Sanguine et ses lectures

17 novembre 2017

Sherlock, Lupin & moi 2 : Dernier acte à l'opéra

dernier acte

J'avais beaucoup aimé le premier tome de ces aventures de jeunesse de Sherlock Holmes, Arsène Lupin et Irène Adler. Du coup, lorsque je suis allée à la médiathèque la dernière fois et que j'ai vu le tome 2 je n'ai pas hésité un instant avant de l'embarquer chez moi. Je ne sais pas si ils ont déjà le tome suivant au catalogue mais je l'emprunterai avec plaisir.

Septembre 1870. Sherlock Holmes, Arsène Lupin et Irene Adler sont ravis de se retrouver à Londres après leur été mouvementé à Saint-Malo. Mais une fois sur place, Lupin n'a pas le coeur à la fête. Et pour cause, son père, Théophraste, est accusé d'avoir assassiné le secrétaire d'un célèbre compositeur. Quand Ophelia Merridew, la fameuse cantatrice disparaît à son tour, c'en est trop pour les trois amis qui se jurent de trouver le coupable coûte que coûte... Des bas-fonds de Londres jusqu'aux coulisses de l'Opéra, nos détectives ne reculeront devant rien pour rétablir la vérité !

J'ai retrouvé avec grand bonheur les trois protagonistes qui m'avaient beaucoup plu lorsque je les avais découvert en vacances à Saint-Malo. Cette fois, on les retrouve à Londres où vit Sherlock. Je vous laisse découvrir comment les deux autres débarquent dans la capitale britannique.

J'avoue avoir été un peu moins emballée que par le premier tome au début de ma lecture. Heureusement, un peu avant la moitié du livre, l'histoire et l'enquête s'emballent un peu et on ne peut plus lâcher le livre tellement on a envie de découvrir l'identité du meurtrier de l'assistant du compositeur d'opéra vedette. J'ai été trimballé par l'auteur parce que je n'avais pas découvert de qui il pouvait bien s'agir.

Et je trouve ça chouette parce que ce livre est destiné aux plus jeunes lecteurs (enfin, pas avant 10 ans quand même). Lorsqu'il s'agit de polars jeunesse, j'ai toujours peur que l'auteur prenne les petits lecteurs pour des abrutis et que tout soit trop facile. Ce n'est absolument pas le cas ici. C'est bien ficelé, c'est plutôt haletant et les adolescents en auront pour leur compte.

C'est bien écrit en plus, sous forme des mémoires d'Irène Adler. On découvre pas mal de références aux personnages tels qu'on les connait aujourd'hui. J'aime bien ce genre de trucs. Sherlock est vraiment autant tête à claques que lorsqu'il sera adulte, je ne connais pas assez le personnage d'Arsène Lupin pour chopper toutes les références qui lui sont propres.

J'ai hâte de connaitre la suite des aventures de ces détectives en herbe !

Lu dans le cadre du Challenge des 100 lectures ...

(126/100)

100romans

Posté par Miss Purple à 12:17 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


16 novembre 2017

[LC] Forbidden

forbidden

J'avais tellement entendu parler en bien de ce roman que je l'avais acheté dans sa version origniale puisqu'il tardait vraiment à être publié en France. Comme je suis une immense feignasse, je ne l'ai pas lu et il s'est contenté d'orner une étagère de ma bibliothèque. Mais depuis, Milady a enfin décidé de le proposer à ses lecteurs alors je me suis procuré la version numérique de la chose et hop !

Maya et Lochan ne sont pas des adolescents comme les autres. Élevés par une mère alcoolique et instable, ils sont livrés à eux-mêmes et n’ont d’autre choix que d’élever seuls le reste de la fratrie. Forcés de devenir adultes plus tôt que prévu, ils se soutiennent dans l’adversité et finissent par tomber amoureux. Lochan se sent seul au monde, et Maya est la seule à pouvoir le comprendre. Conscient de la monstruosité de cet amour, Lochan est prêt à tout pour bâillonner le désir et les sentiments que sa sœur lui inspire. Mais comment résister alors que Maya a besoin de lui autant qu’il a besoin d’elle ? Est-ce un crime de s’aimer si fort ?

