Sanguine et ses lectures

10 juin 2021

Stephanie King 2 : Murder game

Couverture Murder Game

Lorsque j'ai découvert le résumé de ce livre, j'ai eu envie de le lire. Je ne sais pas, ça paraissait très intrigant et j'aime ce genre de trucs. Je n'avais pas compris qu'il s'agissait là d'un tome deux. Heureusement, ça n'a pas eu d'impact sur ma lecture. Je pense n'avoir rien manqué dans ce texte. Je remercie les Editions Belfond pour l'envoi de ce livre.

Angleterre, de nos jours. La première fois que Jemma s'est rendue dans le manoir de Polskirrin, c'était en compagnie de Matt, son époux, pour célébrer le mariage du richissime Lucas Jarrett. Jamais Jemma n'oubliera la vue saisissante de cette demeure dominant la mer, perchée sur un éperon de Cornouailles.
Jamais, non plus, n'oubliera-t-elle la vue du corps d'Alex, la sour tant aimée du marié, flottant sans vie le jour des noces, sur cette plage de galets... Un an après, Jemma et Matt sont de retour à Polskirrin, à la demande expresse de Lucas. Pourquoi ce dernier tient-il tant à célébrer le premier anniversaire de ses noces funestes ? La question est sur les lèvres de tous les invités. Car ce que Lucas a en tête n'a rien d'une gentille réunion entre amis.
Non, c'est à une fête macabre qu'il les a tous conviés, un murder game visant à faire rejouer à chacun son rôle de l'an passé et révéler ainsi la vérité sur la mort d'Alex. Mêmes personnes, mêmes tenues, même repas, mêmes discussions, la nuit qui a vu mourir la jeune femme se répète dans une mise en scène terrifiante.

J'ai eu un peu de mal à rentrer dans l'histoire et je ne me l'explique pas. Peut-être que je n'étais pas assez concentrée sur ma lecture. Comme de nombreuses personnes, je pense que mon esprit est parasité en ce moment. Mais au bout de quelques chapitres, j'ai été conquise par l'atmosphère du roman. J'aime bien les histoires qui se déroulent en Angleterre, avec les landes et le vent. C'est une atmosphère que je trouve particulièrement agréable dans ce type de récit, ça rajoute une couche au mal être du lecteur.

Tout dans ce livre pourra mettre le lecteur mal à l'aise, à commencer par Lucas, le personnage plutôt central de l'histoire. Celui qui réunit ses amis pour célébrer son mariage, celui dont la soeur va périr noyée. Je l'ai trouvé très réussi parce qu'il est difficile à cerner, je crois que je n'ai jamais compris son fonctionnement. C'est aussi lui qui a l'idée complétement dingue de reconstituer la soirée pendant laquelle sa soeur va périr. Il faut être tout de même assez tordu pour imaginer et mettre en scène un truc pareil. Les autres personnages sont sympas mais un peu fades. L'histoire nous est principalement racontée par Jemma pour qui je n'ai pas eu beaucoup d'empathie. Certains aspects de son récit m'ont fait penser au Cluedo, j'ai passé un bon moment à me demander qui avait bien pu tuer Alex.

C'est plutôt bien ficelé, bien écrit. Une fois lancé, on ne s'ennuie pas. Comme je le disais, il n'est pas necessaire d'avoir lu le premier tome des aventures de Stephanie King car l'auteure fait en sorte que tout soit accessible. Je pense cependant que je vais tenter de dénicher ce premier roman par curiosité. Je n'avais pas lu de huis-clos depuis longtemps et je me rends compte que j'aime bien ça. Surtout lorsque je suis surprise par le dénouement, comme c'est le cas ici.

Une chouette découverte que je ne peux que vous conseiller !

Posté par Miss Purple à 09:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


08 juin 2021

Si la vie te donne des citrons, fais-en une tarte meringuée

Couverture Si la vie te donne des citrons, fais-en une tarte meringuée

Avec la période compliquée que nous connaissons depuis de longs mois déjà, j'avais envie d'une petite lecture légère idéale pour me vider la tête. Lorsque j'ai lu le résumé de ce livre de Charlotte Léman, j'ai eu l'impression qu'il correspondait exactement à mes attentes. Un grand merci aux Editions L'archipel pour avoir mis à ma disposition un exemplaire de cet ouvrage (j'en profite pour m'excuser de ne pas avoir rendu mon billet plus tôt, d'autant que j'ai terminé ma lecture depuis longtemps).

