bal des folles

Lorsque j'ai entendu parler de ce bouquin à l'occasion de la Rentrée Littéraire, j'ai tout de suite eu envie de découvrir cette histoire qui me semblait bien singulière. La couverture m'a un peu calmé, je ne la trouve pas du tout jolie. Heureusement, pour une fois je n'ai pas fait ma fille futile et je suis passée au-delà de la mocheté de la couverture (navrée Albin Michel) et je me suis glissée avec délice dans le service du Docteur Charcot à la Salpêtrière ...

Chaque année, à la mi-carême, se tient un très étrange Bal des Folles. Le temps d’une soirée, le Tout-Paris s’encanaille sur des airs de valse et de polka en compagnie de femmes déguisées en colombines, gitanes, zouaves et autres mousquetaires. Réparti sur deux salles – d’un côté les idiotes et les épileptiques ; de l’autre les hystériques, les folles et les maniaques – ce bal est en réalité l’une des dernières expérimentations de Charcot, désireux de faire des malades de la Salpêtrière des femmes comme les autres. Parmi elles, Eugénie, Louise et Geneviève, dont Victoria Mas retrace le parcours heurté, dans ce premier roman qui met à nu la condition féminine au XIXe siècle.

J'ai ldéjà lu quelques trucs concernant les maladies mentales, je ne sais pas pourquoi mais c'est un sujet qui me fascine (enfin, fasciner n'est peut-être pas le terme exact mais je ne sais pas comment l'expliquer autrement) mais je dois dire que je n'avais jamais entendu parler de ce bal étrange de la mi-carême se déroulant dans les murs de l'hôpital. Depuis j'ai fait quelques recherches et je dois dire que j'ai été encore une fois presque "choquée" par ce que j'ai découvert. Mais c'est une autre histoire ...

Nous sommes ici en présence du premier roman de Victoria Mas ... quel roman !! Cette jeune romancière a tapé fort ! J'ai littéralement dévoré ce livre. Il faut dire qu'il n'est pas très épais mais au-delà de ça, c'est tellement bien écrit qu'on ne peut pas s'arrêter. Victoria a une plume vraiment agréable, fluide et passionnante. J'ai été charmée dès les premières pages.

Nous faisons la connaissance d'une étrange galerie de femmes, comment leurs destins vont-ils se croiser ou même se lier je vous laisserai le découvrir. J'ai eu un peu de mal avec le personnage de Geneviève que je trouvais un peu trop rigide, peut-être pas assez ouverte et en empathie avec les femmes dont elle s'occupe au quotidien. J'ai bien aimé Eugénie et son destin m'a glacé le sang ... Mais celle qui aura gagné mon coeur c'est la petite Louise. Je l'ai adoré, elle m'a tellement touché. C'est un personnage pour qui il est difficile de ne rien ressentir. C'est une jeune fille qui a été abîmée par la vie et j'ai tremblé pour elle à chaque page.

Ce livre nous ouvre les yeux sur la condition féminine du XIXème, condition déplorable s'il en est. J'ai été éffarée d'apprendre qu'autant de familles fortnuées plaçait des jeunes filles en institut pour se débarasser d'elles. C'est complétement écoeurant. Victoria Mas nous propose également une petite histoire de la médecine, en particulier de la spécialité psychiatrique. Bien entendu, ça reste une histoire tout à fait superficielle et très vulgarisée mais c'était passionnant. Je n'arrive pas à définir si j'ai été emballée par Charcot parce qu'il aidait les femmes à revenir à leur vie d'avant l'hospitalisation ou si je l'ai détesté parce qu'il m'a donné l'impression de livrer ces femmes en pâture (à travers le bal oui mais aussi parce qu'il donnait des cours publics pendant lesquels des jeunes malades étaient mises sous hypnose pour simuler une crise d'hystérie).

Un livre qui saura ous emporter, certaines histoires vont vous révolter ... à découvrir d'urgence !