bleue

Lorsque j'ai demandé ce bouquin, j'avais très envie de le découvrir. Le thème me tentait beaucoup. J'ai mis du temps à me décider à le lire après avoir découvert qu'il s'agissait en fait d'un tome 2 (et bien entendu, je n'ai pas lu le premier tome sinon c'est pas drôle !). J'ai donc traîné avant de l'attaquer et je tiens à m'en excuser auprès des Presses de la Cité. Heureusement, je l'ai enfin lu !

Norvège, 2017. Depuis son plus jeune âge, Signe a fait passer l’écologie avant tout. Ainsi a-t-elle préféré renoncer à Magnus, dont elle ne partageait pas les idées. Aujourd’hui, elle vit sur un bateau amarré dans un fjord, au plus près de l’eau. Et c’est pour sauver l’eau qu’elle décide à soixante-sept ans d’entreprendre un dernier périple en mer, lorsqu’elle apprend qu’une opération commerciale, autorisée jadis par Magnus, menace son glacier natal. L’heure est venue pour Signe d’affronter son grand amour perdu. Pour cela, elle doit prendre la direction du sud de la France…
France, 2041. La guerre de l’eau bat son plein. Avec Lou, sa fille aînée, David a fui les Pyrénées ravagées par la sécheresse pour retrouver sa femme et leur bébé, dont il a été séparé. Mais les réfugiés climatiques sont bloqués à la frontière, et les ressources commencent à manquer. Un jour, à des kilomètres de la côte, David et Lou trouvent un voilier au beau milieu d’un champ desséché : le bateau de Signe…

J'ai donc mis un peu de temps avant de me plonger dans cette lecture de Maja Lunde, auteure norvégienne que je ne connaissais pas du tout jusque là. Elle nous propose ici un roman assez engagé pour la préservation des océans et en particulier des fjords norvégiens (je n'y suis jamais allée mais il parait que c'est une merveille). Pour cela, elle met en scène Signe qui va tenter par tous les moyens de préserver les glaciers de son enfance. Tous les chapitres consacrées à Signe et à Bleu, son voilier, sont très poétiques mais je les ai trouvé assez ennuyeux. Je n'ai malheureusement pas été passionnée par l'histoire de Signe.

En revanche, la partie dystopique du livre qui se déroule en 2041 alors que la Terre se meurt et que l'humanité n'a presque plus d'eau et doit lutter pour sa survie m'a convaincue. On va suivre le parcours de David et de sa fille Lou. Ils ont dû fuir leur ville dévorée par les flammes et se retrouvent dans un camp de survivants. Tous les chapitres consacrés à David et Lou m'ont fait froid dans le dos. En plus, on s'attache vraiment à cette petite fille qui grandit dans un environnement chaque jour un peu plus hostile. Ces chapitres là m'ont parus emplis de tristesse mais aussi, quand même, d'un peu d'espoir de pouvoir rebondir ...

Même si ma lecture est mi-figue mi-raisin, je pense que c'est un bouquin qu'il faut lire pour prendre conscience de ce qui pourrait nous arriver dans des délais pas si lointains (je n'ose pas dire "ce qui est en train de nous arriver" ...). En plus, il se lit très bien parce que la plume de l'auteure est fluide et très agréable à lire. Je ne dirai pas que je l'ai dévoré puisque les chapitres 2017 m'ont un peu gonflé mais une fois lancée, il ne pas fallu beaucoup de temps pour en venir à bout.

Un roman à découvrir pour son message essentiel par les temps qui courent ...