Ce que Clémence chérit par dessus-tout, c’est la petite existence tranquille qu’elle s’est construite en dehors du bureau. Une chouette famille avec Antoine et Gabriel, leur fils de 17 ans, un appartement douillet en plein cœur de la capitale, et la pâtisserie, son péché mignon.
Mais, cette vie paisible bascule le jour où son mari lui annonce qu’il la quitte pour une jeune femme presque en âge d’être sa fille ! Et, comme les choses peuvent toujours être pires, son quotidien se transforme en cauchemar lorsque ce dernier lui impose une colocation aussi absurde que pénible.
Cependant, quand la vie nous donne des citrons, aussi acides soient-ils, on peut décider d’en faire de la limonade… ou de la tarte meringuée si on est passionnée de pâtisserie comme Clémence !

Comme je l'avais pressenti, ce bouquin était le livre idéal pour moi au moment où j'ai eu envie de le découvrir. C'est une histoire que certains trouveront sans doute un peu simplette (Clémence, mariée depuis longtemps découvre un jour que son mai la trompe, pour faire simple) mais qui est très efficace. J'ai dévoré ma lecture en quelques heures. Les personnages sont abordables et attachants, à commencer par Clémence. Elle pourrait être n'importe laquelle d'entre nous, je pense que c'est ce qui la rend tellement sympathique. Peut-être que certains événements m'ont parus un peu tirés par les cheveux mais ça n'en rend pas moins le récit super agréable.

La plume de l'auteure participe beaucoup à mon enthousiasme. C'est hyper rythmé, on ne s'ennuie pas un instant. Les chapitres sont courts, ils s'enchaînent avec beaucoup de facilité et on se rend pas compte des pages qui défilent. C'est drôle, les dialogues apportent vraiment quelque chose. Certains côtés du roman sont mordants et mettent le doigt sur certains maux de notre société.

Je ne lis plus beaucoup de romans dans ce genre, à part ceux des auteures qui ont un peu de bouteille dans ce style, parce que j'ai parfois la sensation de lire toujours la même chose. Ici, j'ai aimé le côté rafraichissant et pétillant de cette héroïne qui refuse de se laisser abattre et qui ne se noie pas dans son chagrin. C'est vraiment un roman parfait pour les beaux jours qui semblent enfin arriver. Ca se déguste comme une petite friandise.

Un petit bouquin sympathique à découvrir sans attendre ...

Posté par Miss Purple à 08:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 juin 2021

Le sourire du lièvre

Couverture Le sourire du lièvre

C'est cette jolie couverture en noir et blanc qui a attiré mon attention. J'ai eu envie de savoir ce qu'elle cachait. Le résumé m'a mis l'eau à la bouche et je n'ai pas pu résister. Un immense merci aux Editions Presses de la Cité pour m'avoir permis de découvrir l'histoire de Marie et Jeanne. J'en profite pour m'excuser d'avoir mis autant de temps pour rendre mon billet, mais la situation est un peu compliquée ces temps-ci, heureusement ça s'améliore ...

Au premier regard, on les croirait sœurs tant elles se ressemblent, l’une brune, l’autre blonde. Parce qu’elles ont toutes les deux un bec-de-lièvre, Marie et Jeanne, sept ans, se lient d’amitié sur les bancs de leur école, dans le Finistère en cette année 1931. Leur première amitié. La dernière. Instants volés, heureux mais éphémères, bientôt anéantis par Hubert Lesvêque, notable qui ne tolère pas que Marie – adoptée contre son gré par son épouse – fréquente la fille d’un vannier.
Puis vient cette nuit fatale, cette nuit de drames où tout bascule ...

Alors, je ne vais pas y aller par quatre chemins. Ce livre est un véritable coup de coeur. J'ai littéralement tout aimé dans cette lecture, à commencer par les personnages. Nous allons faire la connaissance de Jeanne et Marie, deux petites filles qui se rencontrent lors de la rentrée des classes. Leur différence physique va les inciter à se rapprocher rapidement et elles vont devenir les meilleures amies du monde. C'est juste le début de ce roman lumineux et poignant. J'ai adoré ces petites filles qu'on voit devenir jeunes filles au fil des pages. Je les ai trouvé touchantes et adorables. Chacune dans un genre différent car elles vivent des vies différentes. Marie a été adoptée par une riche famille qui ne l'aime pas, Jeanne vit seule avec son père pour qui elle représente tout.