Bon ben ... comment vous dire ? Je n'ai pas aimé. Bah oui je sais ! Le roman que tout le monde acclame ne m'a plu. J'en suis désolée parce que je voulais tellement l'aimer et ressentir les mêmes émotions que les autres lecteurs ... Déjà, ça partait plutôt mal avec le climat familial dans lequel l'auteure a décidé de placer ses héros. On se retrouve au coeur d'une famille de cinq enfants dont le père s'est barré en Australie refaire sa vie avec une nouvelle femme. La mère, elle, passe son temps à picoler et à faire des cochoncetés avec son nouveau mec sans se soucier de ses enfants puisque de toute façon, elle ne vit plus à la maison. Tu m'expliques le délire ?

Genre les mômes sont tout scolarisés et jamais, jamais, personne ne se doute de ce qui se trame à la maison ? Jamais quoi ! Ah si peut-être une fois, ça a failli être découvert mais ouf, tout a pu rentrer dans l'ordre d'une façon un peu délirante et le secret a été gardé. Je n'ai pas trouvé ça crédible ... je ne suis pas certaine qu'une petite fille de cinq telle qu'elle est décrite dans le livre sache tenir sa langue auprès de ses copines par exemple. Bref, les services sociaux anglais semblent être bien incompétents ou inexistants.

Mais du coup, Lochan et Maya sont responsables de leurs plus jeunes et semblent se rapprocher peu à peu comme si ils étaient les parents des enfants ? Tu la sens bien la bonne excuse à deux balles qui va permettre à l'auteure d'expliquer l'attirance peu commune entre ce frère de 18 ans et cette soeur de presque 17 ? J'ai trouvé ça tellement facile, tellement simpliste ... Comme si une famille dysfonctionnelle pouvait tout expliquer.

Je n'ai pas aimé le style de l'auteure, l'idée de proposer une alternance de point de vue entre Lochan et Maya m'a bien plu. Sauf que heureusement que leur nom apparait en début de chapitre car ils sont totalement indifférenciables ! Le style reste identique alors que c'est chacun des personnages qui "parle" et j'ai trouvé ça très peu interéssant et très peu dynamique. C'est linéaire, j'ai parfois eu envie de sauter des lignes afin d'avancer un peu plus rapidement.

L'histoire est prévisible, c'est lent à se mettre en place (à 40% de l'epub, ils se rendaient à peine compte qu'ils éprouvaient quelque chose l'un pour l'autre !) et j'ai vu venir la fin grosse comme une maison. Il faut dire aussi que l'auteure nous met sur la piste quelque fois pendant le récit. Je n'ai pas ressenti d'empathie pour les personnages (à part la petite Willma, pas sûre du prénom, peut-être). Ca pleurniche, ça s'apitoie, ça s'interroge aussi parfois de temps en temps ... Mais je n'ai pas été touchée par ce récit et je le regrette ...

Je suis déçue et je ne comprends pas l'engouement général pour ce livre ...

Lu dans le cadre du Challenge des 100 romans ...

(125/100)

100romans

Posté par Miss Purple à 09:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 novembre 2017

Les étranges soeurs Wilcox 1 : Les vampires de Londres

etranges soeurs

J'avais eu une première expérience un peu mitigée avec la plume de Fabrice Colin (Bal de givre à New-York m'avait moyennement plu) mais j'avais malgré tout très envie de découvrir sa série jeunesse fantastique. Du coup, lors de mon dernier passage à la médiathèque, je suis rentrée avec le premier tome des aventures de soeurs Wilcox.

Londres 1888. Qui sont ces deux orphelines qui s'aventurent la nuit dans les rues mal famées ? Ignorent-elles qu'on peut y rencontrer Jack l'Eventreur ? Que des créatures plus terrifiantes encore, goules et vampires s'y livrent une lutte sans merci ? Mais Amber et Luna Wilcox ne sont pas des jeunes filles comme les autres. Sous leur frêle apparence se cache un terrible secret. C'est pour cela qu'elles ont été choisies. Par qui ? Impossible d'en dire plus. Sinon que la survie de l'empire britannique repose désormais sur les très étrangers soeurs Wilcox ...

Alors forcément, quand on me promet de m'emmener dans la Londres victorienne en compagnie de vampires et de Jack l'Eventreur, ça ne peut que me donner l'eau à la bouche. Et au final, j'ai bien apprécié ma promenade en compagnie de ces soeurs dont on apprend le passé petit à petit. Tout commence lorsque les deux jeunes filles se réveillent au fond de leur cercueil dans un cimetière inconnu ... La suite, je vous laisse la découvrir !

