la nuit

Je n'avais jamais entendu parler de ce livre jusqu'à il y a quelques mois. Je crois que c'est Pretty Books qui l'a présenté en disant qu'elle avait été touchée en plein coeur par ce récit autobiographique. J'avoue que de prime abord, l'horrible histoire de Marie Trintignant et Bertrand Cantat ne m'intéréssait pas plus que ça (oui, balancez moi tomates et autres légumes pourris) mais je ne sais pas, quelque chose me poussait malgré tout à découvrir ce récit ...

Un homme ouvre son cœur à sa femme disparue sous les coups d'un autre, venue le visiter le temps d'une nuit. Un voyage intérieur poétique, âpre et intime. Le temps d'une nuit, le narrateur est visité par sa femme disparue sous les coups d'un homme. Il lui parle et l'emmène dans une déambulation dans les rues parisiennes. Sur les lieux de leur amour et de leurs déchirures, il s'adresse à elle et convoque, au fil de pages intenses, les blessures et les joies de leur destinée tragique, leurs souvenirs communs, leur fils merveilleux et la difficulté de vivre sans elle. Un voyage intérieur passionné et poétique.

Nous sommes en présence d'un récit autobiographique que j'ai trouvé bien perché. J'ai été perturbée par la plume de Samuel Benchétrit que je n'avais jamais lu auparavant. L'écriture est très hachée, les phrases sont courtes et décousues (il ne s'agit parfois même plus de phrases mais d'une simple suite de mots) et je n'ai pas vraiment apprécié ce style. J'ai eu beaucoup de mal à me plonger dans le livre à cause de ça.

Comme le livre est tout de même bien court, j'ai décidé de m'accrocher un peu. Après quelques envolées lyriques et quelques passages poétiques, j'ai trouvé un peu d'intêret au livre. J'ai ressenti beaucoup de peine et de compassion pour Samuel et son petit garçon, c'est un récit touchant par moments mais j'ai eu aussi la sensation parfois de ne pas être à ma place, d'être un peu voyeuse. Quelque part, j'étais gênée ...

Au final, je ne comprends pas bien la finalité de ce témoignage. Je me plais à penser que ce petit livre a servi d'exutoire à son auteur. Je serai ennuyée que ce soit juste histoire de reparler un peu du drame ... C'est laid ce que je dis mais c'est souvent ce que je ressens lorsque des ouvrages consacrés à des drames "publics" paraissent.

Un moment de poésie mais un style auquel je n'ai pas accroché ...

Lu dans le cadre du Challenge des 100 romans ...

(37/100)

100romans