Bien entendu, l'auteur nous propose toute une série d'évenements qui vont émailler la vie de ces jeunes filles. Certains m'ont complétement bouleversée, je n'irai pas sur ce terrain car je ne veux rien dévoiler de l'intrigue. Mais tout est bien mené, on se laisse vraiment porter par le récit. Ce livre ne doit pas se raconter, il doit se découvrir. J'ai aimé cette fresque historique, c'est fascinant de voir comment les destins peuvent se modifier, comment la vie peut nous malmener. J'ai dévoré mon livre, je n'avais pas du tout envie de quitter les personnages auxquels je me suis vraiment attachée tout au long du récit.

La plume de l'auteur est délicieuse, ça se lit tellement bien ! Je suis friande de ce genre de roman qui nous permet de suivre un (ou plusieurs) personnage(s) sur toute une longue partie de sa vie. En plus, l'auteur aborde des thèmes qui me sont chers : la Seconde Guerre, l'Occupation et la Résistance. C'est un régal. Je ne peux que vous le conseiller sans hésiter.

Si votre chemin croise ce livre, foncez !

Posté par Miss Purple à 14:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 juin 2021

Bal tragique à Windsor

Couverture Bal tragique à Windsor

Quand j'ai repéré ce livre, je me suis dit que j'avais très envie de le découvrir. La Reine Elisabeth en héroïne de roman policier ? Je savais que j'allais aimer, ce n'était pas possible autrement. J'ai donc pu découvrir cet ouvrage grâce à Babelio et aux Editions Presses de la Cité que je remercie pour cet envoi.

La reine Elizabeth II s'apprête à célébrer ses 90 ans et attend avec impatience la visite du couple Obama. Mais au lendemain d'une soirée dansante au château, un pianiste russe est découvert pendu dans le placard de sa chambre, quasiment nu.
Shocking ! Quel scandale si la presse l'apprenait ! Lorsque les enquêteurs commencent à soupçonner son fidèle personnel d'être impliqué dans cette sordide affaire, Sa Majesté, persuadée qu'ils font fausse route, décide de prendre les choses en main. Mais être reine a ses inconvénients, et notamment celui de ne pas passer inaperçue. C'est donc Rozie Oshodi, sa secrétaire particulière adjointe, une brillante jeune femme d'origine nigériane, qui va l'aider à démêler ce sac de noeuds en toute discrétion ...

Je dois dire que j'ai commencé par me demander si c'était bien "politiquement correct" de mettre en scène la Reine et ses proches. Et puis je me suis dit que l'auteure avait sans doute demander la permission de le faire. Car, au fil des pages, nous allons suivre un peu le quotidien de la souveraine et du Prince Philip. J'ai lu ce roman après le décès du Prince et c'était tout plaisant de pouvoir le côtoyer à nouveau.

L'intrigue semble plutôt simple mais finalement, l'enquête menée par Sa Majesté est plutôt bien ficelée. Je me suis bien laissé trimballer et je n'avais pas découvert le fin mot de l'histoire. C'est donc une réussite pour moi. J'ai beaucoup aimé l'ambiance du livre, un peu pesante par instants. Pour les besoins de notre histoire, l'auteure introduit le personnage de Rosie qui est la secrétaire particulière de la Reine (je pense que ce poste existe réellement). C'est donc en duo qu'elles vont mener l'enquête et c'est un duo que je trouve très réussi. Il y a beaucoup d'humour, les dialogues sont hyper réalistes (ceux entre la Reine et le Prince sont juste excellents !) et apportent quelque chose au déroulé de notre histoire.

Je pense que l'auteure connait vraiment bien la famille royale et tout le protocole qui l'entoure. J'ai appris quelques trucs. Mention spéciale aux piques lancées régulièrement par le Prince Philip à l'encontre de David Cameron alors Premier Ministre. C'est savoureux et jubilatoire. J'ai dégusté ma lecture, je n'avais pas spécialement envie d'arriver à la fin de mon livre car l'ambiance me plaisait beaucoup. Je suis bien contente que ce soit le premier tome d'une série car je découvrirai la suite avec grand plaisir.

