 2019

Il était une fois la vie

il était une fois

Aujourd'hui, je vais vous parler d'un bouquin dont je n'avais jamais entendu parler jusqu'ici. Je l'ai découvert dans la wish-list de ma petite binome de swap favorite. J'ai su que je lui offrirai ce livre dès que j'ai vu la couverture parce que je la trouve trop jolie. Les beaux jours arrivant, j'ai eu envie de découvrir l'histoire de Lou alors je me suis dépêchée d'engloutir le livre avant qu'il ne prenne la direction de la maison de Marine ...

L’amour, les baisers passionnés et les cœurs brisés... Lou en connaît un rayon sur les histoires romantiques. Et pour cause : elle est l’auteur de best-sellers à l’eau de rose. Mais à force de vivre l’amour par procuration, Lou s’est enfermée dans une vie monotone et a oublié les vraies rencontres.
Pour pousser la jeune femme hors de sa bulle, ses meilleurs amis lui ont concocté un petit voyage insolite. Le défi qu’ils lui lancent est simple : partir et, surtout, ne plus écrire une ligne. Elle prend donc la direction de la Bretagne, accompagnée de son excentrique grand-mère.
Pendant le séjour, Lou fait la connaissance de Simon, un jeune homme de chair et d'os. Et découvre, par la même occasion, que la vraie vie est pleine de surprises et de rebondissements. Bien plus passionnante que les romans !
Et si elle se décidait à vivre, enfin ?

Bon alors, comment dire ? Personnellement j'ai été un peu déçue par ma lecture mais sans doute parce que c'est un genre littéraire que je n'apprécie pas spécialement à la base. J'ai trouvé l'histoire un peu cucul et pas assez crédible pour moi. Certaines situations m'ont parues improbables et j'ai levé les sorucils un certain nombre de fois. C'est une lecture hyper adaptée aux jours gorgés de soleil puisqu'on suit Lou, notre personnage principal, pendant des vacances en Bretagne. Mais bon, je me suis un peu ennuyée parce que tout est assez téléphoné. Limite, on connait la fin avant même d'avoir attaqué le troisième chapitre.

Mais je pense que les amateurs du genre vont être comblés parce que le livre renferme vraiment tous les clichés qu'on s'attend à trouver dans ce genre de livre. Le beau mec, la meilleure copine, le moment "je t'aime mais en fait je me casse quand même", le quiproquo ... bref tout est là. Mention spéciale à la grand-mère du Lou qui, pour le coup, m'aura vraiment plu. C'est un personnage atypique et complétement loufoque qui sauve un peu toute notre histoire.

Après, c'est plaisant à lire parce que la plume de l'auteure est agréable. C'est simple et efficace, sans trop de fioritures. Je l'ai lu rapidement mais je sais que je n'en garderai pas un souvenir impérissable. Je pense par contre qu'il devrait plaire à ma copine qui, elle, semble apprécier grandement ce genre de récit. J'ai testé, j'ai pas détesté loin de là, mais ça ne restera pas un grand moment de lecture pour moi.

Une histoire mignone mais parfois trop invraisemblable pour me convaincre.

Posté par Miss Purple à 19:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 avril 2019

Par deux fois tu mourras

Par-deux-fois-tu-mourras

Je ne lis pas beaucoup de romans historiques alors que j'aime bien ça. Lorsque j'étais en fin de lycée, je ne lisais presque que ça mais depuis j'avoue que je me suis un peu détournée de ce genre littéraire sans vraiment savoir pourquoi. J'en lis de temps en temps mais il faut qu'ils se déroulent pendant mes périodes favorites sinon je passe mon chemin. Mais là, j'ai eu envie de découvrir l'histoire de la reine Galswinthe qui est morte assassinée pendant le Haut Moyen Age. Un grand merci aux Editions JC Lattès pour avoir mis le livre à ma disposition.

