Couverture Règles douloureuses

Je n'avais jamais entendu parler de cet ouvrage ni même de Kopano Matlwa, son auteure. Je dois dire que c'est le titre du livre qui a attiré mon oeil lorsque je l'ai croisé sur une table de la médiathèque. J'ai trouvé le titre un peu provoc mais il me parle également tellement que j'ai eu envie de découvrir ce petit livre (160 pages, c'est un petit livre). 

Nous sommes en 2015, en Afrique du Sud. Des années durant, Masechaba a souffert de douleurs chroniques liées à une endométriose. Le sang a forgé son caractère, non seulement il a fait d'elle une personne solitaire, presque craintive, mais il l'a aussi poussé à devenir médecin. Quand débute le roman, elle est interne dans un hôpital. Dans le flux ininterrompu des patients, elle s'interroge sur sa capacité à les aimer tous, à leur donner toutes ses forces, tout son dévouement. Elle doute souvent, à l'opposé de sa meilleure amie, son modèle qui bien souvent pourtant l'ignore, voire la rudoie, Nyasha. Nyasha est zimbabwéenne, or l'Afrique du Sud vit alors une époque de racisme brutal.
Un jour, après avoir été accusée par son amie de ne pas avoir pris assez soin d'un patient étranger blessé lors d'émeutes xénophobes, elle décide de publier une pétition demandant le retour à la tolérance et à des valeurs humanistes.
En retour, elle sera violée par trois hommes, pour lui apprendre à rester à sa place.

Après la lecture de ce livre, je me rends compte que j'apprécie vraiment les publications du Serpent à plumes. Ce n'est pas le premier ouvrage qui tombe entre mes mains et à chaque fois, ça a fait mouche. Je vais les suivre de plus près je pense. C'est aussi la première auteure sud-africaine que je lis et c'est une belle découverte.

Nous faisons la connaissance de Masechaba qui vit seule avec sa mère, leurs relations sont parfois assez tendues et ça m'a surpris car je ne connais pas ce genre de tensions avec ma mère. Nous suivons la jeune femme depuis le début de son adolescence, presque depuis ses premières règles. Comme pour beaucoup d'entre nous, son cycle menstruel est parfois un calvaire.

Mais c'est surtout son parcours dans le monde médical qui est décrit dans ce livre, elle fait des études de médecine et on se rend rapidement compte qu'être une femme noire dans une Afrique du Sud post Apartheid n'est pas simple tous les jours. J'ai découvert de nombreuses facettes de ce pays que je connais si peu. C'était très interéssant et quelque part, assez inquiétant aussi. Certains passages m'ont bien heurtés, je pense que de tels agissements ont dû avoir lieu réellement et ça fait froid dans le dos.

Le récit est bien écrit, c'est agréable à lire. De nombreux sujets de société y sont abordés : le racisme, la place de la femme, le viol, l'endométriose ... Je regrette peut-être que les personnages ne soient pas encore plus creusés mais en 160 pages, ça me parait difficile d'aller bien plus loin dans la psychologie. J'ai trouvé que le récit dans sa globalité était empreint de tristesse et ça m'a permis de m'attacher à Masechaba.

Une jolie découverte ...