liquide

 C'est toujours avec beaucoup de curiosité que j'attends le nouveau tome des aventures de Erika Foster. Depuis que j'ai découvert le début de ses aventures, je suis très friande de ce personnage. J'étais donc très contente de recevoir ce nouvel opus de Robert Bryndza et je remercie les Editions Belfond pour cet envoi.

Alors qu’elle sonde les profondeurs d’une vieille carrière inondée à la recherche d’une cargaison de drogue, l’inspectrice Erika Foster fait une macabre découverte : un sac-poubelle renfermant des ossements d’enfant.
Le légiste est formel : le squelette est celui de la petite Jessica Collins, sept ans, dont la disparition en 1990 avait profondément ému l’Angleterre. Un dossier classé sans suite depuis.
Obsédée par ce drame, Erika se jure de faire toute la lumière.
Mais entre la pression de sa hiérarchie, l’effervescence des médias alléchés par ce sordide rebondissement et le silence de la famille Collins, la flic entêtée sent rapidement qu’elle a mis les pieds dans une affaire complexe, aux ramifications aussi noires qu’étonnantes… et dangereuses.
L’eau est un parfait tombeau. Et l’on ne devrait jamais déranger ceux qui y sont engloutis.

Quel plaisir de retrouver Erika qui officie désormais dans une nouvelle équipe. Je ne vous dirai pas pour quelles raisons, je vous conseillerai plutôt de le découvrir dans le tome précédent. Comme je le disais, c'est une personnage que j'aime bien parce qu'il n'est pas parfait. Erika est une inspectrice que la vie n'a pas épargnée, je trouve que dans Liquide inflammable, elle prend encore plus d'épaisseur et j'ai adoré. L'auteur n'a pas peur de faire de sa flic quelqu'un de torturé, d'imparfait (oui, elle picole par exemple) mais le lecteur ressent un terrible élan d'empathie vis-à-vis d'elle.

Concernant l'enquête, bien qu'elle soit assez intrigante, on ne peut pas dire non plus qu'elle soit ébouriffante d'originalité. C'est un peu le schéma habituel, entre fausses pistes et témoins improbables. Mais j'ai beaucoup aimé ma lecture, je n'avais pas découvert tout de suite le fin mot de l'histoire et j'en suis très contente sinon le plaisir de la lecture aurait été gâché. La plume de l'auteur est bien dosée, elle est agréable à lire alors on avance dans l'histoire sans vraiment s'en rendre compte.

J'ai trouvé que l'ambiance plutôt oppressante dans ce tome là était bien rendue. On a parfois envie de poser le bouquin pour aller se prendre une bonne bouffée d'air frais. A mon avis, ça vient du fait qu'on parle d'un meurtre d'enfant qui semble assez sordide. Les personnages sont, comme toujours, bien dépeints. La famille Collins en particulier est très réussie. On a un peu envie de les -au choix - secouer, tarter ou même parfois de les réconforter tant leur détresse fait peine à voir (la mère en particulier m'a fait passer par toute une palette d'émotions).

J'ai maintenant hâte de découvrir la suite des aventures d'Erika !!