Palais de Rouen, 569. Galswinthe, la jeune épouse de Chilpéric, l’un des trois petits-fils de Clovis, meurt étouffée dans sa chambre. Juste après, son assassin est retrouvé poignardé… Quatre ans plus tard, la sœur de Galswinthe, la reine Brunehilde d’Austrasie, est persuadée que toute la lumière n’a pas été faite sur cette tragique affaire. Elle charge Arsenius Pontius, un jeune lettré gallo-roman, de se rendre à Rouen pour enquêter en toute discrétion.
Sur place, Wintrude, une ancienne princesse thuringienne devenue esclave des Francs, lui apporte des informations essentielles. La jeune femme, indirectement mêlée au meurtre de Galwsinthe, a dû se placer sous la protection de l’Église pour échapper à des proches de Chilpéric, qui cherchent à la réduire au silence… Victime lui-même d’une tentative de meurtre, Arsenius apprend qu’un conflit est sur le point d’éclater entre Neustrie et Austrasie. Dès lors, Wintrude et lui n’ont plus le choix : ils doivent faire éclater la vérité avant que le jeu des trônes n’embrase toute la Gaule mérovingienne.

Me voilà extrêmement loin de ma zone de confort ! Le Moyen Age c'est pas mon truc mais alors lorsqu'on remonte jusqu'en 569 c'est encore pire ! C'est une période que je me souviens avoir étudié lorsque j'étais encore scolarisée mais je n'avais jamais beaucoup accroché à toutes ces histoires d'invasion et de royaume franc totalement écartelé entre de nombreux rois.

Du coup, lorsque j'ai débuté ma lecture je dois dire que j'étais complétement perdue. Il m'a fallu plusieurs chapitres avant que tout soit à un peu près net dans ma tête et j'ai commencé à prendre beaucoup de plaisir à découvrir les aventures de Wintrude, princesse thuringienne un poil rebelle, et d'Arsenius qui fait un peu pâle figure à côté d'elle mais qui va se révéler être un de mes personnages favoris dans ce roman.

Il n'y a pas de temps mort. Le lecteur va osciller entre une enquête plutôt bien foutue qui a opur but de découvrir qui a mis fin aux jours de la reine Galswinthe qui a été étouffée puis poignardée et une fresque historique très bien rendue. C'était passionnant et je me suis laissée aller à tout un tas de spéculations. Avais-je trouvé l'identité de l'assassin ? La réponse est non, Eric Fouassier m'a bien trimballée et j'ai adoré ça !

D'autant qu'il a aussi le talent de rendre accessible à tous cette période assez obscure de notre histoire. J'ai trouvé qu'il avait un véritable don pour vulgariser l'époque tout en conservant sa richesse, ses méandres et son côté sombre. J'ai été immergée dans ce Haut Moyen Age et je m'y suis sentie bien. Mieux que ça, l'auteur m'a même donné envie de m'y intéresser de plus près (et c'était pas gagné au départ). Tout au long de ma lecture, j'ai d'ailleurs consulté des sites pour jeter un oeil aux portraits des protagonistes. L'auteur utilise un vocabulaire riche mais également adapté à tous, il n'est pas necéssaire d'avoir un doctorat en histoire pour se retrouver embarqué auprès de Wintrude, Arsenius et tous leurs compagnons.

Un livre riche et bien fichu qui passionnera tous les lecteurs qu'ils aiment ou non l'histoire.

Posté par Miss Purple à 11:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 avril 2019

Les filles au chocolat 6.5 : Coeur piment

coeur piment

Il y a des séries de bouquin qu'on garde toujours précieusement au fond de son coeur. Des séries un peu doudou qui nous font du bien et qui nous font sourire lorsqu'on pense aux bons moments passés en leur compagnie. Les filles au chocolat de Cathy Cassidy fait partie de ces séries vers lesquelles j'aime revenir régulièrement. Je me gardais ce dernier tome pour m'offrir un moment de réconfort ...

