fable

Je n'avais jamais entendu parler de ce livre ni même de cet auteur italien. Je l'ai découvert en regardant une video de la Griffe Noire et Gérard Collard en parlait tellement bien que j'ai eu envie d'en apprendre plus et de me plonger dans cette étrange histoire d'amour. Grâce à ma copine D. qui m'a offert ce petit bouquin, j'ai enfin pu y mettre mon nez ...

"Fable d’amour, écrit Moresco, raconte une histoire d’amour entre deux personnages qu’il serait impossible d’imaginer plus éloignés : un vieux clochard qui ne se souvient plus de rien et qui a pratiquement perdu la raison, et une fille merveilleuse. C’est l’histoire d’une de ces rencontres qu’on croit impossibles mais qui peuvent avoir lieu dans les territoires libres et absolus de la fable, et aussi quelquefois dans la vie". Fût-il le plus pur, l’amour a-t-il vocation à durer ? Mais puisque l’amour est sans pourquoi, doit-on chercher plus d’explications à ce qui le tue qu’à ce qui le fait naître ? Et si la fable était le seul mode pour raconter aujourd’hui la puissance d’aimer ?

J'avais pas mal d'attentes de la part de ce livre il faut bien l'avouer. Malheureusement, ces attentes n'ont pas été comblées. Nous faisons la connaissance d'Antonio qui est un vieux clochard qui vit dans la rue depuis de nombreuses années. Il va faire la rencontre d'une "merveilleuse jeune fille" qui se prénomme Rosa. Bon, en soi une histoire d'amour entre quelqu'un qui vit dans la rue et une femme qui semble être assez aisée est quelque chose qui ne me paraissait pas délirant ...

Mais je n'ai pas spécialement apprécié la façon dont l'auteur traite cette histoire d'amour. C'est beaucoup trop perché pour moi (j'aurai dû m'en douter, ça s'appelle fable quand même). Je n'ai absolument rien ressenti pour les personnages, que ce soit lui ou elle. J'aurai pu m'attacher à Antonio parce qu'il a des côtés touchants mais ... non. Quant à Rosa, je ne l'ai pas comprise et je ne l'ai pas aimée. J'ai eu du mal avec la trame de l'histoire, je n'ai pas toujours compris les choix fait par l'auteur.

Heureusement, la plume d'Antonio Moresco est agréable. C'est assez poétique (peut-être un poil trop pour mon goût) et ça se lit rapidement. En plus, le livre n'est vraiment pas épais mais malgré tout, j'ai mis une journée entière pour en venir à bout car je n'avais pas forcément envie de reprendre ma lecture à chaque pause que j'ai fait.

Dommage ...

Lu dans le cadre du Challenge des 100 romans ...

(122/100)

100romans

Lu dans le cadre du Challenge Ces livres que je n'ai toujours pas lus ...

(7/20)

[Ca bugge le logo viendra plus tard]