larme

Je suis très influençable lorsqu'il s'agit de témoignages. J'aime bien en lire de temps en temps, sur des sujets assez variés. Ma copine Céline m'a fait découvrir le témoignage d'Angèle Lieby. Il me semble en avoir entendu parler aux infos lorsque "c'est arrivé" ou bien c'était dans des émissions dans lesquelles les gens viennent témoigner style Sophie Davant ...

Transportées aux urgences de l’hôpital de Strasbourg pour un malaise, Angèle Lieby commence à avoir des difficultés à s’exprimer, puis perd connaissance. On la plonge dans un coma artificiel pour l’intuber. Le quatrième jour, elle ne se réveille pas. Or Angèle est consciente et souffre sans pouvoir réagir. Pour le personnel médical, elle est très vite considérée comme morte. Le miracle : une larme.
Le 25 juillet, jour de l’anniversaire de son mariage, sa fille aperçoit une larme au coin de son oeil. Elle avertit le personnel médical qui rétorque que c’est impossible. Puis Angèle bouge le petit doigt. Commence alors une longue période de rééducation qui va durer presque un an. Un cas exceptionnel pour la science. La maladie d’Angèle est le syndrome de Bickerstaff. Il peut se déclencher après une infection aussi commune qu’une rhinopharyngite… Son cas est exceptionnel pour la science. Il fait l’objet de présentations dans divers congrès de médecine et de recherches.

En Alsace où elle vit, Angèle a rencontré Hervé de Chalendar, journaliste à l' Alsace. Ému par son histoire, il en a fait le récit dans le quotidien où il travaille et a obtenu le prix Hachette. Ensemble, ils ont décidé d’écrire un livre ...

Ne faisons pas durer le suspens, j'ai été happée par ce livre qui fait froid dans le dos. Je l'ai lu en une journée, une fois plongée dans l'histoire d'Angèle, on ne peut plus en décoller. Difficile de la laisser ...

En fait, Angèle est une dame qui est partie aux urgences pour une énorme crise de migraine (moi qui suis migraineuse, j'ai flippé avant de me ressaisir), elle a été plongée dans un coma thérapeutique et ... elle ne s'en est pas réveillée. Enfin, en apparence ...! Car Angèle est bel et bien réveillée mais totalement incapable de se manifester. Elle est comme prisonnière dans son corps.

J'ai été éffarée par les "sévices" que le personnel soignant a fait subir à cette patiente, sous le prétexte qu'elle est dans le coma et qu'elle ne ressent rien, on lui fait passer des épreuves horribles. Je pense notamment au lavage des sinus qu'on lui a infligé. Ca fait froid dans le dos, on se dit qu'on va à l'hôpital et qu'on y sera bien pris en main mais au final, ce témoignage fait réfléchir ... J'ai été également perturbée par la remarque que deux infirmières (je crois) ont fait en disant qu'Angèle allait bientôt clamser. Non mais où va-ton !!?

Heureusement, Angèle est très entourée par sa famille surtout et ses amis. C'est à sa fille qu'elle doit son salut puisque c'est elle qui a apperçu cette larme salvatrice. Nous suivons ensuite Angèle dans l'épreuve de la réeducation et là encore, c'est une totale découverte pour moi. Je ne savais pas qu'un coma aussi court (quelques jours à peine) pouvait amener à de telles perturbations de l'organisme.

Un témoignage touchant, qui nous permet de relativiser sur le monde de l'hôpital, de la médecine. Angèle n'a jamais baissé les bras et pour celà, elle m'a bluffé. Quel courage Madame !

 

Lu dans le cadre du Challenge de l'Eté 2014 ...

7/30

challenge_ete_2014