Après avoir passé deux merveilleuses semaines à Tanglewood, avec Honey, Ash a repris son tour du monde. Le voilà maintenant en Europe, direction Paris ! Mais le cœur n’y est plus. Il ne retrouve pas l’excitation de ses premiers mois de voyage : Honey lui manque trop, et sans elle rien n’a plus d’intérêt. Il n’y a que lorsqu’il lui raconte ses visites et ses impressions par mail qu’il se sent heureux.
C’est pourquoi la perspective de rentrer bientôt en Australie alors que Honey reste en Angleterre, inquiète Ash …

Bon alors j'ai envie de dire : c'est quoi cette blague ? Non seulement le format de bouquin dénote totalement avec le reste de la série (non mais sérieux, ce micro format qui ne va pas avec rien je ne comprends pas le choix de l'éditeur) mais en plus le contenu ?! Sérieux ? Je n'aime pas dire ça mais ça sent à plein nez le mini livre qui ne sert à rien et qui parait simplement pour que les lecteurs qui souhaitent avoir l'intégralité des tomes mettent la main à la poche.

Franchement, en vingt minutes (et encore !) de lecture c'est plié. A part le plaisir de retrouver Honey et très très très rapidement le reste de la famille, je ne vois pas l'intêret de ce livre. C'est tellement court qu'on ne peut même pas appeller ça une nouvelle et c'est tellement court qu'il ne se passe rien ! Vite fait on découvre Ash qui voyage, qui pense à Honey et qui lui écrit des messages. Waouh !

Je n'en dirai pas plus puisque de toute façon, il n'y a rien à dire de plus dans la mesure où le livre est mini riquiqui. Je pense que si je vous raconte ce qu'il se passe en page 10 je vous spoile la moitié de l'intrigue (... intrigue ... je rigole). Bref, je suis déçue par le bouquin, par le choix de l'éditeur de publier ça à ce prix là ... et j'en voudrais presque à l'auteure elle-même pour avoir accepté de publier un livre aussi creux et aussi fin.

Parfois on se demande si les lecteurs ne sont pas pris pour des jambons ...

Posté par Miss Purple à 19:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 avril 2019

Raisons obscures

raisons obscures

J'ai découvert la plume et le talent d'Amélie Antoine assez récemment en fait. Du coup, je me tiens en alerte sur les sorties de ses ouvrages. J'ai eu l'opportunité d'obtenir un exemplaire numérique de Raisons obscures dont le résumé m'a beaucoup intrigué et je dois dire que je n'ai pas longtemps hésité. Je remercie donc les Editions XO pour ce très bon moment de lecture !

Deux familles ordinaires à l'heure de la rentrée scolaire.
Deux familles où chacun masque et tait les problèmes pour ne pas inquiéter les autres.
Chez les Kessler, la mère a retrouvé son premier amour.
Chez les Mariani, le père est mis à l'écart dans son entreprise.
Deux familles où règnent les secrets.
Deux familles où, en apparence, tout va bien.
Jusqu'à ce que tout déraille...
Pour des raisons obscures.

Oui, j'ai tranché la quatrième de couverture dans le vif parce que je trouve qu'elle en dit un peu trop sur ce que ce bouquin renferme. Il est important de ne pas savoir et de se laisser immerger dans l'univers de ces deux familles assez différentes et qui, pourtant, vont se retrouver liées par un événement terrible. Je trouve que l'auteure a un don pour rendre intéressant un quotidien somme toute très banal.

J'avoue que lorsque j'ai entamé ma lecture, j'ai eu un petit moment de flottement parce que je ne comprenais pas vraiment l'intéret de nous raconter tout ça. Mais au fil des pages, tout se met en place et on a juste envie que ça dure encore longtemps. On se sent bien en compagnie des Kessler et des Mariani et j'avais hâte de savoir comment les familles allaient se rencontrer.

Et je dois dire que quand on découvre ce qui va les lier, ça fait froid dans le dos !! Je n'osais pas croire que ce que j'étais en train de lire. Ca m'a pris aux tripes parce qu'Amélie sait rendre ses personnages ultra attachants. C'est une lecture très dure, très prenante qui va me hanter pendant quelques temps je pense.

