california girls

J'ai eu une mauvaise première expérience avec Simon Liberati. Lorsque son tout premier livre est paru, j'ai eu envie de découvrir cette plume et je n'avais pas aimé. Je n'ai d'ailleurs jamais terminé la lecture de ce bouquin. Aussi, lorsque j'ai appris qu'il s'était "attaqué" à la Famille Manson, j'ai été partagée entre l'envie de découvrir le livre et la peur de me confronter à nouveau à l'auteur ...

Los Angeles, 8 août 1969 : Charles Manson, dit Charlie, fanatise une bande de hippies, improbable "famille" que soudent drogue, sexe, rock’n roll et vénération fanatique envers le gourou. Téléguidés par Manson, trois filles et un garçon sont chargés d’une attaque, la première du grand chambardement qui sauvera le monde. La nuit même, sur les hauteurs de Los Angeles, les zombies défoncés tuent cinq fois. La sublime Sharon Tate, épouse de Roman Polanski enceinte de huit mois, est laissée pour morte après seize coups de baïonnette. Une des filles, Susan, dite Sadie, inscrit avec le sang de la star le mot PIG sur le mur de la villa avant de rejoindre le ranch qui abrite la Famille.

Heureusement, cette fois j'ai aimé ma lecture ! Je l'ai même dévoré en une seule petite journée. Je suis assez friande de tout ce qui entoure la secte de Charles Manson, me demandez pas pourquoi, je ne saurai l'expliquer ... Quelque part, je suis bien contente d'avoir visionné la série télé "Aquarius" avant de me lancer dans le livre. La Famille Manson est assez étendue et grâce à la série, j'ai eu moins de mal à me dépatouiller avec tous les prénoms.

Ici, le gourou n'est pas au centre de notre histoire, il intervient bien entendu mais ce n'est pas le héros du livre et c'est tant mieux. Je n'avais pas forcément envie de lire un truc qui tourne autour de lui. L'auteur a pris le parti de mettre en lumière toutes les filles qui étaient autour de celui qu'elles surnommaient Charlie. On ne comprend pas toujours pourquoi elles se sont amourachées de ce type et pourquoi elles ont tout plaqué pour lui. Toujours est-il qu'elles sont allées très loin pour lui, jusqu'à tuer pour certaines.

L'événement décrit dans le livre est sans doute le plus marquant de l'histoire de cette Famille, celui dont tous les journaux ont parlé et que l'histoire a retenu. Simon Liberati se focalise particulièrement sur cette nuit sanglante et les quelques jours qui suivent. J'ai été touchée par Linda qui semble totalement paumée là au milieu et j'ai trouvé que Sadie faisait vraiment très froid dans le dos. Le récit est agrémenté par des informations sur le futur des filles et ça m'a bien plu de savoir ce qui était advenu d'elles.

Par contre, il faut avoir le coeur bien accroché car rien n'est épargné au lecteur. J'avoue avoir dû souffler un peu entre deux paragraphes parce que j'ai été bien souvent écoeurée par les descriptions mais surtout par la violence de cette nuit atroce. C'est sombre, c'est pesant, c'est écoeurant ... L'auteur n'a pas hésité à explorer les moindres sombres recoins de l'âme humaine et je suis ravie d'avoir tenté l'expérience !

Un récit difficile mais impossible à lâcher !