Il n'y a pas grand chose d'originial à vrai dire, ce mélange de personnages qu'on attend pas forcément ici a déjà été fait (je pense surtout à Anno Dracula de Kim Newman qui est un peu dans la même veine mais version adulte) et la plume de Fabrice Colin est bien adaptée pour les lecteurs adolescents. Rien de dingue là dedans, l'aventure proposée est tout ce qu'il y a de plus classique, mais ça reste très plaisant de suivre le combat des Inivisibles contre le méchant clan des Drakul. On retrouve, comme je le disais, une ribambelle de personnages issus d'autres univers (bon, je vous en cite deux ou trois : Sherlock Holmes, Elisabeth Bathory et même Bram Stoker, l'auteur de Dracula). C'est plutôt sympa car on ne sait pas sur qui on va tomber lorsqu'on tourne les pages ...

On ne s'attache pas forcément aux personnages et j'ai trouvé ça dommage. Peut-être que Luna m'a un peu frôlé le coeur à certains passages mais ça reste très fugace et donc pas suffisant pour pouvoir être en empathie. Je n'ai pas tremblé pour eux et c'est un peu dommage. Mais ça reste une bonne lecture ado que je ne peux que vous conseiller si vous aimez un peu à la base ces atmopshères étranges et la brume londonienne. Il existe deux autres tomes que je lirai sans doute car j'aimerai bien connaitre l'issue de toute cette histoire.

Une histoire de vampires qui ne fait pas peur ? Celle-ci est faite pour vous !

Lu dans le cadre du Challenge des 100 romans ...

(124/100)

100romans

Posté par Miss Purple à 11:11 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

11 novembre 2017

L'écarlate de Venise

ecarlate venise

On me parle de Venise et je deviens complétement maboule ! C'est sans doute l'endroit où je me sens le mieux au monde, l'endroit le plus apaisant que je connaisse. Bref, je ne vais pas vous faire un exposé sur la Sérénissime mais je vais vous parler d'un roman policier qui s'y déroule alors que la République et ses Doges sont toujours en place. Je remercie la plateforme Netgalley et les Editions AmazonCrossing pour m'avoir permis de découvrir cette histoire !

Venise, 1752. Par une glaciale nuit de décembre, un homme est retrouvé étranglé dans une ruelle. Il est la première victime d’une série de meurtres auxquels Marco Pisani, haut magistrat de la République de Venise, se trouve mêlé.
Idéaliste et passionné, Pisani est un précurseur des Lumières qui a compris depuis longtemps que ce qui est légal n’est pas toujours juste. Amoureux de sa ville, il la voit avec tristesse sombrer dans la décadence. Ses enquêtes ne font que renforcer ce sentiment en levant définitivement le voile sur la part d’ombre d’une société en proie aux conflits familiaux, aux rumeurs destructrices et au vice.
Aidé de son ami avocat Zen, de Nani le gondolier sans scrupule et de la belle et indépendante Chiara, Pisani mène l’enquête sans relâche, des chantiers de l'Arsenal aux prisons du palais des Doges, en passant par les maisons de jeux et les palais de la noblesse… Jusqu’à découvrir la vérité, aussi amère que surprenante.

Commençons par le superficiel ... non mais vous avez vu cette couverture ? Je la trouve magnifique !! En plus, elle a un petit côté intrigant qui colle parfaitement bien avec le contenu du livre. L'ambiance du roman est mystérieuse et envoûtante, je ne sais pas si je suis très objective mais j'ai immédiatement été catapultée à Venise en 1750. L'auteure a bien su rendre l'atmosphère de l'époque. C'était hyper agréable de se sentir immergée ainsi et ça permet au lecteur d'être totalement enveoppé dans son livre.

Les personnages sont bien travaillés, j'ai eu un coup de coeur pour Marco Pisani, l'advocateur (sorte de procureur de la République). Il faut dure que l'auteure lui fait la part belle mais j'ai aimé son côté anticonformiste alors qu'il est tout de même un des personnages les plus en vue de la Cité. J'ai également beaucoup aimé son gondolier. Mais globalement, tous les personnages seront sympathiques au lecteur.

L'intrigue n'est pas forcément dingue, c'est une enquête classique qui tourne autour du meurtre de trois hommes. L'auteure prend son temps pour nous dévoiler peu à peu tous les rouages de son histoire. En fait, je trouve qu'elle a adapté le rythme de son récit au rythme de la ville. En effet, tout va lentement à Venise et c'est donc le cas de notre livre. C'est plaisant comme tout !

