concours

Ce bouquin m'a fait envie dès sa parution !! J'ai eu la chance d'avoir une copine libraire qui m'a filé son exemplaire et pourtant, j'ai trainé je ne sais pas combien de temps avant de me lancer dans la lecture de ce premier livre de Clélia Renucci. Je pense que je voulais échapper au battage qui a entouré la parution de ce titre, histoire d'être neutre pendant ma lecture. C'est avec un grand bonheur que je me suis faufilée à Venise dans les pas de Véronèse et du Tintoret ...

"Tout était dévasté, consumé, calciné. C'est de cet enfer qu'allait renaître le Paradis". Dans le décor spectaculaire de la Venise renaissante, l'immense toile du Paradis devient un personnage vivant, opposant le génie de Véronèse, du Tintoret et des plus grands maîtres de la ville. Entre rivalités artistiques, trahisons familiales, déchirements politiques, Clélia Renucci fait revivre dans ce premier roman le prodige de la création, ses vertiges et ses drames.

Je ne vais pas y aller par quatre chemins, même si ce livre n'est pas un véritable coup de coeur, je l'ai adoré ! Je l'ai dévoré et il m'a transporté dans cette Venise qui était une République dirigée par un Doge. Cette Venise qui me fait rêver et qui me passionne. Nous commençons donc notre histoire par un incendie, celui qui ravage le plafond de la grande salle du Conseil du Palais des Doges. Un concours pour rénover son plafond est alors proposé, les maitres les plus prestigieux (Véronèse au hasard ...) se lancent dans l'aventure ...

J'ai adoré découvrir l'envers du décor. L'auteure nous embarque dans les ruelles vénitiennes à la rencontre des grands peintres de l'époque (nous sommes en 1577 lorsque le livre débute), dans l'intimité de leurs vies et les secrets de leurs ateliers. Tout un pan de la vie des peintres que je ne connais pas et qui m'a beaucoup plu. J'ai adoré découvrir comment ils montaient leurs châssis, comment ils préparaient leurs couleurs et leurs façons de faire des esquisses préparatoires. Tout ce travail d'artiste m'a passionné.

Je connais plutôt bien Venise et j'ai aimé me faire promener par Clélia Renucci, j'ai reconnu la plupart des endroits dans lesquels elle place ses personnages. C'était tellement chouette de m'imaginer une Cité des Doges au XVIème siècle, en période de Carnaval ou avec les courtisanes à leur fenêtre. Cette cité me fait rêver, elle me fascine et j'ai trouvé mon compte dans ce livre.

La plume de l'auteure est très agréable, elle oscille entre force et poésie. On se laisse porter facilement et les pages se tournent sans qu'on s'en rende vraiment compte. Elle nous propose aussi de rentrer dans les petits complots et les gros coups bas que se donnent les deux peintres star de l'époque : Véronèse et Tintoret. Je dois confesser un petit penchant pour la peinture de Véronèse mais certaines de ses méthodes m'ont mis en boule. Je ne savais pas que c'était aussi difficile entre eux !

Si vous aimez l'Italie, l'art et son histoire, ce livre est fait pour vous !