A découvrir, même si la Famille Royale ne vous intéresse pas plus que ça !

Posté par Miss Purple à 10:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 juin 2021

Luna

Couverture Luna

En ce moment, j'ai un rythme de lecture que je trouve plutôt satisfaisant. Par contre, j'ai beaucoup de mal pour rédiger mes billets, je ne sais pas pourquoi. Lorsque j'ai le temps, je n'en ai pas envie et vice versa ... J'ai lu ce bouquin au début du mois de mai, et je n'en parle que maintenant. Pourtant, je l'ai bien aimé mais je ne sais pas ...

Parfois, on pense trouver le soleil en août, mais c'est la lune qu'on trouve en mars.
Luna arrive à Naples contre son gré : son père est gravement malade. Rien, ici, ne lui a manqué. Ses repères, ses amies, son amour sont désormais à Milan. Alors pourquoi revenir ? Pourquoi être au chevet de son papà, au passé trouble, et avec lequel elle a coupé les ponts ?
Mais Napoli est là, sous ses yeux : ses ruelles animées et sales, ses habitants souriants et intrusifs, sa pizza fritta, délicieuse et tellement grasse, son Vésuve, beau et menaçant...
Est-il seulement possible de trouver la paix dans une ville si contrastée ? Mais si ce retour aux sources sonnait finalement l'heure de l'apaisement ?

J'avais beaucoup entendu parler de Serena Giuliano mais je n'avais encore jamais eu l'occasion de la lire. C'est à présent chose faite. J'ai décidé de me lancer dans ce roman parce qu'il se déroule à Naples et que Naples ... comment dire ... c'est notre ville de coeur en Italie. Je ne pouvais donc pas passer à côté. D'autant que Naples a un véritable rôle à jouer dans cette histoire. C'est un peu un personnage à part entière, au même titre que Luna et ses amies. J'ai trouvé que l'auteure lui rendait un bel hommage et ça m'a donné encore plus envie d'y retourner rapidement (le plus tôt possible compte tenu des circonstances).

Nous allons suivre Luna, une jeune napolitaine exilée à Milan. On va rapidement comprendre pourquoi sa mère et elle sont parties. Le mystère n'est pas très épais et surtout, je le trouve plutôt mal exploité. On sait que la Camorra est un véritable fléeau pour la ville, on se doute bien qu'on va en parler et ça fait un peu flop car le souci de la mafia est à peine évoqué. Mais un peu comme tous les thèmes de société abordé au fil des pages, ils sont là puisque Serena Giuliano choisit de nous en parler mais on les effleure. Tout ça manque un peu d'épaisseur à mon goût. Je pense que l'auteure aurait pu nous livrer quelque chose de bien plus approfondi.

Reste que l'histoire est plaisante, un peu cousue de fil blanc, et que j'ai bien ri aux aventures de Luna et de cette petite saleté de chat gâté avec qui elle va devoir cohabiter. Ca se lit très facilement, on a vraiment la sensation de visiter Naples. Les personnages sont sympa, plutôt bien construits. Mention spéciale pour Gina, la cousine de Luna qui incarne assez bien la Napolitaine. C'est amusant de suivre tout ce petit monde.

Un petit roman parfait pour les beaux jours !

Posté par Miss Purple à 08:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


28 mai 2021

RéValité

Couverture RéValité

Lorsque Julia Galindo est venue me proposer la lecture de son roman, je n'ai pas vraiment hésité longtemps parce que le résumé est très attractif. Il pose pleins de questions auxquelles on a envie d'avoir la réponse, le récit semble être rempli de mystères. Bref, exactement ce que j'aime lire ! Un grand merci à Julia pour sa proposition et cette découverte.

