dans son silence

A la base, je n'avais pas envie de lire ce livre pour un motif complétement futile, j'en suis bien consciente. Je n'aime pas la couverture. Pire, je la trouve même un peu flippante. Et puis je me suis dit que je n'aurai pas à la supporter puisque je pourrai lire ce bouquin dans sa version numérique alors je me suis lancée et j'ai eu la chance de voir ma demande approuvée par les Editions Calmann Lévy que je remercie très chaleureusement.

Alicia, jeune peintre britannique en vogue, vit dans une superbe maison près de Londres avec Gabriel, photographe de mode. Quand elle est retrouvée chez elle, hagarde et recouverte de sang devant son mari défiguré par des coups de couteau fatals, la presse s’enflamme. Aussitôt arrêtée, Alicia ne prononce plus jamais le moindre mot, même au tribunal. Elle est jugée mentalement irresponsable et envoyée dans une clinique psychiatrique.
Six ans plus tard, le docteur Theo Faber, ambitieux psychiatre, n’a qu’une obsession : parvenir à faire reparler Alicia. Quand une place se libère dans la clinique où elle est internée, il réussit à s’y faire embaucher, et entame avec elle une série de face-à-face glaçants dans l’espoir de lui extirper un mot. Et alors qu’il commence à perdre espoir, Alicia s’anime soudain. Mais sa réaction est tout sauf ce à quoi il s’attendait…

Finalement, j'ai bien fait de me décider à passer au-delà de la couverture parce que je serai passée à côté d'une histoire plutôt bien foutue. Ce n'est pas la plus originale du monde mais je me suis bien laissée trimballer tout au long des pages. Ce n'est que dans les trente dernières que j'ai découvert le secret de tout ça mais jusque là, c'était parfait.

On fait la connaissance d'Alicia qui a été internée après avoir tué son mari, en parallèle on découvre Théo qui est psychothérapeute et qui vient d'intégrer l'unité dans laquelle Alicia est soignée. Rapidement, on a la sensation qu'il bloque sur cette patiente et qu'il ferait tout pour la guérir. Autant j'ai aimé l'ambiance du roman, autant je n'ai pas eu d'empathie pour les personnages. L'ambiance est pesante, on navigue entre le service psychiatrique, la vie privée de Théo et le journal intime d'Alicia. On se demande quand tout ça va finir par se recouper ...

Quant aux personnages, l'auteur n'est pas parvenu à me les rendre sympathiques. Je n'ai pas ressenti de grande curiosité à leur égard mais pourtant, j'ai été tenue en haleine tout du long. C'est assez étrange parce que Théo ne m'a pas plu, j'avais la sensation qu'un truc clochait chez lui sans jamais parvenir à mettre le doigt sur ce qui me dérangeait. Quant à Alicia, je crois qu'elle est bien trop tordue pour moi. Les autres personnages (Gabriel, Max, Kathy ou le personnel hospitalier) rendent le récit très vivant même si ils n'ont pas un immense intêret pour certains.

Ca se lit très bien, les pages se tournent rapidement car le roman est très rythmé. Les chapitres sont relativement courts et variés. On passe du journal d'Alicia à des chapitres un peu plus classiques. C'est très agréable et facile à lire. L'auteur parvient à distiller les informations avec parcimonie et puis bim ! Il nous assène un truc qui fait avancer l'intrigue.

Un excellent premier roman, un auteur dont je lirai les prochains ouvrages avec plaisir.