J'ai aussi beaucoup aimé que la traductrice décide de conserver certains termes typiquement vénitiens, ça donne un peu plus de cachet au récit. Mais par contre, j'ai été un peu embêtée par certains dialogues que j'ai parfois trouvé un peu anachronique par rapport à l'époque abordée dans le livre (je ne pense pas qu'on parlait de drague en 1750). C'est un détail mais qui peut éventuellement gêner certains lecteurs. Moi, ce qui m'a vraiment ennuyée ce sont les dons de voyance de Chiara que j'ai trouvé un peu ... facile mais je dis ça pour pinailler ...

Je me suis fait trimballer par l'auteure car je n'avais absolument pas deviné l'identité du coupable. Je suis très contente de ne rien avoir vu venir ! Et puis j'ai tellement aimé redécouvrir des lieux qui me sont familiers en compagnie de Marco et son gondolier, j'ai apprécié aller de la Giudecca au Grand Canal. J'ai adoré visiter le palazzo de la famille Pisani et assister à une fête avec eux ... Bref, je me suis régalée.

Si vous avez envie de naviguer entre un roman historique et un roman policier, celui-ci est fait pour vous mais il faudra attendre jusqu'en février 2018 !

Lu dans le cadre du Challenge des 100 romans ...

(123/100)

100romans

Posté par Miss Purple à 10:35 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

10 novembre 2017

Fable d'amour

fable

Je n'avais jamais entendu parler de ce livre ni même de cet auteur italien. Je l'ai découvert en regardant une video de la Griffe Noire et Gérard Collard en parlait tellement bien que j'ai eu envie d'en apprendre plus et de me plonger dans cette étrange histoire d'amour. Grâce à ma copine D. qui m'a offert ce petit bouquin, j'ai enfin pu y mettre mon nez ...

"Fable d’amour, écrit Moresco, raconte une histoire d’amour entre deux personnages qu’il serait impossible d’imaginer plus éloignés : un vieux clochard qui ne se souvient plus de rien et qui a pratiquement perdu la raison, et une fille merveilleuse. C’est l’histoire d’une de ces rencontres qu’on croit impossibles mais qui peuvent avoir lieu dans les territoires libres et absolus de la fable, et aussi quelquefois dans la vie". Fût-il le plus pur, l’amour a-t-il vocation à durer ? Mais puisque l’amour est sans pourquoi, doit-on chercher plus d’explications à ce qui le tue qu’à ce qui le fait naître ? Et si la fable était le seul mode pour raconter aujourd’hui la puissance d’aimer ?

J'avais pas mal d'attentes de la part de ce livre il faut bien l'avouer. Malheureusement, ces attentes n'ont pas été comblées. Nous faisons la connaissance d'Antonio qui est un vieux clochard qui vit dans la rue depuis de nombreuses années. Il va faire la rencontre d'une "merveilleuse jeune fille" qui se prénomme Rosa. Bon, en soi une histoire d'amour entre quelqu'un qui vit dans la rue et une femme qui semble être assez aisée est quelque chose qui ne me paraissait pas délirant ...

Mais je n'ai pas spécialement apprécié la façon dont l'auteur traite cette histoire d'amour. C'est beaucoup trop perché pour moi (j'aurai dû m'en douter, ça s'appelle fable quand même). Je n'ai absolument rien ressenti pour les personnages, que ce soit lui ou elle. J'aurai pu m'attacher à Antonio parce qu'il a des côtés touchants mais ... non. Quant à Rosa, je ne l'ai pas comprise et je ne l'ai pas aimée. J'ai eu du mal avec la trame de l'histoire, je n'ai pas toujours compris les choix fait par l'auteur.

Heureusement, la plume d'Antonio Moresco est agréable. C'est assez poétique (peut-être un poil trop pour mon goût) et ça se lit rapidement. En plus, le livre n'est vraiment pas épais mais malgré tout, j'ai mis une journée entière pour en venir à bout car je n'avais pas forcément envie de reprendre ma lecture à chaque pause que j'ai fait.

Dommage ...

Lu dans le cadre du Challenge des 100 romans ...

(122/100)

100romans

Lu dans le cadre du Challenge Ces livres que je n'ai toujours pas lus ...

