alma

Je n'avais encore jamais lu de livre de Cizia Zykë et c'est pourtant un auteur que j'avais très envie de découvrir. Mais quelque part, j'avais un peu peur parce que pour moi, c'était un auteur qui proposait des récits assez violents et je craignais de m'y frotter. Une masse critique a été le pretexte pour moi pour postuler sur le dernier livre de l'auteur et j'ai eu la chance de remporter un exemplaire. Je remercie donc Babelio mais surtout les Editions Taurnada pour m'avoir fait parvenir rapidement le livre.

Une petite fille aux étranges pouvoirs vient au monde. Autour d'elle, c'est l'Espagne du Moyen Âge, barbare autant que raffinée, à la fois religieuse et brutale, où la reine Isabelle la Catholique s'apprête à chasser tous les Juifs du royaume.
La petite Alma, celle qui parle avec Dieu, deviendra-t-elle le guide dont son peuple a besoin, ou bien sera-t-elle comme tant d'autres balayée par le vent mauvais de l'Histoire ?

Je me suis lancée dans ma lecture avec un peu de retard à cause de mon séjour à Naples, je m'excuse auprès de la maison d'édition d'avoir tardé à rendre ma chronique. Je ne savais pas trop dans quoi j'allais me lancer à vrai dire, je m'attendais un peu à une atmosphère dans le genre de celle du Nom de la rose. Lorsqu'on me parle de la période de l'Inquisition, j'ai forcément cette référence en tête. Ici, ce n'est pas exactement ce genre d'ambiance. On ne parle presque pas de l'aspect purement religieux, on se concentre sur une petite blondinette qui vit dans le quartier juif populaire de la ville de Séville.

Alma, c'est une petite fille qui pourrait être ordinaire mais qui semble parler avec Dieu. Etrange n'est ce pas ? C'est une gamine avec une foi inébranlable, elle semble avoir une force extraordinaire et on s'en rend compte surtout à la fin du livre quand toute l'horreur de cette période troublée du Moyen-Age prend toute la place. J'ai eu un peu de mal avec les descriptions des tortures infligées par l'Inquisition mais c'est necessaire pour faire prendre conscience au lecteur que c'était difficile de vivre à ce moment-là de l'histoire espagnole.

Ce qui m'a un peu dérangée, c'est la plume de Cizia Zykë. Je ne sais pas si tous ses livres sont écrits de la même façon mais ici j'ai trouvé le style très haché et bien trop nerveux à mon goût. J'ai presque trouvé qu'il ne collait pas avec l'histoire racontée. Nous sommes dans une "configuration" conte, comme si nous étions réunis autour de lui pour l'écouter nous raconter l'histoire d'Alma et j'ai été gênée par le fait qu'il interpelle le lecteur à de très nombreuses fois. J'ai aussi été un peu embêtée par le grand nombre de personnages introduit dans la trame du livre et qu'on ne retrouve pas plus loin. Je pense là à Torquemada par exemple, l'auteur nous prévient de son arrivée et on ne le retrouve que bien plus tard et un peu comme un cheveu sur la soupe.

Une histoire très étrange, une petite fille singulière, un récit qui sort de l'ordinaire ...