Se réveiller sans aucun souvenir dans une chambre d’hôpital et devoir compter sur un SDF pour apprendre son identité, passe encore.
Être le cobaye d’une organisation secrète qui essaye de vous éliminer depuis qu’elle ne peut plus vous contrôler, ça commence à faire.
Mais craquer pour un Don Juan qui vous rend nymphomane, nourrir une mégère acariâtre, avoir un aveugle tyrannique sur le dos et devoir empêcher un savant fou de poursuivre ses expériences de manipulation génétique. Là, c’est trop !
Il est temps de passer à l’action et d’arrêter de prendre ses rêves pour la réalité…

Ce bouquin, c'est quelque chose entre polar, livre d'aventures et récit d'anticipation. Julia jongle avec ce mélange des genres et c'est plutôt bien réussi. Nous allons faire la connaissance de Gaïa, une jeune fille qui se réveille dans une chambre d'hôpital sans savoir qui elle est ni ce qu'elle fait là. Elle va devoir rapidement échapper à une tentative d'assassinat et les questions commencent. Le lecteur ne comprend pas ce qui se passe, pas plus que notre personne principal !

Le point fort de ce livre à mon sens, ce sont ses personnages. Ils sont tous très réussi, à commencer par Gaïa. Ils sont pour la plupart attachants, on sent que l'auteure a pris le temps pour les travailler. Mention spéciale à Adélaïde que j'ai adoré, son côté vieille rombière jamais contente m'a tellement fait rire. Gros coup de coeur aussi pour Noa qu'on voit évoluer au fil du récit. Tous semblent avoir quelque chose de différent du commun des mortels, c'est bien vu. J'ai beaucoup aimé également les dessins (souvent des portraits des personnages) qui se trouvent au fil des pages.

L'histoire est peut-être un peu trop rocambolesque pour moi. J'aime lorsque c'est carré et là ça part quelque fois dans tous les sens avec un peu trop de facilité pour moi. On a vraiment l'impression que Gaïa a une chance folle et que tout lui sourit. Mais c'est vraiment pour pinailler parce que j'ai globalement beaucoup aimé ma lecture. Par contre, mais c'est quoi cette fin qui nous met d'autres questions dans la tête ? J'espère donc à présent qu'il y aura une suite pour lever ce nouveau mystère dans la vie de Gaïa.

Une chouette lecture, à découvrir ...

Posté par Miss Purple à 13:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 mai 2021

Orphelins 88

Couverture Orphelins 88

La Seconde Guerre Mondiale est sans doute ma période historique favorite, sans doute parce que ma grand-mère l'avait vécu et m'en a souvent parlé. C'est aussi la période de notre histoire sur laquelle je lis le plus. C'est plus fort que moi. J'avais beaucoup entendu parler de ce livre de Sarah Cohen-Scali et j'ai attendu que ça se calme un peu pour me lancer dans sa lecture.

Munich, juillet 1945.
Un garçon erre parmi les décombres…
Qui est-il ? Quel âge a-t-il ? D'où vient-il ? Il n’en sait rien. Il a oublié jusqu’à son nom. Les Alliés le baptisent Josh et l’envoient dans un orphelinat où Ida, directrice dévouée, et Wally, jeune soldat noir américain en butte au racisme de ses supérieurs, vont l’aider à lever le voile de son amnésie.
Dans une Europe libérée mais toujours à feu et à sang, Josh et les nombreux autres orphelins de la guerre devront panser leurs blessures tout en empruntant le douloureux chemin des migrants.
Si ces adolescents sont des survivants, ils sont avant tout vivants, animés d’un espoir farouche et d’une intense rage de vivre.

J'avais déjà pris une bonne claque en découvrant Max de la même auteure. Je m'attendais donc à m'en reprendre une, elle n'a pas été aussi violente. J'ai bien évidemment dévoré ma lecture, même si j'ai eu un peu de mal à m'y mettre au début. Je ne sais pas pourquoi mais les premiers chapitres ne m'ont pas accroché. Mais une fois lancée, je n'ai plus pu m'arrêter.

Sarah Cohen-Scali va nous entrainer dans l'univers des Lebensborn dont on n'avait pas tellement entendu parler jusqu'à présent (et pourtant, il en existait un en France). Nous allons asisster à la (re)construction des enfants nés dans ces structures mais aussi des enfants enlevés dans divers pays d'Europe dont le physique correspondait aux critères de la race aryienne ou des enfants rescapés des camps de concentration. Ca fait froid dans le dos, d'autant que je suis persuadée que l'auteure n'est vraiment pas loin de la réalité.

La plume de l'auteure est agréable, ça se lit facilement même si le rythme du roman est assez lent. Tout comme les enfants, Sarah Cohen-Scali prend son temps, le temps de digérer les évenements, le temps de se remémorer ... les enfants sont touchants, on a envie de les protéger. Difficile de ne pas se sentir concerné, de s'interroger sur soi-même ... On ne ressort pas de cette lecture totalement indemne. C'est un récit juste, sans chichis mais qui atteint son but. 

