oniria

J'ai croisé ce livre de nombreuses fois en librairie et grande surfacec culturelle sans jamais m'attarder dessus. Malgré le travail éditorial très bien fait de la couverture (l'image "bouge" lorsqu'on manipule l'ouvrage), il ne me donnait pas envie. Je craignais qu'il soit beaucoup trop jeunesse pour moi. Car, même si je lis des bouquins destinés aux plus jeunes, je m'y penche de moins en moins dessus et je suis de plus en plus exigeante. Et puis, grâce à Netgalley et aux Editions Hachette, que je remercie au passage, j'ai pu obtenir un exemplaire numérique du bouquin alors je me suis lancée.

Eliott, 12 ans, est un garçon en apparence comme tous les autres. Jusqu au jour où il découvre un sablier magique qui lui permet de voyager dans un monde aussi merveilleux que dangereux : Oniria, le monde des rêves. Un monde où prennent vie les milliards de personnages, d univers, et toutes les choses les plus folles et les plus effrayantes rêvées chaque nuit par les êtres humains. Collégien ordinaire le jour, Eliott devient la nuit, parmi les rêves et les cauchemars qui peuplent Oniria, un puissant Créateur, qui peut faire apparaître tout ce qu il souhaite par le simple et immense pouvoir de son imagination.

Moment futile, je n'aime toujours pas la couverture alors j'étais bien contente de le lire en numérique comme ça, je n'ai pas eu à la "subir". Heureusement, une couverture ne laisse en rien présager le contenu du livre parce que je suis passée très près du coup de coeur. J'ai dévoré mon livre en un seul petit week-end car une fois lancée dans l'aventure d'Oniria avec Eliott, je n'ai jamais pu en repartir.

Il faut dire aussi que j'aime ces univers oniriques mêlant rêve et réalité. Les personnages que l'auteure nous propose sont extrêmement bien travaillés, on sent qu'elle a passé du temps à peaufiner tout ça et c'est très agréable en tant que lecteur. En plus, même si en effet les jeunes lecteurs vont adorer leur lecture, c'est très bien écrit et on ne ressent pas plus que ça la "patte jeunesse" de l'ouvrage. A mon avis, tout le monde pourra y trouver son compte.

Concernant l'histoire, je l'ai trouvé plutôt bien ficelée même si j'ai vu arriver certains événements. J'ai beaucoup aimé les passages qui se déroulent à Oniria, ils laissent libre cours à l'imagination de l'auteur et ils sont à la hauteur de ce qu'on peut attendre d'un monde dans lequel il n'existe aucune limite. Tout y est, de la méchante reine en passant par la jolie princesse, des trahisons et des rancoeurs. Vraiment, on ne s'ennuie pas une minute et du coup, le lecteur se laisse totalement emporter.

J'ai trouvé que ce bouquin pouvait se rapprocher de différents univers, une pincée de "L'histoire sans fin" par exemple. Mais, je ne sais pas exactement pourquoi, j'ai aussi pensé à l'univers d'Ewilan crée par Pierre Bottero pendant ma lecture. La création dans les spires de ce dernier m'a sans doute paru assez similaire au don de Créateur qu'Elliot possède à Oniria.

J'ai maintenant très envie de continuer cette aventure avec Eliott et ses amis. Je pense me procurer rapidement les deux autres tomes disponibles, en version numérique également (décidemment les couvertures ne me plaisent pas), pour pouvoir connaitre l'avancée de tout ça.

Une chouette histoire, un chouette bouquin (les illustrations sont très belles) ... N'hésitez plus !

Lu dans le cadre du Challenge des 100 romans ...

(121/100)

100romans