supremes

Ce livre me faisait envie depuis très longtemps mais j'avais toujours d'autres ouvrages à me procurer avant celui-ci, ce qui fait que j'ai toujours repoussé son achat. Et puis, un très bon ami nous l'a offert en cadeau de mariage. Je ne sais pas comment il a su que j'avais envie de le lire puisqu'il n'a pas accès à ma wish-list mais il ne pouvait pas tomber plus juste. Inutile de vous dire que j'étais très contente lorsque j'ai ouvert le paquet.

Elles se sont rencontrées dans les années 1960 et ne se sont plus jamais quittées : tout le monde les appelle "les Suprêmes", en hommage au célèbre groupe des années 1970. Complices dans le bonheur comme dans l’adversité, ces trois irrésistibles "quinquas" afro-américaines aussi puissantes que fragiles ont fait d’un des restaurants de leur petite ville de l’Indiana longtemps marquée par la ségrégation leur quartier général où, tous les dimanches, entre commérages et confidences, rire et larmes, elles élaborent leurs stratégies de survie et se gavent de poulet frit.

Quel bonheur que cet ouvrage ! Je ne remercierai jamais assez Edward Kelsy Moore d'avoir écrit ce livre. Nous faisons donc la connaissance de trois femmes afro-américaines qui ont la quarantaine avancée et qui sont amies depuis leur adolescence. Elles sont toutes différentes : Candice la pianiste, Barbara Jean la femme la plus séduisante de la ville et Odette la grande gueule qui semble ne pas avoir froid aux yeux.

Mais tout ça, c'est un peu la vitrine des Suprêmes. Ce que les gens voient d'elles. Mais lorsqu'on gratte un peu et qu'on apprend à mieux les connaitre, on se rend compte qu'elles ont toutes des blessures, des bonheurs et des malheurs. J'ai adoré les découvrir et en apprendre plus sur elles et leurs maris. J'avoue avoir eu une certaine préférence pour Odette car c'est un personnage haut en couleur qui m'a beaucoup amusé mais qui m'a aussi beaucoup touchée. Et puis j'ai adoré l'idée qu'elle puisse voir et communiquer avec des fantômes. Les personnages ont tous leur importance, même les personnages secondaires. Ils sont tous hyper bien travaillés, on sent que l'auteur a passé du temps à les créer. C'est vraiment très agréable de les découvrir tous les uns après les autres.

J'ai plongé dans ce roman avec une facilité déconcertante, je n'ai rien vu venir ! Le lecteur est embarqué directement dans l'histoire de ces trois femmes et il va passer par différentes émotions pendant la totalité du livre. Je me suis retrouvée dans une ambiance à mi-chemin entre plusieurs bouquins que j'aime beaucoup : "La couleur des sentiments" et "Beignets de tomates vertes". Mais on peut aussi retrouver un soupçon de "Desperate housewives". Tout ça mélangé donne un bouquin qui m'est allé droit au coeur !

C'est très bien écrit, on tourne les pages sans se rendre compte qu'on avance à si grands pas. J'ai tremblé à la fin car j'avais très peur qu'il arrive quelque chose à une des Suprêmes, je ne vous donnerai pas le dénouement mais je peux quand même vous dire que j'ai eu le nez qui piquait très fort. Je n'avais pas envie de tourner la dernière page ... C'était chouette !

Fonçez, n'hésitez surtout pas à pousser la porte de Chez Earl pour découvrir cette belle brochette de femmes !

Lu dans le cadre du Challenge des 100 romans ...

(109/100)

100romans