ne dis rien à papa

J'avais entendu parler de ce livre lors de sa parution il y a quelques mois (semaines ?) et ça m'a donné envie d'en apprendre un peu plus sur cette histoire qui paraissait bien bizarre. Et puis, j'aime bien la couverture que je trouve assez étrange et intrigante. J'ai eu la chance de pouvoir finalement découvrir ce livre grâce à la plateforme Netgalley et aux Editions Belfond que je remercie très vivement (d'autant que j'ai un peu cafouillé pour le téléchargement du fichier ...)

L'instinct maternel est l'arme la plus puissante au monde. Surtout quand on la retourne contre ses propres enfants.
Quatre jours et quatre nuits se sont écoulés avant que la police ne retrouve la victime dans cette ferme isolée. Quatre jours et quatre nuits de cauchemars, de douleurs et de souffrances, peuplés de cris et de visons imaginaires en face de ce jardin dans lequel elle a été enterrée vivante.
Sur un autre continent, loin de cet enfer, Fanny vit avec son mari et leurs jumeaux Victor et Arno. Leur existence bien réglée serait parfaite si elle ne percevait pas, au travers des affrontements qui éclatent sans cesse entre ses enfants, chez l'un, une propension à la mélancolie et, chez l'autre un véritable penchant pour le mal. Chaque jour elle se dit qu'elle ne pourra plus supporter une nouvelle crise de violence, ces cris qui la replongent au coeur d'images qu'elle voudrait tant oublier ...

J'ai un peu découpé la quatrième de couverture car je trouve qu'elle en révèle beaucoup trop sur l'histoire qui nous attend lorsqu'on se plonge dans le roman de François-Xavier Dillard. Je pense que le mieux, finalement, est de ne même pas lire le résumé et de se lancer comme ça, à l'aveugle. Nous faisons la connaissance de Fanny qui est une fleuriste à qui tout semble réussir. Elle a fait un bon mariage et a deux petits garçons. Déjà, les jumeaux sont un peu dérangeants, surtout Victor qui semble prendre un malin plaisir à torturer son frère que ce soit physiquement ou psychologiquement. Franchement, Victor m'a mis mal à l'aise parce que j'ai du mal avec les enfants "méchants" dans les livres. Mais c'est un parti pris hyper interéssant de la part de l'auteur.

En parallèle à la vie plus ou moins paisible de la famille de Fanny, on découvre un fait divers qui se déroule en Australie. Sur le coup, je ne comprenais pas trop ce que ça venait faire là mais au fil des pages, tout s'imbrique correctement et on découvre petit à petit toute l'histoire qui se révèle plutôt flippante. J'avais par contre deviné l'identité et l'histoire de certains personnages, ça m'a un peu embêtée mais j'ai tout de même beaucoup aimé cette lecture. Les personnages sont bien travaillés surtout au niveau de leur psychologie, on sent que l'auteur maitrise son sujet.

Cependant, je n'ai pas eu de coup de coeur pour ce livre mais j'ai bien apprécié la plume de l'auteur. C'est très plaisant à lire, les chapitres sont courts alors le bouquin est très rythmé. Je l'ai lu en deux jours et je n'ai pas vu passer les pages. L'alternance des chapitres permet aussi au récit d'être haletant et de passer à la vitesse de l'éclair ...

Une belle découverte !...

Lu dans le cadre du Challenge des 100 romans ...

(84/100)

100romans