pas pied

Lorsque j'ai vu cette couverture, je dois dire que je n'ai pas été très emballée. Pourtant, j'ai tout de même eu la curiosité de lire le résumé du livre et là, j'ai eu très envie de découvrir cette histoire qui semblait bien singulière. Forcément, ça se passe en Italie alors je ne pouvais pas résister ! Un grand merci aux Editions JC Lattès pour avoir mis un exemplaire à ma disposition ... j'en profite pour m'excuser d'avoir mis aussi longtemps à rendre mon billet mais je suis très mal organisée depuis mon retour de Berlin et le temps me file entre les doigts ...

Fabio a six ans, deux parents et une dizaine de grands-pères, des hommes impétueux et dangereusement excentriques. Seul enfant de la famille, il grandit sans camarades de jeux. Jusqu’à son premier jour d’école…
Mais le plus inquiétant, c’est la terrible malédiction qui plane sur les Mancini : tous les hommes encore céliba­taires à quarante ans deviennent fous ; ce dont témoigne sa collection de grands-pères.
De l’école primaire au collège, Fabio s’efforce de trouver un équilibre entre son monde intérieur, aussi riche et vaste que son imagination, et le monde extérieur, bridé par d’innombrables règles, dominé par la loi du plus fort.

Je ne sais pas trop quoi penser de ce livre, j'ai mis longtemps à rendre cette chronique parce que je ne sais pas exactement si j'ai aimé ou non ce livre. Ca partait super bien, j'ai dévoré les premiers chapitres. J'ai adoré découvrir cette famille italienne des années 80 qui sort de la banalité ambiante, ces oncles complétement déjantés et ce petit garçon qui tente de trouver sa place. Ce petit bout d'homme plutôt naïf qui aspire à une vie tranquille qui ressemble à celles de ses camarades de classe.

Je suis tombée sous le charme de la "non relation" du petit Fabio avec son père. C'est une partie du livre qui m'a beaucoup touchée et pas mal remuée. Après l'accident dont le père est victime, j'ai trouvé que le comportement du garçon était exemplaire et ça m'a beaucoup émue. C'est vraiment le point fort du livre. Fabio est un gamin très attachant. Ce côté ode à la vie, ne jamais arrêter de se battre et rester optimiste en toutes circonstances m'a vraiment beaucoup plu

Mais si j'ai eu du mal à apprécier ma lecture, c'est surtout parce qu'il contient un nombre incalculable de moments complétement étranges et bien trop tirés par les cheveux pour me convaincre. Ce qui m'a beaucoup ennuyé, c'est que je n'ai presque jamais cru à l'histoire que Fabio Genovesi m'a raconté. Bien trop souvent, j'ai levé les yeux au ciel en signe de "pfff mais n'importe quoi". Je suis vraiment désolée d'avoir eu ce ressenti alors que j'avais très envie d'aimer ce récit.

Une lecture en demie teinte ... à découvrir pour les plus curieux et les dingues de littérature italienne.