fureur

Je n'ai pas beaucoup lu ces derniers temps. Pas une panne de lecture, mais plutôt d'autres occupations. J'ai eu une dizaine de jours de vacances mais mes parents sont venus nous rendre visite et j'ai donc profité de leur présence. Nous avons aussi fait quelques sorties à Paris (nocturne du Louvre, exposition David Bowie Is à la Philarmonie dont je ne me suis toujours pas remise). J'ai tout de même réussi à avancer sur mon bouquin de Thierry Berlanda et je viens enfin de le terminer.

Le criminel le plus sauvage du pays vient de s’échapper. À l’issue d’un carnage qui promet d’être le premier d’une longue série, il a franchi les murs de son hôpital psychiatrique. Qui l’a aidé ? Et à quelle fin ? De nouveau, Jeanne Lumet, celle qui a permis son arrestation un an auparavant, se dresse sur la route ensanglantée de celui que les journalistes ont surnommé Le Prince. Et de nouveau, elle agit au péril de sa vie, entre Bareuil – son mentor qui joue un jeu sadique avec elle – et Falier – le flic en fin de parcours censé la protéger.

Alors, attention, si j'avais beaucoup aimé le premier opus "L'insigne du Boiteux", je dois bien avouer que là j'ai eu une bonne petite claquounette ! C'est encore mieux que le premier tome !! C'est déjà très plaisant de retrouver les personnages du premier roman, même si Jeanne m'a un peu gonflé cette fois-ci mais je ne saurai pas dire exactement pourquoi. Peut-être son côté Notre Dame des Sept Douleurs ... Alors oui, je sais bien qu'elle a vécu des trucs très moches dans "L'insigne du Boiteux" mais quand même ...!

L'écriture est toujours très dynamique, on ne s'ennuie jamais. Thierry Berlanda nous embarque littéralement sans aucun temps mort, il se passe toujours quelque chose. J'ai adoré le côté bien psychologique de ce livre, ça change un peu des enquêtes classiques qu'on est amené à lire plus ou moins régulièrement. L'auteur nous propose le même vocabulaire, celui que j'avais vraiment apprécié et qui me fait tellement penser à ce que j'imagine être la "vraie" façon de s'exprimer des flics du Quai des Orfèvres. Petite parenthèse futile, j'ai eu un coup de coeur pour la couverture que je trouve parfaite, exactement adaptée à l'intrigue du bouquin.

J'ai également beaucoup aimé le fait que le Prince ne soit pas beaucoup présent tout au long de l'histoire, on ne fait bien entendu que parler de lui mais il reste très discret. On se demande d'ailleurs pendant une bonne partie de l'intrigue où il a bien pu passer mais chut, je n'en dirai pas plus. J'ai aimé les chapitres consacrés à son enfance en Perse, à ceux qui nous racontent sa relation avec ses parents. Quelque part, ça nous permet de le trouve encore plus effrayant car, à la base, c'est un enfant comme un autre (qui a bien mal tourné je vous l'accorde !).

Et puis alors la fin ! Mais quelle fin !!! Je ne m'attendais pas à ça du coup ! Heureusement que j'ai terminé mon livre dans la salle d'attente de mon médecin sinon je crois que j'aurai lâché quelques jurons pour exprimer ma surprise. Bref, ce n'est pas un coup de coeur mais j'ai été très emballée par ma lecture même si j'ai eu du mal à me plonger dedans.

Je remercie les Editions de la Bourdonnaye pour l'envoi de ce livre ...