odeur de la colle

J'ai découvert Adèle Bréau il y a quelques temps avec sa série La coeur des grandes et j'ai eu un gros coup de coeur. Du coup, lorsque j'ai vu qu'elle proposait un nouveau bébé, j'ai eu juste trop envie de le découvrir. J'ai donc demandé à le recevoir et j'ai eu la joie de voir ma demande acceptée. Un grand merci donc aux Editions JC Lattès pour cet exemplaire numérique mis à ma disposition via la plateforme Netgalley.

Septembre 1991. Caroline a treize ans et intègre son nouveau collège. Avec ses parents et sa sœur Charlotte, ils ont quitté la banlieue pour s’installer à Paris, dans un appartement trop grand où les liens se distendent chaque jour.
S’il voulait se rapprocher de ce travail qui le dévore, le père est pourtant de plus en plus absent. Quand il est là, c’est vêtu de ce blouson qu’il ne quitte plus, et de cet air qui semble dire son désir de partir loin.
Autour de l’unique téléphone fixe de la maison se chuchotent les secrets d’une famille en plein chaos : le chagrin de la mère, la fuite du père et les tourments adolescents de l’héroïne, qui déroule le fil de cette année si particulière où l’enfance s’éloigne.
Caroline restitue le portrait d’une génération désenchantée, les professeurs, les premiers flirts, les cafés où l’on fume encore, les cabines téléphoniques, les vidéoclubs, la musique triste dans son walkman, les cahiers Clairefontaine, les Guignols de l’Info, le bruit des craies et c’est toute une époque qui ressurgit comme lorsqu’on plonge son nez dans ces petits pots de colle à l’odeur d’amande.

Quel bonheur que cette lecture ! Je me suis régalée, il n'y a pas d'autre mot. Ce livre, je l'ai atomisé tellement je n'avais pas envie de laisser Caroline. J'avais l'impression que le livre criait mon nom à chaque fois que je le posais. Nous faisons donc la connaissance de Caroline, toute jeune adolescente qui vient d'emménager à Paris et qui va donc attaquer l'année scolaire dans un nouveau collège. Qui dit nouveau collège, dit nouveaux amis à se faire et ce n'est pas si facile lorsqu'on a treize ans.

Caroline, c'est un peu moi au même âge. Je suis née dans la même décennie que cette jeune fille (même si j'ai quelques années de plus manifestement), je n'ai pas forcément grandi dans un environnement familial identique mais je me suis reconnue dans certains aspects de sa vie. L'auteure a rendu cette histoire tellement vivante et proche de ce qu'on a vécu que je me suis retrouvée avec plein de souvenirs dans la tête. J'ai même repensé à certaines personnes de mon adolescence que je pensais avoir totalement oublié.

Ce bouquin, c'est à mes yeux un savant mélange de La boum et de Diabolo menthe. C'est un doux moment de nostalgie dans lequel j'ai adoré me plonger. Je n'avais pas du tout envie que ça se termine tellement c'était chouette de se retrouver dans la tête et la vie de Caroline. J'aurai aimé que le livre soit un peu plus épais. En plus, c'est très bien écrit. J'ai retrouve la plume dynamique et agréable d'Adèle Bréau. Le récit est rythmé, on ne s'ennuie pas une seule minute.

Une jolie petite madelaine que je conseille à toutes les personnes de ma génération ...