Mon billet ne sera pas beaucoup plus long parce que je ne voudrais pas prendre le risque de dévoiler le sujet principal de ce livre, qui est bien loin de la simple crise de la quarantaine de la mère de la famille Kessler par exemple. Pourtant, j'aimerai bien crier la révolte que j'ai ressenti, l'injustice de la situation. J'aimerai vous parler d'elle, celle qui restera longtemps dans ma mémoire ...

Une lecture coup de poing qui repose sur un thème plus d'actualité que jamais, hélas ...

Posté par Miss Purple à 18:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


31 mars 2019

Dans son silence

dans son silence

A la base, je n'avais pas envie de lire ce livre pour un motif complétement futile, j'en suis bien consciente. Je n'aime pas la couverture. Pire, je la trouve même un peu flippante. Et puis je me suis dit que je n'aurai pas à la supporter puisque je pourrai lire ce bouquin dans sa version numérique alors je me suis lancée et j'ai eu la chance de voir ma demande approuvée par les Editions Calmann Lévy que je remercie très chaleureusement.

Alicia, jeune peintre britannique en vogue, vit dans une superbe maison près de Londres avec Gabriel, photographe de mode. Quand elle est retrouvée chez elle, hagarde et recouverte de sang devant son mari défiguré par des coups de couteau fatals, la presse s’enflamme. Aussitôt arrêtée, Alicia ne prononce plus jamais le moindre mot, même au tribunal. Elle est jugée mentalement irresponsable et envoyée dans une clinique psychiatrique.
Six ans plus tard, le docteur Theo Faber, ambitieux psychiatre, n’a qu’une obsession : parvenir à faire reparler Alicia. Quand une place se libère dans la clinique où elle est internée, il réussit à s’y faire embaucher, et entame avec elle une série de face-à-face glaçants dans l’espoir de lui extirper un mot. Et alors qu’il commence à perdre espoir, Alicia s’anime soudain. Mais sa réaction est tout sauf ce à quoi il s’attendait…

Finalement, j'ai bien fait de me décider à passer au-delà de la couverture parce que je serai passée à côté d'une histoire plutôt bien foutue. Ce n'est pas la plus originale du monde mais je me suis bien laissée trimballer tout au long des pages. Ce n'est que dans les trente dernières que j'ai découvert le secret de tout ça mais jusque là, c'était parfait.

On fait la connaissance d'Alicia qui a été internée après avoir tué son mari, en parallèle on découvre Théo qui est psychothérapeute et qui vient d'intégrer l'unité dans laquelle Alicia est soignée. Rapidement, on a la sensation qu'il bloque sur cette patiente et qu'il ferait tout pour la guérir. Autant j'ai aimé l'ambiance du roman, autant je n'ai pas eu d'empathie pour les personnages. L'ambiance est pesante, on navigue entre le service psychiatrique, la vie privée de Théo et le journal intime d'Alicia. On se demande quand tout ça va finir par se recouper ...

Quant aux personnages, l'auteur n'est pas parvenu à me les rendre sympathiques. Je n'ai pas ressenti de grande curiosité à leur égard mais pourtant, j'ai été tenue en haleine tout du long. C'est assez étrange parce que Théo ne m'a pas plu, j'avais la sensation qu'un truc clochait chez lui sans jamais parvenir à mettre le doigt sur ce qui me dérangeait. Quant à Alicia, je crois qu'elle est bien trop tordue pour moi. Les autres personnages (Gabriel, Max, Kathy ou le personnel hospitalier) rendent le récit très vivant même si ils n'ont pas un immense intêret pour certains.

Ca se lit très bien, les pages se tournent rapidement car le roman est très rythmé. Les chapitres sont relativement courts et variés. On passe du journal d'Alicia à des chapitres un peu plus classiques. C'est très agréable et facile à lire. L'auteur parvient à distiller les informations avec parcimonie et puis bim ! Il nous assène un truc qui fait avancer l'intrigue.

Un excellent premier roman, un auteur dont je lirai les prochains ouvrages avec plaisir.

