porcelaine

J'avais totalement craqué sur la couverture de ce livre dès que Le Chat Noir l'avait annoncé sur sa page facebook. L'illustration est magnifique et elle correspond en tous points à ce que j'aime. Mais je n'avais pas acheté le bouquin à sa parution parce que je l'ai un peu oublié. J'aime beaucoup l'idée de ces petits chatons hantés qui s'adressent aux plus jeunes et, la période automnale arrivant, je me suis dit que c'était le moment idéal pour découvrir enfin cette histoire. Aussitôt achetée, aussitôt lue ...

Sibylle Delombre est une collégienne ordinaire. Enfin, si l’on considère qu’il est ordinaire de décorer sa chambre avec des ossements, des peluches chauves-souris, des schémas de dissection et des grimoires. Oui, Sibylle aime bien l’étrange et le mystère. Ainsi, elle a de quoi se réjouir lorsque sa mère lui propose de l’accompagner pour débarrasser un vieux château. Mais tous les objets bizarres qu’elle rêvait d’y découvrir ne sont rien en comparaison de la splendide poupée en robe noire, aux cheveux argentés comme un clair de lune, qu’elle trouve dans une chambre et qu’elle s’approprie aussitôt, séduite par sa beauté vénéneuse. Et si les cauchemars qui se mettent alors à hanter les nuits de Sibylle avaient un lien avec elle ? Et si cette poupée, aux yeux violets, au regard aussi triste que cruel, n’était pas inoffensive ? Quel terrible secret renferme l’effroyable porcelaine ?

Avant d'aller plus loin, je voudrais m'arrêter sur l'objet livre. Il est magnifique, la couverture comme je l'ai déjà dit est à tomber par terre et j'ai découvert avec bonheur que le livre est truffé de belles illustrations tout au fil des pages. C'est très joli et ça me donne envie d'avoir toute la collection (encore petite pour le moment) sur les étagères de ma bibliothèque (faible que je suis !!).

Du point de vue de l'histoire, nous faisons la découverte de Sibylle qui est une grosse golgoth. L'auteur ne nous le dit pas clairement mais une jeune fille aux yeux charbonneux qui s'habille en noir et qui adore les cimetières ... voilà voilà. Sa mère est une sorte de brocanteuse qui est appellée pour le déménagement d'un petit château très étrange. Et c'est là que la poupée fait son apparition dans le récit.

Moi, les poupées ça me colle la frousse. Avant même la sortie des films Annabelle (celle là aussi tiens dans le genre, elle se pose !), je me sentais mal à l'aise à proximité de ces grosses et grandes poupées. Je les trouve flippantes. Et je dois bien avouer que Vincent Tassy a réussi son coup avec [prénom] ! Certains passages m'ont fait frissonner et je me suis mise à la place des plus jeunes. Je pense que ce roman peut effrayer les jeunes lecteurs mais quel pied ! Car c'est aussi ça lire un livre ... ressentir des émotions et vibrer au fil des pages !

J'ai adoré la plume de l'auteur que j'ai trouvé simple et adapté à l'âge des lecteurs. Il ne les prend pas pour des idiots et il nous propose un texte de qualité. Il y a un peu de suspens, on se surprend à trembler pour Sibylle. Les évènements sont fort étranges et bien amenés. Vincent Tassy parvient à installer une atmospère bien particulière qui met régulièrement mal à l'aise. Je n'ai eu aucun mal à visualiser les lieux et je me suis régalée. C'est bien simple, j'ai bouffé mon livre en une courte soirée ! J'ai maintenant très envie de découvrir les autres romans de cet auteur que je lisais pour la première fois.

Je pense que je vais vite être accro à ces petits chatons hantés ...

Lu dans le cadre du Challenge des 100 romans ...

(96/100)

100romans