hex

J'avais repéré ce livre à sa sortie, la couverture est tout à fait à mon goût et la petite accroche signée Stephen King a terminé de me convaincre. J'ai donc acheté mon petit exemplaire numérique de la chose lors de la Grosse Opé Bragelonne et le bouquin a un peu dormi dans ma liseuse. Je l'ai croisé lors d'une visite à la médiathèque et ça m'a donné envie de découvrir enfin ce que cette histoire a dans le ventre !

Quiconque né en ce lieu est condamné à y rester jusqu'à la mort. Quiconque y vient n'en repart jamais. Bienvenue à Black Spring, charmante petite ville de la Hudson Valley. Du moins en apparence : Black Spring est hantée par une sorcière, dont les yeux et la bouche sont cousus. Aveugle et réduite au silence, elle rôde dans les rues et entre chez les gens comme bon lui semble, restant parfois au chevet des enfants des nuits entières. Les habitants s'y sont tellement habitués qu'il leur arrive d'oublier sa présence. Ou la menace qu'elle représente. En effet, si la vérité échappe de ses murs, la ville tout entière disparaîtra. Pour empêcher la malédiction de se propager, les anciens de Black Spring ont utilisé des techniques de pointe pour isoler les lieux. Frustrés par ce confinement permanent, les adolescents locaux décident de braver les règles strictes qu'on leur impose. Ils vont alors plonger leur ville dans un épouvantable cauchemar ...

J'ai mis environ un mois avant de venir à bout de ce livre, je ne comprends pas pourquoi j'ai eu autant de mal à me plonger dans cette histoire. L'auteur nous propulse dans un univers très sympa : une sorcière hante une petite ville dans laquelle les habitants sont forcés de vivre sans jamais parler de la sorcière en dehors de Black Spring, et sans jamais pouvoir quitter cette charmante petite bourgade. C'est alléchant non ?

Et pourtant, j'ai pataugé parmi les (trop) nombreux personnages que l'auteur nous propose. Je ne savais plus exactement qui était qui et qui faisait quoi. Du coup, ça m'a gonflé de me sentir perdue et comme les premiers chapitres sont hyper lents, j'ai fini par mettre mon livre de côté pour aller découvrir d'autres univers ...

Et puis quand même, cette pauvre femme qui se retrouve privée de repos éternel est restée dans un coin de ma tête et j'ai décidé de reprendre ma lecture. Petit à petit, j'ai commencé à m'y retrouver parmi les personnages. Malheureusement, je ne me suis pas vraiment attachés à eux malgré la tournure que l'histoire va prendre quelques chapitres plus loin. Je me suis laissée bercer par le récit et la plume de Thomas Olde Heuvelt et j'ai plutôt apprécié l'atmosphère malsaine et un poil étrange qui s'instaure peu à peu.

Je n'ai jamais frissonné pendant ma lecture mais j'ai fini par apprécié ce que je lisais alors que c'était mal barré au début de ma découverte. L'histoire dans sa globalité est au final très sympa, elle a un petit côté Stephen King dans les personnages qui sont tous un peu cinglés. J'ai eu un peu de mal à croire à tout ça par contre, c'est parfois tordu et ça manque un peu de crédibilité.

Une lecture en demie-teinte, peut-être que j'avais trop d'attentes par rapport à cet ouvrage ...