Posté par Miss Purple à 17:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 mars 2019

Les faucheurs sont les anges

faucheurs sont les anges

Ca faisait un sacré moment que je n'avais pas lu d'histoire de zombies. Je dois dire qu'après tout le tapage entourant la série Walking dead, j'en ai eu un peu marre et j'étais au bord de l'écoeurement. Ce livre était dans ma PAL depuis bien longtemps également et c'est au prétexte de remplir une consigne d'un challenge de lecture que je tente que je l'ai enfin sorti.

Depuis vingt-cinq ans, la civilisation se réduit à de pauvres enclaves qui s’efforcent d’endiguer des flots de morts-vivants. Une jeune fille nommée Temple sillonne ces paysages d’une Amérique dévastée lors d’une errance solitaire qui lui permet de faire taire ses démons intérieurs. Elle n’a pas souvenir du monde avant l’arrivée des zombies, mais se rappelle le vieil homme qui les avait recueillis, son jeune frère et elle ; un cadet dont elle a eu la charge jusqu’à la tragédie qui l’a poussée à aller de l’avant, en quête de rédemption. Un voyage initiatique d’îlot préservé en îlot préservé, à travers un Sud ravagé en proie à la sauvagerie, au cours duquel Temple devra décider où fonder un foyer et trouver le salut qu’elle cherche désespérément.

J'avais lu de bonnes critiques de ce livre lorsqu'il est sorti, j'avais eu hyper envie de le découvrir mais comme je ne l'ai pas fait tout de suite, cette envie m'était un peu passée. Je ne vais pas dire que je suis déçue de ce roman mais il ne casse quand même pas trois pattes à un canard. Il n'est pas sans intêret mais il n'est pas original. C'est à mon sens un mélange de Je suis une légende et de The walking dead (encore).

Le livre est court alors tout se passe très rapidement, on ne sait pas vraiment ce qui s'est passé pour que le monde en arrive là. Temple, notre personnage principal, est née dans ce monde là et j'ai eu la sensation qu'elle ne se posait pas de questions. Ceci dit, à sa place je ne m'en serai sans doute pas posé non plus. Mais le fait de ne rien savoir du passé m'a un peu embêté. Je n'ai pas non plus été fan des personnages, je n'ai pas réussi à m'attacher à eux (on en revient toujours au "manque de pages"). Temple est une jeune fille qui sait ce qu'elle veut et qui ne veut surtout pas mourir, elle a un côté sympa mais ça s'arrête là.

Le bouquin n'est pas mal écrit, il se lit bien mais encore une fois, c'est pas un truc fifou. C'est vraiment le livre qu'on lit, qu'on apprécie sur le coup parce qu'il n'est pas mauvais en soi mais qu'on oublie aussitôt après. Je n'ai malheureusement pas grand chose de plus à en dire, je l'ai déjà un peu zappé alors que je ne l'ai terminé que la semaine dernière ...

Si vous avez deux heures devant vous, ce livre peut vous occuper ...

Posté par Miss Purple à 17:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 mars 2019

Tu comprendras quand tu seras plus grande

quand tu seras plus grande

Je ne m'étais jamais penchée sur les romans de Virginie Grimaldi. C'est très bête mais dans ma tête, j'avais classé ses livres dans une catégorie gnan-gnan et ça ne me disait rien du tout. Sauf que, entre temps, j'en ai entendu parler encore et encore et surtout en des termes plutôt élogieux. En plus, j'ai eu l'occasion d'avoir ce Tu comprendras quand tu seras plus grande entre les mains alors, j'ai mis mes préjugés débiles de côté et je me suis lancée ...

A 32 ans, Julia, psychologue ne croit plus au bonheur. Après avoir perdu surccessivement son père, son fiancé et sa grand-mère, elle se laisse aller sans réagir. Jusqu'au jour où elle répond, sur un coup de tête, à une offre d'emploi de thérapeute en maison de retraite à Biarritz.

Ben dites donc, j'ai drôlement bien fait de changer d'avis et d'avoir envie de découvrir cette auteure ! Car ce livre, je l'ai littéralement mangé. Il m'a fait une seule journée parce que, une fois lancée à la rencontre de Julia, je n'ai pas réussi à la quitter sans avoir le fin mot de tout ça. Je n'ai pas compris dans quel tourbillon j'ai été plongée, je n'ai rien vu venir et v'lan ! Julia est un personnage ultra attachant qui nous ressemble tellement qu'il est difficile de ne pas se trouver de points communs avec elle. Je l'ai adoré et je me suis attachée à elle genre à deux pages du début ! Un exploit.

