Couverture Les Hirondelles de Kaboul

J'ai acheté ce livre il y a des années lors d'un Saint Maur en poche, j'avais très envie de le découvrir. Et puis entre temps, je ne sais pas ce que j'ai fabriqué mais je ne l'ai jamais sorti de ma PAL et j'ai fini par voir le film d'animation tiré de ce roman. Alors, je l'ai encore plus délaissé. Jusqu'à ce que je me décide à le lire sur un coup de tête et parce que c'est un roman tout fin dans sa version poche (148 pages).

Dans les ruines brûlantes de la cité millénaire de Kaboul, la mort rôde, un turban noir autour du crâne. Ici une lapidation de femme, là un stade rempli pour des exécutions publiques. Les Talibans veillent. La joie et le rire sont devenus suspects. Atiq, le courageux moudjahid reconverti en geôlier, traîne sa peine. Toute fierté l'a quitté. Le goût de vivre à également abandonné Mohsen, qui rêvait de modernité. Son épouse Zunaira, avocate, plus belle que le ciel, est désormais condamnée à l'obscurité grillagée du tchadri. Alors Kaboul, que la folie guette, n'a plus d'autres histoires à offrir que des tragédies. Quel espoir est-il permis? Le printemps des hirondelles semble bien loin encore ...

Même si ce livre n'est pas très épais, j'ai ms beaucoup de temps pour avancer. Je n'arrivais pas à rentrer dans l'histoire, pourtant c'est bien écrit. L'auteur a une plume très poétique et habituellement, j'aime beaucoup mais là je ne parviens pas à comprendre ce qui s'est passé. J'ai vraiment eu beaucoup de mal et j'ai dû m'accrocher pour avancer car je n'avais pas envie de l'abandonner. Je savais que si je le posais, je n'y reviendrai jamais.

Nous allons suivre la vie quotidienne de plusieurs personnages, il n'y pas de fil conducteur particulier. On les suit au jour le jour dans ce pays rongé par les Talibans où il ne fait pas si bon vivre. Au fil des pages, on ressent la chaleur et l'ambiance pesante qui règne à Kaboul, j'ai parfois été mal à l'aise. Je n'ai pas vraiment apprécié les personnages, aucun ne m'a touché ni ne m'a séduite. En fait, je crois que j'ai eu du mal à les distinguer les uns des autres et c'est aussi ce qui a fait que ma lecture n'a pas été une partie de plaisir.

J'aurai aimé que la condition féminine soit un peu plus abordée, un peu plus creusée. C'est un peu ce que j'attendais de ce livre et je ne l'ai pas trouvé, dommage. Moment futile, je trouve la couverture de mon édition poche extrêmement moche. Ces femmes qui souffrent au quotidien auraient mérité une photo bien plus jolie que celle choisie par la maison d'édition. Je sais qu'elles n'ont pas des vies faciles mais cette couverture n'incite pas le lecteur a venir découvrr leurs vies ....

Une lecture en demie-teinte ...