lucy barton

Je n'avais jamais entendu parler de ce livre ni de son auteur mais lorsque je suis tombée sur le résumé du livre, j'ai eu très envie de le découvrir. Et puis, connaissant mon amour pour le Chrysler Building, je suis tombée sous le charme de la couverture. J'ai eu la chance de pouvoir découvrir le contenu de ce roman grâce à la plateforme Netgalley et aux Editions Fayard que je remercie très chaleureusement pour m'avoir permis de lire ce livre (même si j'ai un peu traîné, ce dont je m'excuse).

Hospitalisée à la suite d'une opération, Lucy Barton reçoit la visite impromptue de sa mère, avec laquelle elle avait perdu tout contact. Tandis que celle-ci se perd en commérages, convoquant les fantômes du passé, Lucy se trouve plongée dans les souvenirs de son enfance dans une petite ville de l'Illinois - la pauvreté extrême, honteuse, la rudesse de son père, et finalement son départ pour New York, qui l'a définitivement isolée des siens. Peu à peu, Lucy est amenée à évoquer son propre mariage, ses deux filles, et ses débuts de romancière de New York des années 1980. Une vie entière se déploie à travers son récit lucide et pétri d'humanité, tout en éclairant la relation entre une mère et sa fille, faite d'incompréhension, d’incommunicabilité, mais aussi d'une entente profonde.

Nous faisons donc la connaissance de Lucy qui est hospitalisée à New-York, à deux pas du Chrysler qui illumine sa chambre la nuit. Je n'ai pas réellement compris pourquoi Lucy restait aussi longtemps à l'hôpital mais bref. Cette hospitalisation est en fait le prétexte pour que la mère de Lucy vienne lui rendre visite et pour qu'on en apprenne plus sur la vie de la jeune femme.

C'est un livre que j'ai trouvé bien écrit, c'est agréable à lire d'autant que les chapitres sont courts. Ca aurait pu rendre le texte dynamique mais malheureusement, ça manque cruellement de rythme. En fait, il ne se passe rien du tout. C'est très contemplatif, Lucy nous livre des bribes de sa vie mais c'est ensuite au lecteur de tout remettre dans l'ordre pour se faire une idée.

Je n'ai pas toujours compris l'intêret du récit, je ne l'ai pas toujours trouvé forcément abouti. Après, c'est une question de goût et de sensibilité. C'est sans doute trop court et rapide pour parvenir à me toucher. On ne peut pas dire que je me suis ennuyée, non, mais je ne suis jamais rentrée dans le récit et je suis restée spectatrice de tout ça. C'est dommage car Lucy et sa mère ont une relation vraiment singulière que j'aurai aimé mieux comprendre.

Toujours est-il que je découvrirai avec plaisir d'autres oeuvres d'Elizabeth Strout.

Lu dans le cadre du Challenge des 100 romans ...

(106/100)

100romans