blues

J'aime bien lire des témoignages de temps en temps, je ne suis pas bloquée sur un seul type alors j'en lis qui traitent de tas de sujets différents. Comme je suis dans les cartons et dans la rénovation de mon nouvel appart' jusqu'au cou, il me fallait une lecture courte et facile à lire. Ce témoignage d'Alessandra Sublet est arrivé dans ma PAL à point nommé.

"A bien y réfléchir, je pense que mon baby blues a commencé avant même la naissance de ma fille. Devant un étalage de pommes très exactement. A un moment, tu ne sais pas pourquoi, tu commences à te prendre la tête pour des trucs complètement débiles. Ce jour-là, on était au supermarché et mon homme n'avait pas choisi les bonnes pommes. Ce n'était pas les pommes que je voulais. Et je me suis mise à pleurer comme une madeleine. Mais après l'accouchement, en retrouvant le sommeil et ma ligne, enfin familiarisée avec les gestes et toute cette logistique compliquée de la parfaite jeune maman, je pensais le baby blues chassé à jamais. le me disais que voilà, ça avait été un moment difficile à passer et qu'à présent, j'allais à nouveau croquer la vie à pleines dents. Tu parles !"

Ce qui est amusant, c'est qu'à la base je n'aime pas particulièrement cette animatrice. Maintenant que j'ai lu son témoignage, j'ai révisé mon jugement. Je la trouve extrêmement sympathique. Comme quoi, il suffit de mieux connaitre les gens pour les apprécier davantage. Mais si tu n'aimes pas Alessandra Sublet, pourquoi as-tu choisi de lire son livre ? me direz vous. Et bien parce que j'ai juste craqué sur la couverture que je trouve hyper jolie. C'est bête, je sais ...

Alessandra nous raconte donc comment elle a vécu sa grossesse, la naissance de sa fille Charlie et surtout le baby blues qui a suivi son accouchement. Je ne pensais pas qu'un baby blues pouvait être violent à ce point là. Alors oui, en effet elle n'est pas si à plaindre que ça. D'autres femmes vivent la même situation mais sont moins épaulées etc etc mais j'ai malgré tout trouvé intéréssant ce récit. Car justement, on peut se dire qu'elle a tout pour être heureuse et pourtant ce n'est pas le cas.

Et puis j'ai beaucoup aimé l'écriture d'Alessandra. C'est très facile à lire, ça glisse tout seul. C'est un mélage d'humour (il y a des situations qui m'ont bien fait marrer, comme le remake d'une scène de "Trois hommes et un couffin' dans une pharmacie qu'elle nous raconte sans fard) et d'une certaine impudeur puisqu'elle nous parle allégrement de la pose de sa péridurale et de la cicatrice de sa césarienne par exemple.

Bref, j'ai passé un très bon moment en compagnie de cette pimpante animatrice que j'ai découvert sous un jour nouveau ...

Lu dans le cadre du Challenge de l'Eté 2014

13/30

challenge_ete_2014