(7/20)

[Ca bugge le logo viendra plus tard]

Posté par Miss Purple à 10:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


08 novembre 2017

George

george

J'avais repéré ce livre au moment de sa parution. J'avais très envie de le lire car le sujet est pour ainsi dire jamais abordé dans la littérature jeunesse (ou bien je suis à la ramasse et je suis passée à côté des titres). Je voulais voir un peu ce que ça pouvait donner et voir comment le sujet délicat de la transexualité serait abordé dans ce livre. Du coup, j'étais très contente lorsque j'ai vu qu'il était disponible à ma médiathèque, je suis vite aller le chercher avant que quelqu'un d'autre ne mette la main dessus ...

Beaucoup de gens aiment George. Maman est très fière de son petit garçon, elle pense qu'il deviendra "un jeune homme très bien". Scott aime beaucoup son "frérot". Et Kelly le tient pour son "meilleur ami". Mais George sait que les gens ne voient pas qui elle est vraiment. Car George en a la certitude, elle est une fille.
Alors quand sa maîtresse propose de jouer une pièce de théâtre à l'école, George veut plus que tout interpréter le personnage de Charlotte. Elle sera parfaite, et les gens comprendront enfin qui elle est.
Comment leur faire comprendre que c'est le rôle de sa vie ?

C'est vraiment un livre destiné au plus jeunes (collection Medium de l'Ecole des loisirs) alors c'est peut-être pour cette raison que j'ai trouvé l'histoire un peu simplette. Elle s'adresse à des lecteurs beaucoup plus jeunes que moi et finalement, je trouve que l'auteur(e) s'est bien adapté à son possible lectorat. C'est un super pari de se lancer dans un tel récit car ça peut rapidement partir en cacahuète.

J'ai appris après avoir refermé mon livre que l'auteur(e) était d'ailleurs une personne transgenre. Et au final, je me dis que ça se ressent dans la façon d'aborder la vie quotidienne de George. C'est très en subtilité, il n'y a rien de malsain ni de voyeurisme. Il faut dire aussi que George est un enfant qui est au CM1 il me semble (ça donne quoi ça ? 8 ou 9 ans à peine).

J'ai été touchée par George et par son mal de vivre, il se sent tellement mal dans sa peau de petit garçon qu'il ne peut pas laisser le lecteur insensible. J'ai eu mal au coeur aussi lorsqu'il tente d'annoncer à sa maman qu'il est une fille ... après, je ne sais pas quelle serait ma réaction à sa place mais j'aime à penser qu'elle serait bien plus tolérante ...

C'est un roman qui n'est pas très épais et qui se lit vraiment très vite. On se prend à vouloir que George décroche le rôle de l'araignée Charlotte qui semble lui tenir tellement à coeur. Mention spéciale pour le dernier chapitre du livre qui m'a pris les tripes.

C'est une lecture très agréable à conseiller aux jeunes lecteurs pour les sensibiliser un peu ...

Lu dans le cadre du Challenge des 100 lectures ...

(121/100)

100romans

Posté par Miss Purple à 19:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 novembre 2017

La fille qui avait bu la lune

La-fille-qui-avait-bu-la-lune

Quel titre énigmatique ! Quelle magnifique couverture ! Quel résumé alléchant ! Je n'avais jamais entendu parler de ce livre ni de son auteure (elle semble pourtant plutôt connue aux Etats-Unis si on en croit le bandeau publicitaire). Mais lorsque j'ai découvert le communiqué de presse, je n'ai pas pu résister à l'envie d'en apprendre plus sur cette histoire. Je remercie donc Sylvie et les Editions Anne Carrière pour m'avoir permis de découvrir cette Fille qui avait bu la lune.

Chaque année, les habitants du Protectorat abandonnent un bébé en sacrifice à la redoutée sorcière des bois. Ils espèrent ainsi détourner sa colère de leur ville prospère. Chaque année, Xan, la sorcière des bois, se voit contrainte de sauver un bébé que les fous du Protectorat abandonnent sans qu’elle ait jamais compris pourquoi. Elle s’emploie à faire adopter ces enfants par des familles accueillantes dans les royaumes voisins. Mais cette année, le bébé en question est différent des autres : la petite a un lien étrange avec la lune et un potentiel magique sans précédent. Contre son gré, Xan se voit obligée de la ramener chez elle et de persuader ses amis réticents d’élever cette enfant pas comme les autres. Ils la baptiseront Luna et ne tarderont pas à en devenir gâteux. Xan a trouvé comment contenir la magie qui grandit à l’intérieur de la petite, mais bientôt approche son treizième anniversaire, et ses pouvoirs vont se révéler …

Autant le dire tout de suite, j'ai eu un peu de mal à me mettre dans le bain et à rentrer réellement dans l'histoire. En effet, au premier tiers du livre Luna est encore une petite fille et moi, j'avais très envie de la voir totalement investie par la magie. Je pense que j'étais sans doute beaucoup trop impatiente. Peut-être que la mise en place de toute cette aventure était un peu trop lente à mon goût.

