nana

L'image que j'ai de David Lelait-Helo, c'est quelqu'un de sensible et doux, un peu rêveur peut-être. Mais je ne l'ai jamais rencontré et je ne le connais pas plus que ça alors il est possible que je me trompe. En fait, je le "ressens" ainsi parce que c'est ce que j'ai gardé de "Poussière d'homme". Du coup, lorsque je me suis rendue compte qu'il avait un nouveau bouquin à son actif, j'ai eu très envie de le lire. Je remercie donc les Editions Anne Carrière (et surtout Mathilde !) pour l'envoi de ce livre.

Dès l'enfance, Milou a des ambitions qui ont de quoi surprendre. Dans la cour de récréation, ce drôle de petit garçon aime jouer à la princesse, et faire de ses copines ses soldats. Il s'imaginera aussi un destin dans la peau d'un monstre orange, le Casimir de L'île aux enfants, avant de se mettre en tête qu'il est la plus puissante des reines d'Égypte.
Mais quand il a treize ans, une voix fait chavirer tous ses projets. Celle de Nana Mouskouri.
C'est décidé : il sera cette femme-là !
Que d'embûches ... Car Milou n'est pas grec, il ne porte ni lunettes ni longue robe pailletée, il ne sait pas chanter et, pire que tout, il découvre, effaré, qu'il est un garçon.
Pourtant, Milou a plus d'un tour dans son sac ...

Lorsque j'ai commencé ma lecture, je ne savais pas trop si j'allais me retrouver avec une fiction pure ou avec une autobiographie. Maintenant que je l'ai lu, je pense que c'est un savant mix des deux. Je peux me tromper mais c'est le ressenti que j'en ai eu. Nous rencontrons donc Milou, un garçon un peu différent des autres, et dont l'idole absolue est Nana Mouskouri. Oui. La fameuse chanteuse à lunettes. Ca m'a fait sourire parce qu'on ne peut pas dire qu'elle soit l'incarnation du glamour et pourtant, Milou l'aime de tout son coeur.

J'ai beaucoup aimé ce livre que j'ai trouvé tout en sensibilité. Qu'est ce que c'est bien écrit ! C'est fluide, ça se lit très facilement, mieux que ça : ça se dévore totalement ! J'étais avide d'en apprendre plus, je voulais absolument savoir si Milou finirait un jour par rencontrer Nana Mouskouri ... Bref, je l'ai lu en deux jours à peine (mais je tarde à rendre ma chronique à cause des fêtes de Noël qui m'ont tenue loin du net, ça fait du bien d'ailleurs !). Les pages se tournent sans qu'on s'en rende compte et on arrive à la fin bien trop vite.

J'ai été très touchée par la relation toute particulière que le jeune homme entretient avec sa grand-mère. C'est une fusion absolue et c'est très beau. Quelque part, ça m'a rappellé les moments les plus beaux que j'ai vécu avec la mienne de grand-mère, même si je ne suis pas un garçon. C'est une si jolie complicité que le lecteur ne peut pas rester insensible.

Et puis, c'est aussi un livre plein de vie, un roman d'apprentissage comme on aimerait en lire plus souvent, plein d'espoir et avec un bon grain de folie. C'est un livre trop court, rafraichissant que je trouve parfait à caser entre deux gros pavés. Et croyez moi, pendant votre lecture vous n'aurez qu'une seule envie : mettre Nana Mouskouri en fond musical ...

J'ai reçu, l'amour en héritage ... Un matin, au pays des cigales ...

Une très jolie lecture que je vous invite à découvrir sans attendre ...

Lu dans le cadre du Challenge des 100 romans ...

(159/100)

100romans