darling

Je me méfie des livres qui font beaucoup de bruit à leur parution. J'ai toujours peur de mettre la barre très haut et du coup, d'être déçue. Parfois, j'attends un peu avant de me lancer et ça a été le cas pour ce bouquin de Gabriel Tallent. Je sais maintenant que je vais aussi devoir me méfier des livres édités par Gallmeister qui ne semble pas être une maison d'édition faite pour moi.

A quatorze ans, Turtle Alveston arpente les bois de la côte nord de la Californie avec un fusil et un pistolet pour seuls compagnons. Elle trouve refuge sur les plages et les îlots rocheux qu'elle parcourt sur des kilomètres. Mais si le monde extérieur s'ouvre à elle dans toute son immensité, son univers familial est étroit et menaçant : Turtle a grandi seule, sous la coupe d'un père charismatique et abusif. Sa vie sociale est confinée au collège, et elle repousse quiconque essaye de percer sa carapace. Jusqu'au jour où elle rencontre Jacob, un lycéen blagueur qu'elle intrigue et fascine à la fois. Poussée par cette amitié naissante, Turtle décide alors d'échapper à son père et plonge dans une aventure sans retour où elle mettra en jeu sa liberté et sa survie.

Pourquoi je dis que je vais faire attention aux Editions Gallmeister ? Parce que j'enchaîne les déceptions concernant leurs parutions. Je ne vais pas faire durer le suspens plus longtemps, je n'avais pas aimé Sukkwan Island de David Vann (je le prends en exemple parce que c'est le même genre de bouquins à quelques détails près) et je n'ai pas non plus aimé cette Absolute darling ...

Ce roman, j'avais très envie de le découvrir parce qu'il m'intriguait beaucoup. Les critiques étaient très bonnes, les lecteurs semblaient totalement sous le charme et totalement en empathie avec Turtle. Bah, ça ne l'a pas fait du tout avec moi. Je n'ai pas aimé Turtle, je n'ai rien ressenti pour elle alors qu'elle a une vie bien pourrie. Mais son côté presque illetrée et très vulgaire n'a pas su me conquérir. Je n'ai d'ailleurs pas vraiment compris pourquoi cette gamine parlait aussi mal. C'est parce que l'auteur voulait accentuer le fait qu'elle manque d'éducation ? Bref, pas compris ... Et puis alors mention spéciale aux dialogues qui frôlent la nullité absolue, qui ne contiennent que quelques mots et qui sont répétitifs à souhaits !

De toute façon, je n'ai aimé aucun personnage du livre. A la rigueur, j'aurai pu apprécier Jacob qui tombe sous le charme de la jeune fille par je ne sais quel miracle ... mais son caractère est tellement peu esquissé qu'il est difficile de s'attacher à lui. J'ai trouvé le récit assez décousu et pénible à lire. Je n'ai pas aimé la plume de l'auteur, elle est trop brouillonne pour moi. J'ai eu la sensation que ça partait dans tous les sens, un peu comme si l'histoire échappait à son auteur. Je me suis perdue et ennuyé en compagnie de Turtle, je suis passée totalement à côté de cette histoire qui est une bonne grosse déception pour moi.

Les événements m'ont paru totalement invraisemblables, j'avais l'impression d'assister à une surenchère de moments tordus, glauques et parfois dégoûtants sans vraiment comprendre pourquoi. L'avantage de cette lecture, c'est que je suis maintenant incollable sur les armes à feu qui existent aux Etats-Unis puisque l'auteur semble avoir une obssession pour les fusils et les pistolets. Si on enlève les pages qui leur sont consacrées, le bouquin va beaucoup mincir !

A vouloir jouer la carte du "je dois choquer mes lecteurs à tout prix", on finit parfois par rater son coup !...