Parce qu'une fois lancée, par contre, il est difficile de lâcher ce livre. J'ai adoré l'univers crée par Kelly Barnhill. On rencontre tout un tas de personnages fantastiques (j'ai tellement aimé Fyrian le dragonnet !) qui nous deviennent familiers au fil des pages et auxquels on s'attache complétement. Luna est une petite fille pleine de vie que j'ai trouvé très plaisante à suivre et à voir grandir. Cet univers est très original (je ne crois pas avoir jamais lu quelque chose de semblable) et fourmille de détails.

J'ai adoré la plume de l'auteure que j'ai trouvé précise mais aussi très poétique, comme dans un conte. Elle colle parfaitement à l'univers qu'elle a imaginé. On se laisse facilement porter. C'est un vrai plaisir de voir changer et évoluer les personnages, de se rendre compte que certains prennent conscience que peut-être que le Protectorat a instauré une société basée sur un mensonge ... Bref, je n'en dirai pas plus pour ne pas vous dévoiler l'intrigue du roman. Mais grâce à ce livre, j'ai retrouvé un peu de la petite fille qui sommeille toujours quelque part au fond de moi et rien que pour ça, je remercie l'auteure. C'est une lecture sucrée qui rappelle l'enfance ...

Du coup, je ne peux que vous conseiller de plonger aux côtés de Luna et de Xan la sorcière qui ne ressemble à aucune autre qu'on connait déjà. Il semblerait que le livre va être adapté au cinéma et je sais déjà que j'irai voir le film car je suis très curieuse de voir ce que ça peut donner en image. En espérant que ce soit aussi bien qu'avec les mots.

Une bien jolie découverte que je vous conseille ...

Lu dans le cadre du Challenge des 100 romans ...

(120/100)

100romans

Posté par Miss Purple à 11:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 novembre 2017

Fairy Oak 3 : Le pouvoir de la lumière

fairy oak

J'ai terminé une série ! Je suis contente quand ça arrive parce que c'est vraiment rare ces derniers temps. Mais, j'ai vu à la fin du livre qu'il existait un recueil de petites histoires mettant en scène des personnages secondaires toujours dans l'univers de Fairy Oak. Je ne sais pas encore si je les lirai mais en tout cas, je retournerai peut-être bien un jour dans l'univers douillet crée par Elisabetta Gnone.

Une page se tourne sur Fairy Oak ...
Le plan du Seigneur de l'Obscurité a réussi : la peur de la trahison dévore Fairy Oak et oblige Pervinca à fuir.
Les jumelles sont séparées ...
L'antique alliance entre Lumière et Obscurité est brisée. Les défenses des Magiques s’effondrent, la guerre est perdue.
Mais peut-être tout n'est-il pas tel qu'il paraît. La lumière doit encore montrer son pouvoir et l'amour cache encore un secret.

J'avais lu le tome précédent il y a peu de temps, je n'ai donc pas eu beaucoup de problème à repartir pour Fairy Oak. Tout était bien frais dans ma tête et j'avais tout de même quelques attentes concernant ce troisième livre. Malheureusement, mes attentes n'auront pas été vraiment comblées.

Alors certes, on a une vraie fin (qui laisse tout de même une porte ouverte à l'auteure si elle souhaite continuer) mais j'ai trouvé que le livre souffrait de quelques longueurs. Par moments, j'ai trouvé le temps un peu long et je me suis demandé comment les petits lecteurs allaient passer ce cap pour ne pas se désintéresser du récit. Du coup, pour moi ce tome est en-dessous des autres. Dommage.

On découvre le Second Livre Ancien et son contenu. Ca, c'était sympa parce que j'étais curieuse comme les jumelles de savoir ce que ce livre contenait et je n'ai pas été déçue sur ce point là. Pervinca est très absente de ce tome et ça m'a un peu embêtée parce que c'est un personnage que j'aime bien. Heureusement, c'est pour la bonne cause et on comprend à la fin cette absence. J'ai trouvé que les enfants étaient bien plus doués que les adultes de ce petit village.

