Couverture Et les vivants autour

J'aime bien Barbara Abel, elle a une plume agréable et des idées qui me séduisent presque à chaque fois. En plus, pour ne rien gâcher elle est très sympa, je l'avais rencontrée rapidement lors d'une vieille édition de Saint Maur en poche et j'en garde un bon souvenir. Du coup, je suis en veille sur ses nouvelles parutions. Un grand merci aux Editions Belfond pour m'avoir permis cette nouvelle découverte.

Voilà quatre ans que l’ombre de Jeanne plane sur eux.
Comme s’ils n’avaient plus le droit de vivre pour de vrai tant qu’elle était morte pour de faux.
Cela fait quatre ans que la vie de la famille Mercier est en suspens. Quatre ans que l’existence de chacun ne tourne plus qu’autour du corps de Jeanne, vingt-neuf ans. Un corps allongé sur un lit d’hôpital, qui ne donne aucun signe de vie, mais qui est néanmoins bien vivant. Les médecins appellent cela un coma, un état d’éveil non répondant et préconisent, depuis plusieurs mois déjà, l’arrêt des soins. C’est pourquoi, lorsque le professeur Goossens convoque les parents et l’époux de Jeanne pour un entretien, tous redoutent ce qu’ils vont entendre. Ils sont pourtant bien loin d’imaginer ce qui les attend. L’impensable est arrivé. Le dilemme auquel ils sont confrontés est totalement insensé et la famille de Jeanne, en apparence si soudée, commence à se déchirer autour du corps de la jeune femme…

Je me rends compte que je lis assez peu de thrillers qu'on pourrait qualifier de domestique. Souvent, on a un meurtre et on doit découvrir l'identité du coupable, ce genre de truc. Ici, pas de meurtre mais une jeune femme dans le coma depuis plusieurs années suite à un accident de voiture. Un événement intervient, je ne vous dirai pas de quoi il s'agit pour ne pas gâcher la surprise, et là toute l'unité familiale semble voler en éclats.

Mais cette unité existait-elle vraiment ? Barbara Abel nous propose dans ce récit toute une galerie de personnages et de secrets qui leur sont liés. Au début, j'avais peur de me perdre un peu mais finalement, c'est aisé de savoir qui est qui et comment ils interagissent. Je ne peux pas dire que je me sois attachée à un personnage en particulier parce qu'ils ont tous quelque chose qui ne me plaisait pas (à part peut-être Jérôme, le mari de Jeanne) mais j'étais très curieuse de savoir ce qui allait leur arriver. Barbara Abel a le don pour explorer la psychologie de ses personnages et donner le meilleur (ou le pire !) à ses lecteurs.

C'est un bouquin qui se lit rapidement parce qu'il titille la curiosité du lecteur. On se demande où l'auteure va nous embarquer, jusqu'où elle va oser aller. Certains passages sont peut-être un peu longs, peut-être un peu en-dessous de l'intégralité du livre ... mais il ne m'a fallu qu'un court week-end pour percer les mystères de cette famille. Je n'ai pas trop aimé la toute fin qui fait un peu happy end et qui tombe un peu comme un cheveu sur la soupe à mon avis. Bien entendu, ça n'engage que moi et je pense que d'autres trouveront leur bonheur. Les thèmes abordés sont assez dérangeants pour certains, quelques passages m'ont mis un peu mal à l'aise. Je me suis laissée surprendre par certains événements. Tous les ingrédients d'un bon thriller psychologique sont réunis dans ce livre.

Encore une fois, Barbara Abel aura su me convaincre, malgré une fin qui ne me convient pas vraiment.