Les situations m'ont parues hyper réalistes, j'ai tout gobé sans réfléchir. J'étais à fond dans les aventures de Julia et des pensionnaires des Tamaris. Ils sont tous autant adorables les uns que les autres, même Léon le vieux grincheux a réussi à toucher mon petit coeur. Je suis passée des rires aux larmes, j'ai réellement ri pendant ma lecture et c'est assez rare pour le souligner. D'ailleurs, je crois que l'Homme m'a pris pour une dingue mais je m'en fiche. J'étais tellement bien à Biarritz que je n'avais pas envie que ça se termine.

J'ai été surprise par la "révélation" finale, je ne m'attendais pas du tout à quelque chose de ce genre dans un livre comme celui-ci. C'était très agréable de se faire surprendre de la sorte et je pense que c'est une des raisons pour lesquelles ce livre m'aura autant plu. Ca se lit tellement bien, la plume de Virigine est légère et super agréable. Je n'ai pas vu les pages se tourner et j'étais toute déçue d'être arrivée à la fin aussi rapidement. Franchement, j'en aurai bien repris un peu encore. C'est vraiment une très chouette découverte, peut-être que j'aurai encore plus apprécié si je l'avais lu en plein été car c'est un livre parfait pour lâcher prise et se laisser embarquer.

Je suis absolument enchantée par cette lecture et je ne tarderai pas à découvrir les autres ouvrages de Virigine Grimaldi.

Posté par Miss Purple à 18:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 mars 2019

Bad man

bad man

Lorsque j'ai lu le résumé de ce livre pour la première fois, j'avoue ne pas avoir été attirée. Puis les premiers avis sont tombés et ils étaient complétement dingues ! Alors je n'ai pas voulu passer à côté du phénomène mais j'ai demandé un exemplaire du livre. Je remercie d'ailleurs très vivement les Editions Belfond pour avoir répondu à ma requête de façon positive.

Floride, de nos jours.
On dit qu'une disparition d'enfant se résout dans les 48 heures. Quarante-huit heures, c'est le temps qu'il faut pour investiguer, coller des affiches, frapper à toutes les portes, auditionner des témoins. Deux jours d'angoisse à retourner le monde en tous sens, pour faire réapparaître un gamin. Mais deux jours, c'est court.
Pour Ben, l'attente dure depuis cinq ans, et ce jour où Eric, son petit frère de trois ans, a disparu dans le supermarché local. Une seconde d'inattention et l'enfant s'est volatilisé. A-t-il été kidnappé ? S'est-il perdu ? Est-il toujours vivant ? Les questions demeurent sans réponse.

Bon. Je suis très embêtée avec ce livre et je pense que je vais avoir un peu de mal à rédiger ce billet. Je ne vais pas y aller par quatre chemins, ce bouquin a été une déception pour moi et je me dis que j'aurai mieux fait d'écouter mon instinct et de ne pas le solliciter. Mais trop tard, c'est fait et j'ai la sensation d'avoir perdu mon temps sur cette lecture. A mon avis, j'avais placé la barre tellement haut qu'il était difficile pour ce livre d'atteindre toutes mes attentes, la faute aux autres lecteurs na !

Si j'ai aimé le côté original avec le cadre dans lequel notre histoire se déroule presque totalement, le reste m'a déçu et à commencer par les personnages. Le supermarché tient une place prépondérante dans ce récit, il est presque même un personnage à part entière tellement il est présent tout le temps. Et ça, j'ai bien accroché parce que ça change un peu et ça donne un côté encore plus étrange à la disparition du petit Eric. Mais comme je le disais, les personnages ne m'ont pas convaincu, aucun d'entre eux. J'aurai tellement voulu ressentir une vague de compassion envers Ben mais non, je n'y suis pas parvenue. Je n'ai pas spécialement aimé Marty ni même Beverly avec qui c'était pourtant bien parti parce que j'aime assez ce genre de personnages qu'on a un peu de mal à cerner.