Heureusement, l'objet livre est toujours aussi beau. Les illustrations sont nombreuses et magnifiques. Elles donnent envie de tourner les pages à toute vitesse pour les découvrir. Cette trilogie pourrait faire un très joli cadeau de Noël pour les plus jeunes.

Une trilogie sympathique, à découvrir ...

Lu dans le cadre du Challenge des 100 romans ...

(119/100)

100romans

Posté par Miss Purple à 10:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 novembre 2017

Encore un Noël sans bébé : Endométriose, FIV et un peu d'humour

encore un noel

Je ne lis pas beaucoup de témoignage et lorsque je le fais, c'est toujours plus ou moins sur le même sujet. Je me suis donc dis qu'il fallait que je me diversifie davantage et que je sorte un peu de ma zone de confort. Et lorsque mes yeux se sont posés sur le livre d'Edwine, j'ai été amusée par le titre et l'illustration de la couverture. Du coup, j'ai eu envie de découvrir un peu de quoi il retourne. Un grand merci donc à la plateforme Netgalley et surtout aux Editions Librinova de m'avoir permis de découvrir ce livre.

A un moment de notre vie, nous pensons tous fonder une famille. Mais comment réagir lorsque ce projet de vie se transforme en lutte acharnée où s’entremêlent espoirs et échecs.
Face à l’endométriose, la pénibilité des fécondations in vitro, et le labyrinthe administratif de l’adoption, notre parcours est semé d’embûches.
Par quelques extraits de notre vécu, j’espère pouvoir éclairer avec réalisme et humour ce chemin difficile que certains d'entre nous doivent affronter.
Je vous propose un témoignage authentique, telle que je suis, sensible et combative, râleuse et rigoureuse, avec une seule idée en tête : ne plus perdre de temps pour devenir mère.

Ce bouquin est donc le témoignage d'Edwine plus connue une fois le livre terminé sous le nom de Madame Sablier, une femme qui souhaite avoir un enfant. Ca pourrait paraitre une histoire tout à fait banal sauf qu'Edwine ne parvient pas à concevoir cet enfant. Elle va donc nous confier ce que je pourrai qualifier de parcours du combattant entre les dossiers de malade en vue d'une éventuelle adoption, le traitement de son endométriose (le coeur du problème au final) et les nombreux protocoles pour pouvoir bénéficier d'une FIV.

Alors en soi le sujet n'est absolument pas drôle et pourtant l'auteure est parvenue à me faire marrer plusieurs fois. On suit son parcours difficile, les différents examens tous plus dégradants les uns que les autres qu'elle doit subir (et là vous comprendrez bien mieux le choix de l'illustration de couverture) et il est impossible de ne pas ressentir un élan d'affection pour cette jeune femme.

J'ai eu beaucoup de compassion pour elle car j'ai une copine qui a eu le même parcours difficile et qui a eu la même issue que celle d'Edwine et Nicolas, je pense que ça m'a aidé un peu à mieux la comprendre. J'ai eu aussi beaucoup d'admiration face à la ténacité avec laquelle elle a abordé toutes les épreuves qu'elle a affronté avec courage.

Et puis mention spéciale à la dérision et à l'humour dont ce témoignage regorge. J'ai adoré le choix des noms des médecins ... c'est tellement bien vu ! Son chirurgien m'a fortement fait penser à celui qui a opéré mon ami et ça m'a beaucoup amusé. J'ai apprécié aussi le petit bêtisier de la fin du livre et je me suis rendue compte que sous couvert de vouloir être sympa et prévenant, on peut parfois utiliser des mots et des expressions qui font très mal.

Au final, ce témoignage m'a paru bien trop court (moins d'une centaine de pages) tellement je me suis sentie bien en compagnie d'Edwine. Elle nous raconte ses expériences sans fard et sans voyeurisme, sans atermoiement non plus et ça, c'était important pour moi. Je ne voulais pas pleurer sur le sort de l'auteure.

Un témoignage qui fera réfléchir et qui saura toucher toutes les femmes ...

Lu dans le cadre du Challenge des 100 romans ...

