adele bedeau

Je n'avais jamais entendu parler ni de ce livre ni de cet auteur. Pourtant si j'ai tout bien compris, il s'agit d'une réédition. Le livre aurait même été adapté par Claude Chabrol (et j'avoue que l'atmopshère générale du récit colle merveilleusement avec l'univers du réalisateur) mais la copie aurait été perdue, ou détruite, je ne sais plus. Ca intrigue tout ça non ?...

Manfred Baumann est un solitaire. Timide, inadapté, secret, il passe ses soirées à boire seul, en observant Adèle Bedeau, la jolie serveuse du bar de cette petite ville alsacienne très ordinaire.
Georges Gorski est un policier qui se confond avec la grisaille de la ville. S'il a eu de l'ambition, celle-ci s'est envolée il y a bien longtemps. Peut-être le jour où il a échoué à résoudre une de ses toutes premières enquêtes criminelles, qui depuis ne cesse de l'obséder.
Lorsque Adèle disparaît, Baumann devient le principal suspect de Gorski. Un étrange jeu se met alors en place entre les deux hommes.

Dans ce récit, nous sommes propulsé aux début des années quatre vingt dans une petite ville d'Alsace dans laquelle il ne se passe rien. Tout semble réglé comme du papier à musique, rien ne dépasse, rien ne se passe. Rien ne se passe non plus dans le petit café de la Cloche qui compte un nombre conséquent d'habitués et qui m'a fait penser un peu au café dans lequel travaille Amélie Poulain. C'est lisse, le temps passe et rien ne se passe (oui j'insiste) ...

Jusqu'au jour où Adèle, la serveuse du café de la Cloche disparait et met tout ce petit monde en émoi. C'est là que Manfred Baumann entre en scène. C'est un personnage extrêmement étrange avec lequel on n'aurait pas envie de devenir ami. Et pourtant, j'avoue que j'ai ressenti un attachement particulier pour lui. Pourquoi ? Je ne saurai pas vraiment l'expliquer mais sans doute parce qu'il a eu une enfance difficile et qu'il a une vie super bizarre. Quelque part, il fait un peu de la peine et je pense que c'est un peu pour tout ça que je l'ai apprécié.

Car Manfred est tellement bizarre et se comporte de façon tellement peu naturelle qu'il devient rapidement le suspect numéro un de l'inspecteur Gorski. Et là tout s'emballe. Enfin quand je parle d'emballement, il faut relativiser car le rythme du récit est plutôt lent et pourtant l'enquête avance à chaque page. On se concentre de plus en plus sur Manfred qui se conduit de pire en pire. Mais en fait, ce mec ne sait pas comment interagir avec ses semblables, il a un petit côté autiste.

C'est très psychologique, on tente de comprendre comment fonctionne Manfred et surtout, on se demande tout du long si il a réellement une implication dans la disparition Adèle. Je me suis retrouvée happée par ce bouquin que je n'ai pas pu lâcher jusqu'à en connaitre le dénouement. C'est très bien ficelé, on finit par se poser des tas de questions et on finit par trouver les réponses à tout ça. Et puis j'ai bien accroché avec le style de l'auteur, on ne s'ennuie pas une minute et chaque détail a son importance.

Un vrai roman psychologique qui nous emmène dans les sombres recoins de l'âme humaine.