herbe coupée

J'aime bien découvrir de nouvelles plumes et je trouve que les premiers romans sont souvent remplis d'émotion. Leurs auteurs mettent toutes leurs tripes dans la rédaction de ces ouvrages, ils les ont porté en eux pendant longtemps et ils se donnent à fond pour les rendre intéréssants pour les futurs lecteurs.

« Le jour où mon père a débarqué avec son sourire conquérant et la GTS, j’ai fait la gueule. Mais j’ai ravalé ma grimace comme on cache à ses parents l’odeur de sa première clope. J’ai dit “ouais”, j’ai dit “super”, la mort dans l’âme, même si j’avais compris que la GTS pour la GTX, c’était déjà le sixième grand renoncement, après la petite souris, les cloches de Pâques, le père Noël, Mathilde, la plus jolie fille de la maternelle, et ma carrière de footballeur professionnel. »  Par petites touches qui sont autant d’instantanés de vie, Kolia convoque les figures, les mots, les paysages qui ont compté : la route des vacances, les filles, Totor le paysan aux cèpes et la maison de famille, des livres, quelques sauterelles, Raspoutine le berger allemand… Des petits riens qui seront tout.  Un premier roman remarquable, plein d’émotion, d’humour, de poésie, de profondeur, où la petite musique singulière de l’enfance ouvre sur une partition universelle.

Dans son premier roman qui sort aujourd'hui aux Editions Préludes, Nicolas Delesalle nous propose un voyage dans les souvenirs d'enfance de Kolia. Celui-ci a grandi dans une famille plutôt unie avec ses deux soeurs, un chien et une Renault 25 dont le modèle ne lui plait pas. J'ai trouvé que cette lecture était pleine de fraicheur, on se plonge dans la vie de Kolia avec bonheur.

L'auteur étant plus ou moins de mon âge, j'ai pu recouper certains passages avec ma propre enfance et ça, j'ai adoré. Ca donne un côté authentique au récit, c'est vraiment plaisant. Le roman est très vivant, il n'y pas de temps mort. Je ne me suis pas ennuyée une seule fois pendant cette lecture, Kolia m'a fait passer du rire aux larmes. On se prend les émotions en pleine tête, on ne s'attend pas forcément à être confronté à certaines situations. C'est réellement les quarante premières années d'une vie qui nous sont décrites ici.

C'est une très belle découverte que j'ai pu faire avec ce "Parfum d'herbe coupée", je remercie donc grandement les Editions Préludes et Babelio pour la confiance qu'ils ont placé en moi.