embaumeur

J'avais entendu parler du livre d'Isabelle Duquesnoy sur une chaine Youtube dont j'ai totalement oublié le nom. Du coup, lorsque j'ai vu qu'il était disponible sur la masse critique, je n'ai pas hésité une minute pour poser ma candidature. J'ai eu la chance d'être sélectionnée alors je remercie Babelio et surtout les Editions de la Martinière dont je lisais là le premier livre il me semble ...

"Pute borgnesse !" Victor Renard n’eut jamais de chance avec les femmes. À commencer par sa mère, l’épouvantable Pâqueline, qui lui reprochait d’être venu au monde en étranglant son frère jumeau de son cordon ombilical. Puis ce fut Angélique, la prostituée, qui se moquait des déclarations enflammées de Victor et de sa difformité, comme de sa "demi-molle". Victor échappe pourtant à sa condition misérable : il devient embaumeur. Avec les cadavres, au moins, le voilà reconnu. Et en ces temps troublés, quelle meilleure situation ? Les morts, après la Révolution, ne manquent pas dans Paris …

J'ai un peu tranché le résumé dans le vif car je le trouvais un peu trop long. Je suis partie à la rencontre de Victor avec un immense enthousiasme et je n'ai pas été déçue. On suit notre protagoniste alors qu'il est en train de livrer son témoignage. Il nous raconte son passé, depuis son enfance passée auprès d'une mère que j'ai trouvé horrible. Pâqueline Renard est veuve et semble détester complétement son fils. J'ai eu un mal fou à comprendre cette femme que j'ai adoré détester. Quelle bonne femme abominable !

Victor grandit, mûrit et fait des rencontres. Il commence un apprentissage et finit par devenir embaumeur (vous l'aurez compris avec le titre je pense). J'ai adoré en apprendre plus sur ce métier tel qu'il était pratiqué sous la Révolution. Les méthodes ont bien entendu beaucoup changé (heureusement !)et c'est passionnant de suivre l'apprentissage de Victor auprès de Maître Joulia. Même si certains cadavres sont vraiment peu râgoutants, j'ai aimé découvrir quel soin les embaumeurs prenaient avec ces corps.

Et puis la vie de Victor est un roman à elle toute seule, il lui arrive des tas d'aventures. J'ai trouvé certains passages assez palpitants, d'autres en revanche m'ont paru un poil longuets mais ça, c'est juste pour trouver un point négatif au livre. L'auteure a fait un travail de malade sur son bouquin, on sent que tous les détails historiques sont réels et parfaitement maitrisés. J'ai appris de nombreuses choses au cours de ma lecture, je suis vraiment ravie d'avoir découvert l'univers et la vie de Victor Renard. Quelque part, il m'a fait penser à Jean-Baptiste Grenouille du Parfum de Süskind. Oui, c'est une belle référence mais je la trouve vraiment méritée.

C'est très bien écrit, la plume d'Isabelle Duquesnoy m'a séduite et a su me conquérir. En plus, elle utilise un vocabulaire d'époque, ce qui rend le récit vraiment vivant et crédible. Pour moi, c'est une réussite. Les personnages sont hauts en couleurs pour certains (je pense là à La Pâqueline et à Angélique par exemple ... Angélique que je n'aimais pas trop au début et qui a fini par me conquérir), le récit est dynamique et le lecteur souhaite absolument savoir à quelle sauce Victor va être mangé.

Mention spéciale pour la fin du livre. Je suis peut-être une andouille finie mais je n'avais pas réellement compris de quoi Victor était accusé. Lorsque je l'ai compris, j'avoue avoir été un peu heurtée quand même ! Je trouve que c'est justement cette fin qui sublime la totalité du roman. Je suis ravie de l'avoir découvert.

N'hésitez pas à plonger dans la vie de Victor Renard, avec le coeur un peu accroché malgré tout !

Lu dans le cadre du Challenge des 100 romans ...

(102/100)

100romans