Mais c'est le récit dans sa globalité qui n'a pas réussi à me tenir en haleine. J'ai trouvé l'action extrêmement lente, molle et souvent sans intérêt. Alors oui, ça se veut plutôt psychologique mais là ... Je suis vraiment passée à côté ! J'ai passé une semaine entière en compagnie de ce livre et c'est bien trop vu le nombre de pages qu'il contient, c'est pas bon signe chez moi lorsque je patine autant sur une lecture. Je n'ai pas non plus aimé la fin que j'ai trouvé un peu trop rapide et invraisemblable. Heureusement la plume de l'auteur est relativement agréable à lire et je serai peut-être curieuse si un autre de ses romans est publié en France d'ici quelques temps.

Je suis navrée d'avoir un avis aussi médiocre concernant ce livre mais il faut croire qu'il n'était pas fait pour moi ...

Posté par Miss Purple à 18:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 mars 2019

L'asile du Nord

asile du nord

J'aime bien me faire peur. J'adore les films d'horreur et depuis quelques temps, je me suis lancée à nouveau dans la littérature d'horreur. J'en ai beaucoup consommé lorsque j'étais étudiante et puis je me suis lassée parce que je trouve ça un peu répétitif et sans grande originalité. Et puis, je ne sais pas pourquoi mais j'ai envie de redécouvrir un peu tout ça. Je suis donc très contente d'avoir pu découvrir ce livre de Carine Paquin grâce à la plateforme Netgalley et aux Editions Kennes que je remercie.

Peu de temps après la mort de sa grand-mère, à l'aube de l'an 2000, une jeune fille de seize ans est internée à l'hôpital psychiatrique. Son diagnostic: schizophrénie paranoïde. Pourtant, certaines personnes de la ville sont convaincues que la petite n'est pas folle, que ce qui l'affecte n'a rien d'humain. Existerait-il quelque chose d'invisible à l'homme qui peut s'emparer de lui et détruire sa vie? Enfermée entre les quatre murs de cet hôpital, que fera Camille quand elle constatera que sa vie ne lui appartient plus? Pour quoi, ou plutôt pour "qui" vit-elle?

C'est une belle surprise que ce livre dont je n'attendais pas grand chose à part me divertir. Il se lit rapidement, je l'ai lu d'une traite dans le train en allant passer le week-end chez mes parents. Mais ce n'est pas parce qu'il est court qui'il n'est pas de bonne qualité. Franchement, j'ai beaucoup aimé ma lecture. Bon, j'ai été un peu perturbée peut-être par les expressions québecoises qui émaillent de temps en temps le récit mais au bout du compte, j'ai fini par m'y habituer.

Les chapitres sont assez courts et c'est un truc que j'aime dans les livres parce que je trouve que ça donne beaucoup de rythme, et en plus ça me donne l'impression d'avancer rapidement. Ajoutez à ça mon envie goulue de connaitre le dénouement de tout ça et vous obtiendrez un super moment de lecture ! L'histoire ne parait pas être hyper originale quand on démarre le livre parce que l'auteure nous raconte comment un groupe de jeunes gens encore scolarisés décide de jouer avec un ouija ... Franchement, vue comme ça, ça donne pas forcément envie mais le récit prend rapidement un chemin inattendu et j'ai aimé me faire surprendre ainsi.

Le bémol que je pourrai apporter concerne Camille, notre personnage principal. Je ne l'ai pas aimé, je l'ai trouvé un peu antipathique. Elle n'a rien pour elle, rien qui donne envie de s'attacher à elle même si elle vit des situations vraiment pas cool (quel doux euphémisme !). En revanche, j'ai bien aimé le personnage de la vieille dame un peu étrange dont j'ai oublié le nom.

Une chouette découverte ! Si une suite vient à être éditée, je la lirai avec grand plaisir ...

Posté par Miss Purple à 10:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]