ecce homo

Lorsque Ingrid Aubry est venue me proposer de lire son ouvrage, ça m'a beaucoup amusé parce que j'avais repéré son livre quelques jours auparavant. Le hasard est fou parfois ne trouvez vous pas ? Inutile de dire que j'ai accepté immédiatement de découvrir ce livre. Je remercie Ingrid pour cette découverte !

Février 2052, un avion supposé infaillible s’écrase dans les Alpes, tuant Alice de Boisfort, la patronne d’une des plus grosses sociétés de robotique. Deux ans auparavant, Mark, son mari, équipe une androïde d’un programme criminel afin de s’emparer d’un marché juteux ...
Dans ce monde trop parfait, on ne craint plus vraiment la guerre ni le terrorisme et le travail est devenu optionnel depuis que la productivité et la prospérité sont assurées par de sages robots. Ces derniers se retrouvent d’ailleurs partout : dans les restaurants, les bars, les entreprises, même à la maison... Mais l’intelligence artificielle ne risque-t-elle pas de devenir trop forte pour l’homme ? A moins que ce ne soit l’homme qui reste définitivement trop faible ...

C'est dans un monde futuriste et peu fou que nous allons découvrir dans ce roman. On démarre sur les chapeaux de roue et je me suis dit que ça allait être le pied total. Bon, je me suis calmée. Ce roman n'est pas mauvais, loin de là, mais il ne m'a pas entièrement convaincue. Je n'ai pas spécialement apprécié les personnages et ça, ça m'embête pas mal. J'ai eu un peu d'empathie pour Alice lorsqu'on la découvre encore étudiante. C'est un passage que j'ai bien aimé, même si sur le coup je n'ai pas compris pourquoi cette digression était faite. Finalement, c'est vraiment Alice que j'ai préféré, et peut-être Mark dans sa version jeune . Je n'ai pas vraiment aimé les autres personnages même si certains sont intéréssants, peut-être qu'ils ne sont pas assez fouillés à mon goût.

Si le récit est fluide et agréable à lire, j'ai malheureusement eu quelques moments un peu plus difficiles pendant lesquels je me suis ennuyée. Les descriptions sont parfois longues et moi, je n'aime pas lorsque ça patine trop (à moins d'être Zola où là par contre, je me régale). Certains dialogues sont réussis et apportent vraiment quelque chose au récit, je me serai volontiers passée de certains autres. Mais la plume d'Ingrid est plaisante malgré tout, ça se lit facilement.

D'autant plus facilement que l'intrigue est vraiment chouette. Ça titille le lecteur, on a envie de savoir où tout ça va nous mener, finalement malgré le grand nombre de pages, ça tient en haleine. J'ai bien aimé la vision du futur de l'auteure, c'est assez optimiste (on n'a pas de pandémie, de terrorisme ou de soucis climatiques par exemple). C'est surtout le côté robotique qui m'a plu en fait. On est loin de l'univers compliqué d'Asimov, même si il est cité de nombreuses fois dans le texte, et ça me convient parfaitement. Lorsqu'on termine cette lecture, on se pose des questions et c'est très plaisant d'avoir une lecture qui fasse réfléchir. Car très franchement, cette intelligence artificielle peut faire froid dans le dos ...

Pourvu que notre futur ne ressemble pas à ça !