horror

Ce serait mentir que de dire que c'est le résumé qui m'a fait pencher vers ce livre. Non, c'est le format et le design du bouquin qui m'ont séduit en premier. Vous avez entre les mains un objet superbe (non mais le travail graphique est un truc de dingues !) qui n'est pas sans évoquer le catalogue Ikea ... et c'est fait exprès ! Même format, même graphisme et même qualité (si on peut dire) des textes qui accompagnent les photos des articles vendus. Bref, niveau esthétique c'est une pure réussite. Mais qu'en est-il du contenu ?

Il se passe quelque chose d'étrange au magasin de meubles d'Orsk à Cleveland, en Ohio. Ces derniers temps, les employés découvrent, en arrivant le matin, des étagères Kjërring démontées, des piles de gobelets Glans renversées, des armoires Liripip fracassées. Les ventes sont en berne, les responsables de rayon en panique : les caméras de surveillance ne montrent rien d'anormal. Pour lever le mystère, une équipe de trois employés se retrouve engagée pour rester sur place toute une nuit. Au coeur de l'obscurité, ils arpentent les allées du showroom désert, courent après d'inquiétants bruits et finiront par se confronter aux pires horreurs.

Une chose étrange avec ce bouquin, c'est que sur une même page je me suis marrée et j'ai eu les poils de la nuque tout relevés. Car oui, au début de ma lecture je me suis bien demandé pourquoi le livre était classé dans la catégorie "horreur" de Livraddict. Au fur et à mesure, j'ai mieux compris mais je ne suis pas certaine que horreur soit correct. J'y ai plus vu une sorte de thriller loufoque qui nous entraîne dans les bas fonds d'un magasin.

Les personnages ont tout une tare, je ne les ai pas plus apprécié que ça en fait. Disons plutôt que je ne me suis attachée à aucun d'entre eux parce qu'ils sont trop clichés. Aucun n'est en nuance et ça m'a un peu dérangé. Mais j'ai malgré tout tremblé pour certains d'entre eux pendant des passages assez horribles et que j'ai parfois trouvé pénibles à lire. Pénible dans le sens où j'étais assez mal à l'aise. Ca marche plutôt bien sur moi ce genre d'histoires.

L'écriture est fluide (c'est traduit par Amélie Sarn !), ça se lit très vite. Et comme on veut connaître le fin mot de l'histoire, on tourne les pages très rapidement. Peut-être un peu trop vite puisque le livre n'a pas fait long feu entre mes mains.

Une découverte sympathique, un format hyper original, un bel objet ...

Lu dans le cadre du Challenge Back to school ...

(50/95)

backschool