blond

Hier, nous commémorions la libération du camp d'Auschwitz. Je viens de me rendre compte que dans le même temps, j'ai lu deux bouquins dont le sujet se trouve être la déportation. Je ne l'ai pas fait de façon intentionnelle mais je trouve que ça tombe assez bien. De toute façon, la Seconde Guerre Mondiale (et en particulier l'Occupation et les camps de la mort) est une période qui m'interésse beaucoup.

Alba et Maurizio se rencontrent à Rome pendant la guerre. Elle étudie le droit et résiste au sein de Bandiera Rossa. Il est juif, coiffeur dans le ghetto, et se cache chez Alba après la rafle d’octobre 1943. Chaque dimanche, Maurizio coupe les pointes des cheveux blond cendré d’Alba. Des cheveux qu’il vénère autant qu’elle. Mais au printemps 1944, ils sont arrêtés ensemble. Alba est incarcérée tandis que Maurizio est déporté à Auschwitz. Il y survit en devenant le barbier de sa baraque, sans jamais renoncer au souvenir d’Alba, à la délicatesse amoureuse de son visage dessiné sur du papier volé.
Le temps a passé. Lors d’une interminable et tragique nuit de janvier, Flor, la petite-fille de Maurizio, raconte cette histoire à son fiancé comme son grand-père la lui a confiée, par morceaux, par songe. Peut-être l’homme qu’elle aime trouvera-t-il dans le courage d’Alba, la force de supporter à son tour l’absence ?
Eric Paradisi entremêle le destin de Maurizio et celui de Flor, l’histoire universelle et l’histoire intime. Et si les morts parlent aux vivants, c’est pour leur apprendre comment vivre et ne se souvenir que de l’amour.

Lorsque j'ai vu la présentation de "Blond cendré", j'ai eu envie de le lire. Je trouve la couverture très élégante mais aussi surprenante compte tenu du sujet du livre, le titre assez intriguant et le résumé semblait prometteur. Une fois ma lecture achevée, j'apporterai quelques bémols.

J'ai beaucoup aimé l'histoire de Maurizio et Alba, je l'ai trouvé très belle. Je ne connaissais pas très bien (pour ne pas dire quasiment pas) l'histoire de la déportation italienne. Bien entendu, je savais que les Juifs, les communistes et toutes les autres "catégories" de personnes présentant une menace pour le Reich avaient subi un sort ignoble en Italie aussi. Mais c'est la première fois que je lisais un livre sur le sujet. Ca m'a permis de découvrir l'Italie des années 40. Maurizio est un homme touchant, son histoire ne peut pas laisser le lecteur indifférent.

Par contre, j'ai mis un petit temps à réaliser que l'histoire de Maurizio et Alba nous était racontée par Flor qui n'est autre que la petite-fille du barbier italien. De même, j'ai trouvé un peu confuse les chapitres (heureusement courts) dans lesquels Flor s'adresse de façon directe à son fiancé. Sur le coup, je n'ai pas trop compris et au bout du compte, ce sont des passages qui ne m'ont pas forcément plu.

Je n'ai pas non plus vraiment accroché à la plume d'Eric Paradisi. Sans avoir détesté, je n'ai pas non plus été totalement séduite par ce récit. Heureusement que l'histoire des deux malheureux amants est là pour sauver tout ça.

Un joli moment de lecture mais un avis nuancé malgré tout ...