(118/100)

100romans

Posté par Miss Purple à 09:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 novembre 2017

Un été près du lac

été près du lac

Lorsque j'ai vu la couverture, j'ai eu envie d'en savoir plus sur ce livre. Lorsque j'ai lu le résumé, je savais qu'il était fait pour moi. Je ne sais pas pourquoi, j'adore les histoires qui se déroulent au bord d'un lac lors d'un été tout paisible et parfois très chaud. Quand rien ne semble bouger, que tout est calme ... je ne sais pas pourquoi, j'adore m'immerger dans ces ambiances là. Je remercie la plateforme Netgalley ainsi que les Editions Belfond pour m'avoir confié un exemplaire numérique de ce beau roman.

1935. Comme tous les ans, Lucy, Lilith et leur petite sœur Emily viennent passer l'été en famille dans leur chalet, sur les bords d'un lac du Minnesota. Mais un matin, Emily est introuvable.
Qu'est-il arrivé à l'enfant de six ans ? Nul ne semble le savoir. Et alors que, fou de douleur, leur père se suicidera, Lucy, Lilith et leur mère resteront toute leur vie dans ce chalet, à attendre l'improbable retour de la petite préférée.
1999. Lucy vient de mourir, léguant le chalet et tous ses biens à sa petite nièce Justine. Un héritage qui arrive juste à temps pour la jeune femme qui doit fuir San Francisco et une histoire d'amour abusive, pour mettre à l'abri ses deux filles.
Mais le vieux chalet n'a rien d'une chaleureuse villégiature. La maison est isolée, bientôt prisonnière de la neige qui recouvre le Minnesota ; son seul voisin est un vieil homme bourru, probablement fou. Et alors que la jeune femme tente de transformer la lugubre bâtisse en foyer pour elle et ses filles, son aînée développe soudain une étrange obsession pour Emily, leur aïeule disparue. Car la maison n'a pas dévoilé tous ses secrets. Là, dans les affaires laissées par Lucy, se cache un journal.

Quel livre agréable à découvrir ! Nous faisons la connaissance de nos deux personnages principaux qui sont deux femes : Lucy qui vient de mourir et Justine, sa petite nièce à qui elle a décidé de tout léguer. Les chapitres s'alternent, nous avons la vie de Justine à la période plus ou moins actuelle (1999 c'est quand même pas si vieux) et Lucy qui nous raconte son dernier été en famille passé au bord du lac où ses parents possédaient une résidence secondaire. Le dernier été où un drame s'est déroulé : sa petite soeur, Emily, a disparu dans la nuit. On sent bien tout de suite que ce drame a eu d'incroyables répercutions sur la famille.

Ce récit est avant tout une histoire de femmes, elles sont omniprésentes au fil des pages. L'auteure nous propose bien quelques personnages masculins mais ils ont tous quelque chose qui fait qu'ils ne nous sont pas agréables (sauf finalement Matthew et Abe qu'on apprend à connaitre avec les mémoires de Lucy). Le pompon revient à Patrick, le petit ami de Justine, que j'ai trouvé absolument détestable ! Je ne vous dévoilerai rien bien entendu mais certains de ses comportements m'ont laissé pantoise.

Et puis la vie se déroule, paisible pour Lucy jeune fille, un peu plus compliqué pour Justine et ses deux filles. Cette pauvre Justine qui se retrouve affublée d'une mère qui n'en a pas le comportement. Une mère pour laquelle je n'ai pas réussi à ressentir de compassion. L'ambiance de ce roman est parfois pesante, un peu comme quand le soleil tape trop fort sur les eaux de ce lac du Minnesota. Mais je me suis sentie tellement bien auprès de ces femmes que j'ai tourné les pages avec parcimonie, je n'avais pas envie que ça s'arrête ...

Vient enfin le dénouement de toute cette lourde histoire familiale. Un dénouement auquel je ne m'attendais pas et qui m'a beaucoup surprise. Mais en y réfléchissant un peu, il est parfait pour notre histoire. Il ne pouvait pas en être autrement. J'ai pensé à Lucy, ses soeurs et Justine pendant longtemps après avoir fermé mon livre. En plus, la plume de l'auteure est un vrai bonheur à lire. C'est fluide, ça a du rythme même lorsqu'il ne s'agit que d'une banale partie de pêche dans une barque.

Un bonbon à dévorer, une histoire de femmes, et des quelques hommes à leurs côtés, qui sera difficile à oublier ...

Lu dans le cadre du Challenge des 100 romans ...

(117/100)

100romans

Posté par Miss Purple à 09:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]