laisse tomber les filles

Je ne connais pas très bien les années 60 puisque je n'étais pas née mais c'est la génération de mes parents. Ce que je sais de ces années me vient donc d'eux et je ne connais les événements qu'à travers leurs yeux. Aussi, lorsque j'ai eu l'opportunité de recevoir ce livre de Gérard de Cortanze, je n'ai pas hésité à proposer ma candidature. Je remercie donc chaudement Babelio et les Editions Albin Michel pour l'envoi de ce livre.

Le 22 juin 1963 à Paris, quatre adolescents assistent, place de la Nation, au concert donné à l'occasion du premier anniversaire de Salut les copains. Trois garçons : François, rocker au coeur tendre, tenté par les substances hallucinogènes ; Antoine, fils d'ouvrier qui ne jure que par Jean Ferrat ; Lorenzo, l'intellectuel, fou de cinéma et champion de 800 mètres. Une fille : Michèle, dont tous trois sont amoureux, fée clochette merveilleuse, pourvoyeuse de rêve et féministe en herbe ...

Je me suis plongée dans ce livre avec l'espoir de mieux comprendre la génération de mes parents, même si bien entendu leurs vies sont différentes de celles des protagonistes du livre. Je souhaitais juste me mettre dans l'ambiance de ces années yéyé et traverser les années en compagnie de ces trois amis et de cette fille qui semble mettre tous leurs sens en émoi. Nous découvrons donc trois adolescents qui, bien que très différents, finissent par être les meilleurs amis du monde. Entre eux, tournicote une jeune fille qui se prénomme Michèle et qui leur fait tourner la tête.

J'ai plutôt aimé les garçons même si je n'ai réellement été conquise par aucun d'entre eux. Celui qui m'a peut-être le plus touchée est François lorsqu'il devient adulte. Les autres m'ont plu mais je n'ai pas plus accroché que ça avec eux, j'ai aimé les suivre au fil des années mais je n'ai pas été passionnée par leurs vies.

Malheureusement, c'est avec Michèle que j'ai eu un véritable problème. Je ne l'ai pas aimé du tout, je n'ai jamais réussi à la comprendre. Elle a des réactions qui m'ont complétement dépassée, elle a fait des choix que je n'ai absolument pas compris et au final, je l'ai détesté. Quelle bonne femme horrible et manipulatrice ! Sous couvert de "je suis une femme moderne et féministe", moi j'ai trouvé qu'elle était un peu la poupouffe de service. Je sui peut-être coincée mais là j'avoue qu'une nana qui couche avec tout le monde, j'y arrive pas !

J'ai aimé ma lecture mais j'ai trouvé que le livre n'était pas très aisé à lire. L'auteur nous propose beaucoup d'analyse quelque soit l'année ou la décennie évoquée. Le récit est truffé de statistiques, ça rend l'histoire beaucoup plus réelle bien entendu mais c'est pénible par moments. J'avais parfois l'impression de lire un traité de sociologie et ce n'est pas ce que j'étais venue chercher dans cette lecture.

Je suis donc un peu mitigée mais je pense que ça peut plaire à bon nombre de lecteurs ...

Lu dans le cadre du Challenge des 100 romans ...

(143/100)

100romans