Couverture Prince captif, tome 2 : Le guerrier

J'avais eu un immense coup de coeur pour le premier tome de cette saga fantasy assez atypique. J'avais très envie de découvrir la suite des aventures de Damen et Laurent alors je me suis jetée sur le tome 2 comme une dingue mais je l'ai malheureusement laissé de côté pendant très longtemps ... Trop longtemps peut-être !

Alors que leurs royaumes sont sur le point d’entrer en guerre, Damen et son nouveau maître, le prince Laurent, doivent échanger les intrigues de palais contre la violence ouverte des champs de bataille. Contraint de dissimuler son identité, Damen est de plus en plus attiré par le dangereux et charismatique Laurent. Mais alors que la fragile confiance entre les deux hommes se renforce, les secrets de leurs passés risquent de leur porter un coup fatal …

Oui, je pense que j'ai beaucoup trop attendu avant de me décider à lire enfin la suite. Du coup, je dois bien dire que la "magie" et l'attrait que j'avais ressentis à la lecture du premier tome n'étaient plus présents. Je ne me suis pas ennuyée non quand même pas parce que ce tome est très animé. Il se passe beaucoup de choses, on est au coeur de complots et l'auteure nous offre certaines révélations.

Mais je ne sais pas, je n'ai pas été conquise plus que ça. J'avais oublié certains évenements et certains personnages, j'ai eu un peu de mal à raccrocher les wagons. Je pense que c'est ce qui m'a le plus gênée dans ma lecture. J'avais eu un coup de coeur pour le personnage de Damen, cette fois il m'a plu mais beaucoup moins et je ne parviens pas à expliquer pour quelle raison ...

Cependant, la lecture reste fluide et agréable. J'ai mis du temps à en venir à bout simplement parce que je suis très fatiguée en ce moment et que je lis beaucoup moins. En temps normal, j'aurai mis quelques jours tout au plus pour découvrir la totalité du contenu de ce tome là. Je pense lire la suite rapidement afin de ne pas oublier les évenements et les personnages encore une fois.

Un tome de transition dans lequel le lecteur est constamment tenu en haleine ...