eddy

J'ai beaucoup entendu parler de ce livre lors de sa sortie, comme tout le monde je présume. Partout, il était présenté comme étant LA pépite, LE livre à ne surtout pas manquer. Mais je ne sais pas, je n'étais pas plus attirée que ça alors j'ai attendu ... Attendu que ma copine Célia m'en parle, elle semblait être hyper emballée par ce bouquin. Comme on a sensiblement des goûts identiques en matière de lecture, j'ai fini par me dire : pourquoi pas.

"Je suis parti en courant, tout à coup. Juste le temps d'entendre ma mère dire Qu'est-ce qui fait le débile là ? Je ne voulais pas rester à leur côté, je refusais de partager ce moment avec eux. J'étais déjà loin, je n'appartenais plus à leur monde désormais, la lettre le disait. Je suis allé dans les champs et j'ai marché une bonne partie de la nuit, la fraîcheur du Nord, les chemins de terre, l'odeur de colza, très forte à ce moment de l'année. Toute la nuit fut consacrée à l'élaboration de ma nouvelle vie loin d'ici."

En vérité, l'insurrection contre mes parents, contre la pauvreté, contre ma classe sociale, son racisme, sa violence, ses habitudes, n'a été que seconde. Car avant de m'insurger contre le monde de mon enfance, c'est le monde de mon enfance qui s'est insurgé contre moi. Très vite j'ai été pour ma famille et les autres une source de honte, et même de dégoût. Je n'ai pas eu d'autre choix que de prendre la fuite. Ce livre est une tentative pour comprendre.

Ce livre nous est présenté comme un roman mais il est sous forme de biographie. Eddy (Edouard ?) nous raconte quelle a été son enfance dans un petit village du nord de la France entre une mère un peu bête et un père alcolo ... Eddy, c'était un peu le mouton noir de la famille : de bonnes notes à l'école, une cervelle bien faite, un côté efféminé "avec des manières".

Ce qui m'a frappé dans ce bouquin, c'est la violence qui dégouline dans chaque phrase. J'en ai presque même été choquée tant ça me parait caricatural, je n'ai pas connu une telle enfance et je ne connais pas des gens aussi bas de plafond ... Car oui, j'ai porté un jugement sur la famille d'Eddy. Ce sont des gens d'une intolérance, d'une violence et d'une bêtise assez inouïe. C'est mon ressenti. Je comprends que le seul but de ce jeune garçon a été de se faire la malle ! Et pourtant, parfois et trop rarement, son père a des gestes de "vrai père" envers lui. Pour preuve, il décide de l'emmener à la gare en voiture lorsqu'Eddy part dans un lycée apprendre le théâtre.

L'écriture est nerveuse, parfois je l'ai trouvé pénible. En effet, l'auteur nous narre son histoire mais pour la rendre plus vivante je pense, celle-ci est entrecoupée par des citations de ses parents ou des différents acteurs du roman. Ce sont des mots très ordinaires, très familiers et même parfois très grossier.

J'en ressors un peu bousculée voire même presque choquée d'autant de violence, je ne sais pas si j'ai aimé ce livre mais en tous cas, il m'aura marquée ...