Un livre à mettre entre toutes les mains ...

Posté par Miss Purple à 10:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 mai 2021

Les brutes en blanc

Couverture Les brutes en blanc

Comme beaucoup d'entre nous, j'ai découvert Martin Winckler avec La maladie de Sachs mais je n'avais que moyennement apprécié. Du coup, je ne m'étais pas intéressé à nouveau à cet auteur. Mais avec l'épidémie que nous connaissons depuis un an, j'ai eu envie d'en apprendre un peu plus sur le milieu médical et je suis tombée sur cet essai ...

"Vous n'avez rien à dire. Le médecin, ici, c'est moi !"
Cette phrase, trop de patients l'ont entendue et l'entendent encore de la bouche d'un médecin.
Pour quelles raisons, lorsque nous consultons, avons-nous trop souvent la sensation de n'être ni écoutés ni entendus, mais au contraire négligés, observés comme un cas clinique de plus ? Pourquoi pensons-nous que c'est "un mauvais moment à passer" ?
Formation des médecins ? Hiérarchie des professions de santé ? Idéologie du monde médical ? D'où vient le problème ?

Bon. Je ne sais pas trop quoi penser de ma lecture. J'ai appris pas mal de choses, sur la formation des médecins, sur les années d'internant et l'ambiance parfois difficile qui peut régner dans les services hospitaliers. Du coup, le métier de soignant m'apparait encore plus difficile que ce que j'aurai pu l'imaginer. Mais j'ai eu un peu de mal avec le ton de tout le texte, je l'ai trouvé très condescendant, un peu comme si l'auteur était au-dessus du lot de ses confrères. Genre le médecin idéal, celui qui n'a rien à se reprocher et qui fait absolument tout dans les régles de l'art.

Ca m'a pas mal dérangé pendant ma lecture et j'ai fini par lever les yeux au ciel assez souvent. Martin Winckler, sous couvert de donner des exemples, m'a pris la tête et j'ai trouvé qu'il manquait vraiment d'humilité. On a la sensation qu'il fait tout mieux que tout le monde, le médecin parfait qu'on rêve tous d'avoir. J'ai eu l'impression que l'auteur avait déjà une opinion bien définie et qu'il ne s'en est jamais départi. Bof bof.

Heureusement, ça se lit relativement rapidement. Les chapitres sont courts, ils abordent à peu près toujours le thème de la gynécologie (la spécialité de l'auteur) et c'est un peu lassant. Bien entendu, j'ai tenté d'identifier si mon médecin avait certains des comportements décrits dans cet essai et c'est à peu près la seule chose amusante et constructive que j'aurai retenu de tout ça.

Un peu déçue, trop de "moi je suis le meilleur" ...

Posté par Miss Purple à 17:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 mai 2021

Aurore

Couverture Aurore

Dans cette période compliquée, j'avais besoin d'un peu de douceur. Lorsque j'ai lu le résumé de ce livre de Bertrand Touzet, je me suis dit qu'il semblait parfait pour ça. Je remercie les Editions Presses de la Cité pour m'avoir permis de découvrir Aurore et son histoire. J'en profite pour m'excuser d'avoir autant trainé avant de rendre ce billet.

Soigner, veiller, sourire, prodiguer les mots et les gestes qui réconfortent, être là tout simplement... Aurore sait combien son travail d'infirmière à domicile, aussi routinier et difficile soit-il, agit comme un baume pour ses patients. Et contre le désert affectif de sa vie. Aurore élève seule Nils, ado, et s'est reconstruite au fil des ans dans ce petit village. En enfouissant le drame qui a atomisé sa vie d'avant et en se protégeant des jeux de l'amour. Même si son charme ne laisse pas indifférent le déroutant docteur Verdier...
Un jour, Aurore découvre une petite annonce : " Vieil homme ne voulant pas finir sa vie seul ou en maison de retraite cherche personne ou famille qui voudrait l'adopter. " Car Noël est inconsolable depuis la mort de son épouse. Souvent il va se recueillir sur sa tombe qu'il orne de petites violettes en origami et convoque ses souvenirs lumineux mais de plus en plus épars.

