le cri

Je n'avais jamais entendu parler de ce livre avant de le croiser. Son titre et sa couverture ont eu toute mon attention et lorsque j'ai découvert la quatrième de couverture, je savais que je ne repartirai pas sans lui. Non mais cette couverture ! Je la trouve parfaite pour le sujet traité et elle réunit tous les ingrédients pour titiller ma curiosité. Le livre n'a pas fait long feu, il est rare qu'un bouquin reste aussi peu de temps dans ma PAL ! Faut dire aussi qu'il m'a été choisi par Incubare dans le cadre d'un jeu littéraire. Je ne me suis pas fait prier pour me jeter dessus !!

Hôpital psychiatrique de Gaustad, Oslo. À l’aube d’une nuit glaciale, le corps d’un patient est retrouvé étranglé dans sa cellule, la bouche ouverte dans un hurlement muet. Dépêchée sur place, la troublante inspectrice Sarah Geringën le sent aussitôt : cette affaire ne ressemble à aucune autre…
Et les énigmes se succèdent : pourquoi la victime a-t-elle une cicatrice formant le nombre 488 sur le front ? Que signifient ces dessins indéchiffrables sur le mur de sa cellule ? Pourquoi le personnel de l’hôpital semble si peu à l’aise avec l’identité de cet homme interné à Gaustad depuis plus de trente ans ?
Pour Sarah, c’est le début d’une enquête terrifiante qui la mène de Londres à l’île de l’Ascension, des mines du Minnesota aux hauteurs du vieux Nice.

Alors, le contenu est-il à la hauteur de ce que la couverture laissait présager ? Et bien pas tout à fait même si il m'a beaucoup plu. Moi, on me parle d'hôpital psychiatrique (univers qui me fascine, ne me demandez pas pourquoi) alors j'avais imaginé qu'une grande partie de l'intrigue allait s'y dérouler et que j'allais découvrir de noirs secrets de médecins à moitié dingue. Que nenni. Enfin si, on a tout de même une bonne ambiance pesante et malsaine à l'intérieur de cet établissement médical, on nous parle lobotomie et expériences étranges mais on n'y reste pas suffisammement longtemps à mon goût (quand je vous dis que je suis frappée !).

A part ça, j'ai beaucoup aimé ma lecture. C'est très rythmé, il se passe quelque chose à chaque page et l'enquête avance assez rapidement. J'ai eu quelques surprises, parfois j'avais deviné quelques éléments mais globalement, j'ai été tenue en haleine la plupart du temps alors je suis contente. J'ai beaucoup aimé les personnages que l'auteur nous propose, à commencer par Sarah. Fragile et forte à la fois, c'est un personnage que j'ai trouvé bien travaillé. Elle cartonne dans son travail, elle est très froide lorsqu'il s'agit de trouver des solutions ou de prendre des décisions mais elle cache au fond d'elle quelqu'un d'extrêmement délicat et qui a une vie personnelle qui n'est pas des plus gaies.

Ca se lit très facilement, malgré les presque 500 pages, il ne m'a pas fallu très longtemps pour en venir à bout. Ca ne révolutionne pas le genre du thriller, pas de trouvailles de malade mais ça reste une intrigue sympa et dont on a envie de connaitre le fin mot. L'auteur nous propose de nous questionner sur la peur ultime, le cerveau reptilien et quelque part l'origine du monde (oui oui tout ça mais je ne vous en dirai pas un mot de plus) ... des thèmes finalement assez peu abordés dans le genre du thriller (ou bien je ne les connais pas, je ne lis pas ce genre de littérature depuis si longtemps que ça à vrai dire). Peut-être que les lecteurs plus chevronnés seront déçus mais en tout cas, je l'ai pour ma part trouvé très efficace.

Rien de rare mais un chouette moment de lecture !...

Lu dans le cadre du Challenge des 100 romans ...

(120/100)

100romans

Sorti de ma PAL par Incubare ...

ChoisirlaprochainelecturedesaPAL