toutes blessent

J'ai terminé la lecture de ce gros pavé il y a une semaine déjà mais je ne parvenais pas à mettre en mot mon ressenti. Seulement, le temps passe et il va bien falloir que je rédige mon billet ... alors je me lance mais je ne vous cache pas que je suis encore sous le coup de l'émotion lorsque je pense à ce bouquin. Un grand merci aux Editions Belfond pour l'envoi de l'exemplaire numérique que j'ai atomisé en un week-end.

Tama est une esclave. Elle n’a quasiment connu que la servitude. Prisonnière de bourreaux qui ignorent la pitié, elle sait pourtant rêver, aimer, espérer. Une rencontre va peut-être changer son destin… Gabriel est un homme qui vit à l’écart du monde, avec pour seule compagnie ses démons et ses profondes meurtrissures.
Un homme dangereux.
Un matin, il découvre une inconnue qui a trouvé refuge chez lui. Une jeune femme blessée et amnésique.
Qui est-elle ? D’où vient-elle ?

C'est mon premier Karine Giebel. En fait, j'en ai plusieurs dans ma PAL mais après une rencontre assez déplaisante avec elle lors d'un salon, je n'ai plus eu envie de découvrir sa plume. Sauf que ce dernier opus me faisait très envie alors j'ai décidé d'aller au-delà de mes préjugés et je me suis lancée. J'ai drôlement bien fait parce que j'ai pris une claque monumentale.

L'auteure nous propose de suivre en parallèle l'histoire de Tama, arrivée petite fille en France et devenue depuis esclave moderne dans des familles dites "civilisées", et celle de Gabriel qui semble être tueur à gages ou quelque chose dans ce goût là (bien entendu, on en apprend beaucoup à son propos au fil des pages). Le lecteur se doute bien que ces deux destins vont se croiser à un moment ou à un autre sans trop savoir pourquoi ni comment. J'ai échafaudé de nombreuses hypothèses qui sont toutes tombées à côté !

La psychologie des personnages est énorme ! C'est ultra bien travaillé, que ce soit du côté de Tama mais aussi du côté de ses bourreaux. J'ai eu froid dans le dos à bien des reprises. Parfois, je voulais que ça s'arrête, que Tama puisse retrouver une vie sereine sans coups ni blessures psychologiques. Souvent j'ai eu envie de refermer mon livre pour échapper à cette monstrueuse et éprouvante histoire. Toujours j'y suis retournée avec avidité, envie de connaitre le dénouement de tout ça.

La souffrance, les blessures, le sang, la poudre, les sévices ... tout ceci transpire à chaque page du livre. J'ai d'ailleurs été très étonnée de la capacité de Karine Giebel à rendre son récit ultra vivant, ultra violent et ses personnages ultra attachants. Car Tama vient de rentrer au panthéon de mes personnages littéraires les plus touchants, les plus attachants mais les plus combatifs aussi. Le livre se lit à une vitesse hallucinante, c'est très rythmé, les chapitres sont courts et percutants. L'alternance des points de vue y est pour beaucoup aussi et j'aime énormément changer de personnage comme ça.

Et puis vient cette fin à laquelle je ne m'attendais pas vraiment, même si au fond de moi je savais qu'elle pouvait arriver. Cette fin que je ne vous dévoilerai pas bien entendu mais que j'ai trouvé tellement cruelle et injuste. Mais aussi dans la continuité de tous les événements finalement ... Cette fin qui rend le récit magistral, qui aura fait saigner mon coeur de lectrice.

Ne vous laissez pas impressionner par la taille du livre, vous ne verrez pas les pages se tourner !