C'est un joli roman que l'auteur nous offre ici. C'est un texte plein de bons sentiments, peut-être un peu trop pour moi. J'ai trouvé quelques passages un peu gnangnan, un peu "trop". Mais ça reste un bon moment de lecture rempli de personnages touchants. Nous allons donc découvrir Aurore qui est infirmière à domicile et qui vit seule avec son fils adolescent. Une petite annonce va faire changer leur vie lorsqu'ils vont s'installer auprès de Noël, un vieil homme qui perd un peu la tête.

Autant j'ai trouvé Aurore un peu caricaturale (un peu trop gentille, un peu trop parfaite, un peu trop compréhensive), autant j'ai adoré Noël. Il m'a touché droit au coeur, il m'a fait craquer ce vieux monsieur et ses origamis. On a envie de le prendre sous notre aile et on tremble qu'il lui arrive quelque chose au fil des pages. C'est un personnage bien travaillé, un personnage presque parfait qui est tout à fait à mon goût.

L'histoire en elle-même semble être un peu simplette, un peu basique mais elle fait mouche. Alors oui, elle est très ancrée dans l'air du temps (interaction des générations, échanges de valeurs, l'accompagnement de fin de vie ...) mais c'est un récit tendre et généreux. C'est bien écrit, agréable à lire et les pages se tournent sans qu'on s'en rende compte. Ce ne sera pas un coup de coeur car plusieurs choses m'ont un peu fait tiquer mais c'était la petite bouffée d'optimisme dont j'avais besoin à un moment précis.

Un joli roman à découvrir ...

Posté par Miss Purple à 10:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 mai 2021

Les enfants sont rois

Couverture Les enfants sont rois

Je vais sans doute me faire huer mais je n'avais encore jamais lu Delphine de Vigan, c'est une auteure qui a beaucoup de succès et c'est pour ça que j'étais un peu réticente à l'idée de me lancer dans un de ses ouvrages. Mais là, j'étais vraiment très tentée par le résumé alors je n'ai pas pu m'empêcher de craquer ... et j'ai bien fait !

"La première fois que Mélanie Claux et Clara Roussel se rencontrèrent, Mélanie s'étonna de l'autorité qui émanait d'une femme aussi petite et Clara remarqua les ongles de Mélanie, leur vernis rose à paillettes qui luisait dans l'obscurité. " On dirait une enfant ", pensa la première, "elle ressemble à une poupée", songea la seconde. Même dans les drames les plus terribles, les apparences ont leur mot à dire".

Entre roman contemporain et essai de sociologie, je me suis vite laissée embarquer dans ce récit. On va découvrir deux destins à l'opposé l'un de l'autre. La première s'appelle Mélanie et ne vit qu'à travers les réseaux sociaux, l'autre s'appelle Clara et ses parents l'ont éduquée loin de toute cette télévision à sensation. A travers ces deux jeunes femmes, l'auteure va dresser un portrait saisissant de notre société rongée par le paraitre. On sent que Delphine de Vigan s'est documenté sur ce phénomène des influenceurs, et en particulier des enfants influenceurs. Ca fait froid dans le dos, on peut clairement parler de maltraitance. On le voit bien à travers le comportement de la petite Kimmy.

J'ai eu un peu de mal avec le côté anticipation, les années 2030 m'ont un peu surprise. Je comprends qu'il était important pour l'auteure de nous montrer l'évolution des enfants de Mélanie et pour cela, il fallait qu'on puisse les rencontrer lorsqu'ils sont jeunes adultes. Le lecteur se prend le mal être de ces jeunes gens en pleine poire. On réfléchit beaucoup à la lecture de cet ouvrage, on se pose pas mal de questions.

J'ai beaucoup aimé la plume de l'auteure, je l'ai trouvé très agréable à lire. Je suis séduite. La psychologie des personnages est fine, bien travaillée. Le réalisme de l'ensemble est vraiment saisissant. C'est glaçant. Petit bémol cependant, l'auteure semble assez impliquée dans son histoire pour nous faire part de son point de vue sans jamais réellement nous le dire. On sent clairement de quel côté elle se place. Ce ne sera pas un coup de coeur.

Un livre qui résume plutôt bien une partie des maux de notre société. A découvrir ...

Posté par Miss Purple à 18:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]