animal

Lorsque la maison d'édition Librinova m'a proposé de découvrir le roman de Rémi Hélénea, j'ai un peu hésité. Le résumé semblait sympa mais peut-être un peu trop tordu pour moi. Mais bon, comme je suis curieuse et que j'aime beaucoup les animaux, que la cause animale est tout de même assez présente dans nos vies actuelles, je me suis dit pourquoi pas. Un grand merci donc à Librinova pour l'envoi de cet exemplaire.

François, le narrateur, est un jeune étudiant, timide et réservé, bien plus passionné par la condition animale que par ses cours d’économie. Témoin de la mort accidentelle de deux tortionnaires d’animaux, il va peu à peu se croire investi d’une mission confiée par celui qu’il appelle le Dieu-animal : cibler d’autres tueurs d’animaux et procéder à leur exécution.
Entre jeu assassin avec un tueur de chats, chasse au chasseur, simulacre de corrida avec un torero, il sera entraîné dans une spirale tragique qui lui fera rencontrer ses victimes successives, mais aussi sa propre folie. À Claire, celle qu’il aime, il posera la question : penses-tu qu’on puisse tuer par amour… des bêtes ?

Je ne vais pas le cacher bien longtemps mais entre ce livre et moi, ça n'a pas été le coup de foudre. Loin de là. Je suis désolée de livrer un billet qui ne sera pas très bon mais malheureusement, j'ai eu du mal avec cette lecture. Ca a commencé lorsqu'au bout de plusieurs chapitres, je me suis rendue compte qu'ils ne comportaient quasiment aucuns dialogues et que ça rendait la prose bien trop mastoc. J'ai trouvé que c'était bien lourd à lire et que le lecteur (moi en tous cas) pouvait se lancer dans une lecture en diagonale.

J'ai eu aussi un peu de mal avec le style de Rémi Hélénea, je l'ai trouvé très pompeux, très grandiloquent. Sans doute bien trop pour les idées qu'il souhaite faire passer dans son récit. Heureusement, le style s'arrange au fil des pages et j'ai commencé à avoir plus de plaisir à poursuivre ma lecture. Enfin, plaisir c'est vite dit parce que certains passages m'ont un peu dérangé, surtout celui dans lequel l'auteur semble se lancer dans un catalogue de toutes les traditions (j'aurai plutôt tendance à dire les horreurs) mettant en scène des animaux, tels que la corrida, les sacrifices pour d'obscures divinités, etc ... Franchement, j'ai trouvé ça écoeurant et d'autant plus révoltant que rien n'est inventé.

Pourtant, ce thriller "nature"un peu hors du commun aurait pu me plaire vraiment parce que si on arrive à passer outre ces critiques de forme, le fond est plutôt bien réussi. Il nous permet de réfléchir et de prendre conscience que les animaux ne sont pas des objets et qu'on ne peut pas en faire ce qu'on veut, qu'on n'a pas le pouvoir de vie ou de mort sur eux. Ce qui m'a un peu dérangé, c'est le concept du Dieu-animal qui dicte le comportement de notre personnage principal. Sûrement un peu trop philosophique pour moi ...

Un livre qui dérange et qui met le doigt sur des problèmes sociétaux très actuels ...