edith

Lors de mon dernier passage à la médiathèque vendredi dernier, j'ai été super sage. Je n'ai pris qu'un seul livre (sachant qu'il m'en restait encore 2 dans mon sac). Mon oeil a tout de suite été attiré par la couverture, la photo en noir et blanc de cette petite fille tenant une poupée dans ses bras. Une photo ancienne qui m'a tout de suite fait penser à la guerre. J'ai donc embarqué le livre sans en savoir plus.

Dans une Europe nazie en proie à la barbarie, une petite fille juive vit avec sa famille dans la peur. Après un périple douloureux, Édith Schwalb est accueillie chez Shatta et Simon qui ont ouvert une école à Moissac, un petit village dans le centre de la France. Là, ils cachent de nombreux enfants juifs en danger. Le courage des habitants et l'amitié des autres enfants aident la jeune Édith à traverser la plus grande épreuve de sa vie.

Il s'agit donc de l'histoire vraie d'Edith Schwalb une petite fille qui a 8 ans je crois et qui vit en Autriche avec ses parents et sa soeur alors que l'Europe commence à se déchirer et que la traque des Juifs devient l'obsession des nazis. A force de contrôles, la famille décide de quitter le pays pour se retrouver en Belgique où le père de la petite fille est raflé. Sa mère qui vient d'accoucher de Gaston, le petit frère, se retrouve donc seule avec ses trois enfants. Ils partent en France et Mutti décide de confier la garde de ses deux cadets aux bons soins d'une maison d'enfants juifs ...

J'ai été happée par l'histoire douloureuse d'Edith. Je ne savais pas que le village de Moissac avait participé à la protection des enfants vivant dans le foyer de Shatta et Simon. Quel beau geste dans une France qui n'hésitait pas à balancer son voisin ! Que le village entier puisse garder un tel secret m'a bouleversé. C'est aussi une belle histoire d'amitié qui nous est raconté dans ce livre, Edith d'abord craintive (comme on la comprend !!) finit par se faire des amies au sein de cette petite communauté d'enfants.

On tremble avec elle lorsque les bombes tombent sur la maison, on pleure avec elle lorsque sa maman la quitte ou qu'une de ses copines meurt en camp de concentration. Mais on rit aussi, certains jours dans la maison de Moissac sont parfois plus légers que d'autres. Edith nous fait traverser toute une palette d'émotions.

Si vous aimez cette époque, n'hésitez pas à faire la connaissance de cette petite fille ...