aile des vierges

C'est la couverture de ce roman qui m'a séduite en tout premier lieu, je la trouve tellement jolie et épurée que j'ai eu envie de voir ce qui se cachait derrière. Et puis, j'avais déjà eu l'expérience de la plume de Laurence Peyrin avec son Zelda Zonk. Tout semblait réuni pour un bon moment de lecture. Je remercie la plateforme Netgalley et en particulier les Editions Calmann-Lévy pour la mise à disposition du fichier numérique me permettant de me propulser dans le Kent aux côtés de Maggie ...

Angleterre, avril 1946. La jeune femme qui remonte l’allée de Sheperd House, majestueux manoir du Kent, a le cœur lourd. Car aujourd’hui, Maggie O’Neill, un fort caractère, petite-fille d’une des premières suffragettes, fille d’une féministe active, va entrer comme bonne au service des très riches Lyon-Thorpe. Et la seule consolation de Maggie est que personne ne soit là pour assister à sa déchéance, elle qui rêvait de partir en Amérique et d’y devenir médecin. Qui en rêve toujours, d’ailleurs. L’intégration parmi la dizaine de domestiques vivant comme au siècle précédent est difficile pour Maggie. Elle trouve ridicules les préoccupations et exigences de Madame, surnommée par ses employés "Pippa-ma-chère", car c’est ainsi que ses amies l’appellent à grand renfort de voix haut perchées. Le maître de maison, lointain, l’indiffère. Seul trouve grâce à ses yeux le vieux lord, âgé de près de cent ans, qui perd la tête et la confond avec une mystérieuse Clemmie à qui il déclare son amour.

Je ne vais pas le cacher longtemps, après un début un peu difficile, j'ai dévoré mon bouquin ! On fait donc la connaissance de Maggie qui vient de perdre son mari et qui débute un poste de femme de chambre dans un manoir du Kent. On découvre alors avec elle une série de personnages plus ou moins hauts en couleurs. Même le personnage de Maggie ne peut pas laisser indifférent, on sent qu'on a affaire à une femme forte dont le destin sera hors du commun.

Ce bouquin est une véritable fresque qui va nous mener de l'Angleterre à l'Afrique en passant par les Etats-Unis, une ode à la vie d'une femme pas comme les autres. Une femme déterminée et libre pour l'époque dans laquelle elle vit. Maggie mène sa barque comme elle l'entend et on se demande bien où tout ça va la mener. Elle a un côté rebelle qui m'a un peu inquietée par moments, je craignais qu'il ne lui arrive des bricoles. Et puis, vient la rencontre avec John Lyon-Thorpe, l'homme qui semble être une caricature pour moi. Mais là, je n'ai pas compris la réaction de Maggie en fait. En effet, elle ressemble à une midinette lorsqu'elle est à ses côtés alors qu'on nous la présente au fil des pages comme une femme à qui il ne faut pas la faire. Ce petit manque de cohérence m'a un peu déroutée. Et puis, je dois dire aussi que je n'ai pas toujours compris ses choix et ses réactions.

Mais j'ai trouvé l'histoire entre Maggie et John follement romantique, j'ai vraiment apprécié. L'auteure m'a surprise quelques fois, je pensais que l'histoire irait dans un sens et pourtant non, elle prend un tout autre chemin. Cette belle histoire est servie par une plume que j'ai grandement aimé. Certains passages sont extrêmement bien écrits, presque poétiques. Du coup, on n'a plus envie de lâcher le livre !

Mention spéciale aussi pour les personnages secondaires que l'auteure nous présente, je les ai beaucoup aimé. Surtout pendant la période où Maggie vit à Sheperd House, je pense là à Kitty, la petite bonne diabétique, et à Sir Albert qui perd un peu la boule et qui est juste hyper attachant. Le livre foisonne des personnages, ce qui nous permet de découvrir plusieurs facettes de notre personnage principal qui doit composer avec toutes les personnalités diverses qu'elle rencontre au fil des pages.

Une belle histoire d'amour doublée d'une belle histoire de vie ...