passeur

Il y a très longtemps, j'avais lu "L'élue" de Lois Lowry et j'avais adoré ! L'écriture m'avait ébloui et l'histoire m'avait littéralement embarqué. Et puis je n'avais jamais rien lu d'autre. En me promenant sur le net, j'ai vu que "Le passeur" allait bientôt sortir au cinéma et comme je préfère lire le livre avant de voir le film, je me suis lancée !

Le monde dans lequel vit Jonas est bien éloigné du nôtre : une société où la notion d'individu n'existe pas. Plus surprenant encore : ses membres ne ressentent rien. Ni amour ni haine viennent bousculer leur quotidien. Les gens ne meurent pas non plus. Ils sont "élargis". Tout comme le héros de cette histoire – un garçon de douze ans – le jeune lecteur brûlera de savoir ce qui se cache derrière ce terme si obscur.

Attention ! coup de coeur !!

Ce livre est addictif, une fois commencé il est impossible de le lâcher avant d'avoir lu la fin ! De toute façon, il se lit vite (en fait il ne se lit pas, il s'avale !!), je l'ai démonté en quelques heures. Pourtant c'était pas gagné car, comme vous le savez, je marche beaucoup avec la couverture et là ... elle est moche. Toutes les couvertures de L'Ecole des Loisirs sont laides à mon goût et pourtant, cette maison d'édition nous propose souvent des pépites qui tuent.

Nous découvrons Jonas et son mode de vie complétement dingue ! Les enfants ne naissent pas dans leur famille (qui d'ailleurs se nomme cellule familiale), ils sont "produits" par des mères porteuses et sont d'abord sevrés dans une nurserie. Lorsqu'ils atteignent l'âge d'un an, ils sont alors introduits dans une cellule familiale lors d'une grande cérémonie. Personne ne fête son anniversaire, il y a aussi une cérémonie pour tous les enfants d'une même tranche d'âge. Les personnes âgées ne viennent que dans des foyers reservés pour elles, personne ne choisit son métier, c'est la société qui décide de qui fera quoi ... Bref, autant d'exemples qui font un peu froid dans le dos. L'individu est totalement oublié au profit du groupe.

Lorsque Jonas devient un Douze-ans, son futur métier lui est dévoilé : il sera dépositaire de la mémoire. Terme étrange pour un métier plutôt obscur. En fait, Jonas sera instruit par le passeur qui lui "donnera" tous les souvenirs de toutes les générations précédentes. Jonas prend alors conscience de l'étrangeté de la société dans laquelle il a grandit ... Je me suis beaucoup attachée à Jonas, on découvre son univers petit à petit et on apprend à beaucoup l'aimer.

L'écriture quant à elle est juste parfaite ! Ca se lit tellement bien. C'est extrêmement agréable et comme je le disais il est impossible de laisser tomber ce livre après l'avoir attaqué. C'est passionnant; il n'y pas de fioritures mais juste ce qu'il faut. Le seul petit bémol c'est la fin que je trouve un peu précipitée et qui ne correspond pas vraiment à ce que j'aurai aimé.

Une véritable bombe que je vous conseille sans attendre ...!